Connectez-vous S'inscrire

Gambardella (vidéo) - TOURNEFEUILLE passe de justesse face à BIARRITZ

Lundi 9 Janvier 2017

Ce n’est pas un exploit mais le résultat est historique pour le club de Tournefeuille qui se qualifie enfin en trente-deuxièmes de finale de la Coupe Gambardella. Si ce n’était pas un grand match, le scénario a eu sa bonne dose de suspense avec des poteaux à foison et une différence qui s’est faite sur penalty, dans un moment délicat pour les locaux (par W.H.).


En délicatesse dans leur championnat d’Honneur Ligue où ils ne sont que neuvièmes, les Tournefeuillais ont commencé à prendre goût à la Coupe de France des U19. En tout cas, les jeunes joueurs de Jean-Guy Delrieu savent se lâcher pour un match à élimination directe comme ils l’ont montré dans cette première demi-heure face à Biarritz. L’équipe de PL, qui a pris le doux nom de Jeanne d’Arc en a vu de toutes les couleurs pendant un long moment. N’en déplaise au Phocéen, je ne vais pas faire des vannes à base de « pucelle » ou de « flambée » aujourd’hui. Trop facile. Simplement dire que les nombreux spectateurs venus supporter leurs jeunes se sont arraché les cheveux en voyant les tirs de Bilel Ouchrif (12e) et Fehmi Amri (20e et 23e) tous heurter la transversale ! Maudite l’AST ? Peut-être pas. Car finalement Ouchrif va reprendre un ballon mal renvoyée par la défense, sur une looooongue touche de l’imposant Yoann Motopendza, et trouver cette fois la base du poteau… rentrant celui-là ! (25e) Les locaux n’avaient pas abandonné jusque là malgré le manque de récompense, alors on se dit qu’ils vont jouer encore plus libérés dès cet instant. Que nenni ! L’organisation défensive, qui avait déjà montré quelques faiblesses, se déséquilibre une fois de trop pour permettre à Baptiste Tauzin d’égaliser après un excellent travail collectif en deux touches de balles maximum sur quinze secondes (31e).

Tournefeuille s’appuie sur ses individualités

Ce retour des Basques va un peu éteindre Jonathan Prévot et ses coéquipiers et à Tournefeuille, c’est Pierre Mouly qui va se faire remarquer en captant les tentatives de la JAB bien plus à l’aise que dans le premier acte. Avec un jeu collectif plus cohérent, il n’est pas anormal de voir les visiteurs dominer cette seconde période, même si rien de franc ne va en sortir. À contrario, les joueurs de l’AS ont toujours préféré la voie individuelle et si ça ne leur a pas toujours souri, le cadrage débordement à gauche d’Amri va finir par payer car le très bon numéro dix va obtenir un penalty en provoquant Karim Cherri dans sa surface. En retard sur le passement de jambe, il ne proteste pas quand Monsieur Berthelet désigne sans hésitation le point de penalty. C’est Fehmi Amri qui se charge lui-même de se faire justice et ça entre à mi-hauteur, même si Thomas Morel la touche bien. Ça passe juste, mais ça suffit à la qualification pour Tournefeuille qui serre les fesses dans le dernier quart d’heure et garde la balle grâce à sa bonne technique dans le camp adverse. À la fin du temps additionnel, c’est tout un club qui est soulagé et heureux, mais qui garde la tête froide en pensant d’abord à son maintien en championnat. Mais en se hissant en trente-deuxièmes de finale de la Gambardella, toute l’équipe se fixe désormais l’objectif d’aller le plus loin possible dans cette compétition et même du côté des jeunes, on sait qu’il ne faut pas s’enflammer pour y parvenir. Rien à voir avec une quelconque vierge qui entendait des voix et a fini sur un bucher, non.

W.H.

LES RÉACTIONS
Jean-Guy DELRIEU (entraîneur de Tournefeuille) : « Ils écrivent leur histoire »
« Ce soir la plus grande satisfaction c’est la qualification. Je pense que nous n’avons pas fait un grand match alors que l’enjeu avait pris le pas sur le jeu. Biarritz nous a attendus bas et a joué les contres rapidement, comme sur leur but. Mais nous avons été la chercher contrairement au début de saison où nous étions plus faibles sur ce point-là. Quand nous avons marqué, nous avons commencé à décliner. Il a fallu qu’on soit costauds en deuxième période, même si on a refusé les duels, c’est ce qui a fait que Biarritz est revenu dans ce match. J’attends encore plus de mes joueurs, je suis perfectionniste et eux se compliquent un peu trop leur jeu. La Gambardella devient un objectif car cela met les joueurs en face de leur responsabilité. Au départ le seul objectif était le maintien en Honneur Ligue le plus tôt possible, mais je leur aussi dit que je les accompagnerai du début à la fin que ce soit en championnat ou en Coupe. Ils sont en train d’écrire leur histoire et c’est beau. Tout le monde ne peut pas jouer un trente-deuxièmes de finale alors qu’il y a trois mille équipes inscrites au départ. Se retrouver dans les soixante-quatre meilleures équipes à ce moment-là, c’est une fierté. Je sais que les garçons veulent maintenant un gros club comme le PSG, l’OM, Lyon ou Monaco, mais mon but ce n’est pas le tirage pour moi, simplement de jouer ici. »

Fehmi AMRI (joueur de Tournefeuille) : « Comme un seul homme »
« Nous n’avons pas lâché et avons joué comme un seul homme. Dans les dernières minutes on a su marquer et tenir le score. Dans les vestiaires on s’est remis en question parce qu’on commençait à lâcher et à se faire secouer. Il y a eu un petit moment de doute mais c’est vite passé. Dans ces matches de Coupe, on ne doit pas faire de différence entre les équipes qu’on joue parce que tout le monde veut passer et peut nous poser des problèmes. En voyant le monde qui s’est déplacé aujourd’hui pour venir nous supporter, on se dit que la Coupe est une belle compétition qui mérite qu’on se batte pour elle, donc oui, c’est un objectif à part entière désormais. Ce soir on va chanter et fêter la qualification mais ensuite on va penser au match de championnat la semaine prochaine contre Blagnac. »

François-Xavier LEGAZ (entraîneur de Biarritz) : « Nous attendions plus de la part de Tournefeuille »
« Il nous a manqués un peu de chance sur la deuxième période et une meilleure entrée dans ce match. C’est petit à petit qu’on s’y est mis et eux ont accusé le coup de notre égalisation. Malheureusement au moment où on peut gagner le match il nous manque la réussite et le penalty que l’arbitre nous a refusé et qu’il a sifflé cinq minutes après dans l’autre sens. Nous attendions plus de jeu de la part de Tournefeuille alors qu’ils ont joué beaucoup de longs ballons et ont mis l’accent sur le combat. Nous nous n’avons que deux deuxièmes année dans le groupe et la différence s’est faite ressentir. La montée, comme la descente, en championnat sont loin pour nous alors nous n’avons plus grand-chose à jouer. Ce soir les joueurs sont déçus mais je sais qu’il n’y aura pas de souci pour eux de se projeter sur le prochain match. »

LA FEUILLE DE MATCH
Coupe Gambardella , 64e de finale
Samedi 7 janvier 2017 à 16h
Tournefeuille, stade municipal
AS TOURNEFEUILLE (HL) / JA BIARRITZ (PH) 2-1
Arbitres : M. Quentin Berthelet, assisté de MM. Romain Beauchamp et Simon Gallet
Buts : Ouchrif (25e) et Amri (76e) pour Tournefeuille ; Tauzin (31e) pour Biarritz

TOURNEFEUILLE : Mouly – Moryousef, Lacides, Souliers, Motopendza, Latapie, Prévot (M. Duarte, 81e), Ouchrif, Canedo (Pastorello, 65e), Amri (cap.), Abdelouhab (R. Duarte, 63e) ; Sur le banc : Baylet ; Entraîneur : Jean-Guy Delrieu (suspendu)
BIARRITZ : Morel – Burucoa (Kongbo, 81e), Cherri, Esposito, Dubasquié, Elissalde, Magnes, Tauzin (Ducassou, 54e), Laroude, Coeurveille (cap.), Misseri (Gracia, 63e); Sur le banc : Housset ; Entraîneur : François-Xavier Legaz


L'AST s'est appuyée sur sa technique pour se qualifier
L'AST s'est appuyée sur sa technique pour se qualifier

WH

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :