Connectez-vous S'inscrire

Arbitres - Christophe LAILLE (Ligue) - David DUARTE PINTO (Assistant Ligue), deux visions similaires de l'arbitrage

Jeudi 30 Avril 2015

Ils occupent deux postes différents sur le terrain mais restent unis tel une équipe. L'un, Christophe Laille, est arbitre central. L'autre, David Duarte Pinto, s'est spécifié à l'arbitrage depuis six ans. Et, ce mercredi, à l'occasion du match de coupe du Midi entre le Girou et Revel, ils se sont retrouvés dans une rencontre somme toute assez facile à diriger. Entretien avec deux arbitres aux ambitions contraires mais aux points de vue similaires. (Par Dennis Bergkamp)


Arbitres - Christophe LAILLE (Ligue) - David DUARTE PINTO (Assistant Ligue), deux visions similaires de l'arbitrage
Comment êtes-vous venus à l'arbitrage ?
Christophe Laille : Mon père était devenu arbitre deux ans avant que je ne commence. A ce moment-là, je faisais du judo mais je me suis blessé. J'ai alors décidé de suivre la fibre paternelle. J'effectue ma vingtième année d'arbitrage cette saison mais ce sera la dernière ! Mon père, lui, est devenu délégué depuis deux ans.
David Duarte Pinto : J'ai commencé à quatorze ans à arbitrer. Je conclus ainsi ma quinzième saison. Je me suis lancé en Normandie à Montfort sur Risle, là j'étais également joueur. J'y suis resté six ans avant de descendre pour mes études sur Toulouse. Depuis, je me suis spécifié à l'assistanat il y a cinq ans en espérant passer au niveau fédéral.

David, parlez nous de ce rôle d'assistant qui doit être quelque peu compliqué...
D.D.P. : Non. Notre fonds de commerce reste le hors-jeu. Nous sommes évalués sur ce critère. Il est important pour nous de rester concentrés de la première à la quatre-vingt dixième minute car, en cas de défaillance mentale, tout peut basculer en dix secondes. Sur une situation, nous pouvons faire évoluer le score voire le rendre définitif. Il faut donc rester très attentif.

Quelle est  votre vision de l'arbitrage ?
C.L. : Depuis mes débuts, tout a évolué. Le jeu était beaucoup plus dur avant. Les joueurs se rentraient dedans sans broncher ou réclamer quoique ce soit. Maintenant, il y a beaucoup plus de contestation, de provocation qu'avant. Les joueurs cherchent toujours à obtenir quelque chose ou à s'en prendre aux autres. Cela influence le jeu qui perd de sa qualité. Après, tout dépend du niveau.
D.D.P.: Oui, plus on monte dans les divisions, moins le jeu est haché. Pour avoir commencé en PL et pu faire quatre matchs en National, je me suis rendu compte que l'on parlait moins. Les joueurs posaient plus le ballon, ce qui permettait de rendre le jeu plus fluide. Il y avait également plus de tactique qui rentrait en ligne de compte. Mais, pour nous les arbitres, ces rencontres là étaient plus faciles à arbitrer.

Que pensez-vous des comportements des acteurs du football envers les arbitres ?
C.L. : Les joueurs parlent de plus en plus. Certains, qui ont évolué à un plus haut-niveau, se permettent parfois de faire plus de remarques. Nous pouvons aussi effectuer un parallèle avec la société actuelle. Les jeunes sont plus difficiles à gérer et font preuve d'impatience. Ils veulent obtenir les choses rapidement. Cela devient donc compliqué parfois à arbitrer.
D.D.P. : Les entraîneurs souffrent aussi de ce comportement des jeunes. Certains veulent même arrêter tant ils galèrent à les gérer. Les supporteurs également jouent sur les comportements lors d'un match. Les joueurs peuvent être influencés par l'ambiance et dégoupiller sur une action de jeu.
C.L.:  Certains publics peuvent influer sur une situation pour le comportement des joueurs ou leurs réactions.

« Le comportement d'une équipe dépend de l'image que dégage son entraîneur »

Quelles améliorations faudrait-il apporter à l'arbitrage ?
D.D.P : La Ligue réalise des réunions avec les entraîneurs pour que nous améliorons notre communication.
C.L. : C'est une bonne initiative mais, lorsque l'on est dans un match, ce n'est pas le même contexte. On est pris par l'engouement de la rencontre et les acteurs du jeu, entraîneurs ou joueurs, ne se rendent pas forcément compte des gestes qu'ils font où ils le font de manière délibérée pour capter l'attention, notamment les entraîneurs.
D.D.P. : C'est souvent le cas que le comportement d'une équipe dépend de l'image que dégage son entraîneur. On le retrouve chez certaines équipes et cela peut être perturbant voire fatiguant pour nous. Chaque weekend, nous pouvons le constater. En fonction du comportement de l'entraîneur, nous pouvons savoir comment va réagir l'équipe.
C.L. : L'apport du carton blanc serait une amélioration utile. Cela fonctionne bien dans certains districts et pourrait limiter les parleurs.
D.D.P. : Je l'ai appliqué chez les jeunes en Normandie et ça a été assez efficace. Après, il faut bien le gérer, surtout lorsque l'on est seul car les entraîneurs peuvent chercher à tricher sur le temps d'exclusion.

Quel est votre meilleur souvenir d'arbitre ?
C.L. :  Lors de ma deuxième ou troisième année d'arbitrage, j'ai officié lors de la finale d'un tournoi à Saint-Girons. Les tribunes du  stade de rugby étaient pleines comme un œuf. Cela m'a marqué.
D.D.P. : Pour moi, c'est le match que j'ai réalisé à la touche pour Amiens-Boulogne en National en novembre 2013. Il s'est déroulé devant sept mille spectateurs. Alors, quand on rentre sur le terrain, cela donne des frissons.

Que souhaitez-vous à l'arbitrage et quels sont vos objectifs ?
D.D.P. : Il faut souhaiter de la réussite pour tous nos arbitres de la région et espérer que certains d'entre eux atteindront le haut niveau, notamment au centre où nous n'avons qu'Olivier Thual en Ligue 1 et Cédric Mouysset, Vincent Teulet et Rémi Naudinet en CFA-CFA 2. J'espère, pour ma part, atteindre le niveau fédéral à l'assistanat. C'est ma deuxième et dernière tentative donc j'aimerais bien réussir.
C.L. : J'éprouve les mêmes souhaits pour l'arbitrage. Après, je termine ma carrière d'arbitre le neuf mai prochain à Albi. Je pense avoir fait le tour depuis que je suis redescendu au niveau Ligue 1 régional il y a quatre ans. Je vais passer à autre chose et m'occuper de ma famille tout en allant m'intéresser à d'autres sports.

Par DB.

CHRISTOPHE LAILLE
Né le 17/09/1979 à Saint-Girons (09)
Poste 2014/2015 : Arbitre Luzenac.
Club : Luzenac (depuis 1995).
Niveau arbitrage : Ligue 1 non-promotionnel.
Profession : Technicien en laboratoire.
 
DAVID DUARTE PINTO
Né le 28/12/1985 à Pont Audemer (27)
Poste 2014/2015 : Arbitre Toulouse Fontaines.
Niveau arbitrage : Assistant Ligue 1 Promotionnel.
Clubs :
- Joueur : Montfort sur Risle (champion de France départemental).
- Arbitre : Montfort sur Risle, Bourg achard, Toulouse Fontaines (depuis 2006).
Profession : Préparateur électrique à Airbus.

Accompagnés de leur collègue Pascal Perales (à gauche), Christophe et David partagent les mêmes idées pour l'arbitrage.
Accompagnés de leur collègue Pascal Perales (à gauche), Christophe et David partagent les mêmes idées pour l'arbitrage.


Catégories | Les News | Mercato | Dream Team | Tapis Rouge | Flash Back | Gants d'Or & Buteurs | Arbitres | Immersion/Aparté | FootpyTv | Divers


Dans la même rubrique :