Connectez-vous S'inscrire



Booking.com


Coupe de France - Un BALMA sans brio va au principal face à un bon SAINT-ORENS

Dimanche 23 Octobre 2016

Commençons-nous par le football, ou par ses petites histoires ? Une fois de plus je vais privilégier par les extérieurs parce qu'autant vous le dire de suite je ne me suis pas vraiment régalé. J'y reviendrai. Même si je ne vais pas souvent à saint-Orens j'ai plaisir à m'y déplacer parce c'est sympa, qu'il y a de bons (très bons) joueurs et que j'y retrouve des connaissances. (par Bob Marley)


Les aversions comme les sympathies ne se commandent pas, donc les premières on n'en parlent pas, les autres si. À une époque pas si lointaine (un peu plus d'un an et demi) sieur Fabian Bruna effectuait depuis plusieurs années un travail formidable à Ramonville. C'était le temps où le Phocéen y allait souvent. Les événements ont fait que ..... pourquoi vous en parler puisque vous avez suivi l'actualité décadente ? Une année sabbatique qui se prolonge au grand étonnement des véritables connaisseurs. Comment se fait-il que personne n'ait eu l'idée de faire appel à ce technicien brillant, sympa,  raisonnable  et intelligent ? Mystère et boule de gomme ! Le type en a profité pour se mettre à la course à pied avec un niveau de préparation tel qu'il va aller se taper le marathon de Nice le 13 novembre. Imaginez le, affûté comme un frelon, donc de plus pas besoin d'un préparateur physique, ça aussi il peut assurer. Il m'a avoué que ça commençait à lui manquer, donc, à vos téléphones ! J'ai aussi pu discuter avec Benoit Renon entraîneur des gardiens de Saint-O et finalement si Viarnes a été l'un des plus en vue c'est grâce à ses qualités bien sûr mais aussi à l'excellence de la préparation dispensée par Benoit.  Il y avait beaucoup de monde, d'anciens joueurs connus, des coaches et des présidents tel celui du Rodéo venu superviser un adversaire de CFA2. Cette fois ci mon introduction est longue car je n'ai pas grand chose à relater de la majeure partie du premier acte. L'entame est molle, sans rythme. Saint-Orens entre un peu mieux certes mais une volée splendide de Diakité oblige Viarnes à claquer de fort belle façon au-dessus de la barre. Saint-Orens répond par une tête de Gracia , puis un centre de la gauche repoussé par Rivière pour un ballon qui s'envole au-dessus de la transversale. Ce n'est pas très folichon ni d'une qualité emballante. Une faute de Fréjaville sur Cissé est sanctionnée logiquement par un penalty tiré par Diakité mais bloqué par Viarnes. Un premier acte quelconque donc.

La deuxième période est plus vivant mais n'atteint pas des niveaux stratosphériques, même pas orbitaux

Les pensionnaires de CFA2 monopolisent le ballon et se montrent plus dangereux ce qui est le minimum que l'on puisse attendre d'eux, mais que de maladresse, d'imprécision dans le dernier geste, de mauvaises inspirations ! Si Saint-Orens n'abdique pas il n'est pas plus tranchant. Alors que l'on s'achemine lentement mais très sûrement vers une prolongation déprimante Kandili pousse un ballon, Viarnes dans son intervention lui crochète le pied pour un second penalty logique. Cette fois Cissé le transforme sauvant ainsi un match très quelconque de sa part. Peu après Bidi après avoir éliminé plusieurs adversaires, seul à six mètres expédie un spoutnik sur orbite.  Les histoires se répétant quelquefois, surtout les plus cruelles, à deux minutes de la fin de la partie on se serait cru quelques mois en arrière en demi finale de coupe du Midi entre Saint-O et Cazères. Tête puissante de Gracia imparable sauf pour le gardien de Cazères, Mister Rivière. Copier/Coller avec cette fois une tête de Fréjaville qui pour la première fois quitte sa base, tout aussi imparable sauf pour .... Rivière ! Pas le même, un autre Rivière tout aussi fêlé et talentueux que son homonyme. Dommage ! Au final Balma fait respecter la hiérarchie sans brio mais avec suffisamment de bonheur pendant que Saint-Orens n'a pas à rougir et s'incline avec de menus regrets, mais logiquement quad même.

Par BM

LES RÉACTIONS
Robert DA ROS (entraîneur de Saint-Orens) : "on a existé, c'est bien, c'est que j'espérais, c'est ce que je souhaitais. J'ai envie de dire même que si à la trentième o, concrétise nos deux occasions cela aurait été bien ça nous aurait mis encore mieux. Après il faut être lucide on a souffert quand même. À la fin c'est plus le manque de physique qui fait qu'on a lâché un petit peu. Je suis content de ce que l'on a fait.  Quand j'entends la joie de Balma c'est qu'ils ont eu peur un peu sans doute. Il faut arriver à produire la même énergie en championnat et ça devrait pouvoir le faire, mais ce n'est pas pareil, là c'est plus facile de se mobiliser. Là j'ai un peu de regret, à huit minutes de la fin sur un penalty, qui y est ça ne se discute pas, oui, c'est cruel... On a l'occasion à la fin de revenir, on n'y arrive pas. Je me souviens qu'en demi finale ce coupe du Midi on a eu l'occasion de gagner le match, le gardien fait l'arrêt du match, c'était un Rivière, là encore un Rivière, ça fait beaucoup les Rivière (sourire). DonC, oui c'est dommage, j'ai l'impression que cela ne nous sourie pas."

Bryan RANJASOA (capitaine de Saint-Orens) : "on est bien entré dans le match puis c'est dommage on prend deux pénalties, le gardien fait un arrêt sur le premier mais le deuxième va au fond. Nous avons fait douter Balma, on a essayé de jouer, et on a été au niveau. Bonne continuation à eux, nous on va se consacrer au championnat qui est l'objectif et ensuite à la coupe du Midi. Balma a eu la réussite de son côté, tant pis pour nous." 

Fabrice DUBOIS (entraîneur de Balma) "tous les tours sont compliqués,  on n'en a pas joué de facile, on est allé dans le Gers, dans les Hautes-Pyrénées, dans l'Aveyron, et la région toulousaine ne déroge pas à la règle. C'était un bon derby mais ce sont des matches pièges on le savait dès le départ. Notre objectif est rempli, il faut retenir la qualification.  C'était aussi compliqué de notre faute on rate un penalty en première période, en ratant les premières occasions qui laissent l'adversaire dans la partie. Si on avait marqué avant ça aurait été un peu plus simple. On est au septième tour, la coupe a vraiment de l'importance, c'est un objectif bien réel. Avec la réforme des championnats qui n' fera qu'une seule descente de CFA2 on joue beaucoup sur la CDF. On vaut notre aventure à nous, on se la construit tranquillement."

Jérémy JOSEPH (capitaine de Balma ) : "c'était un match compliqué auquel on s'attendait. Cela fait deux tours que'on a du mal à passer. Mais comme on dit ce sont des matches de coupe de France, on est voisin ils nous connaissaient nous aussi on connaissait des joueurs. Ce septième tour de CDF c'est quelque chose de beau avec l'entrée des clubs de Ligue 2. Maintenant on aimerait on aimerait prendre un gros. En ayant du respect pour tous nos adversaires jusqu'à maintenant on  a eu beaucoup de chance au tirage pourquoi ne pas continuer ou vraiment un gros mais pas entre les deux un CFA2 à l'extérieur. Soit faire une grosse fête à Balma, ou quelque club à notre portée, on verra bien." 

LA FEUILLE DE MATCH
Cinquième tour de le coupe de France
Samedi 23 octobre, vingt heures
Saint-Orens, complexe sportif.
SAINT-ORENS (PH) / Balma (CFA2) 0-1
Arbitre : M Karim Tourèche, assisté de MM Pierre Canil et François Jurquet
Avertissements : Kouby (90e) à saint-Orens - Jouan (45e) à Balma
But : S. Cissé (84e, sp) pour Balma

SAINT-ORENS : Viarnes, Rigal, Ranjasoa (cap), Sales, Fréjaville, Bouygues (Rafilivéra,26e), Kouby, Véronèse, L. Pérez (Aglar,75e), R. Gracia, Fradkine (Paret,83e). Entraîneur : Robert Da Ros
BALMA : Rivière, Fauqué, Texier, Cavallie, J. Joseph (cap.), T. Péchart, F. Bonafé, Jouan (Bidi,80e), S. Cissé (Makouri,90e+2), Diakité, Kengne Fokam (Kandili,57e). Entraineur : Fabrice Dubois.

Saint-Orens a longtemps mené la vie dure à Cavaillé et Balma (crédit photo BSC)
Saint-Orens a longtemps mené la vie dure à Cavaillé et Balma (crédit photo BSC)

Bob Marley

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :