Connectez-vous S'inscrire

Coupe de France (Cinquième tour) - Le réalisme de BLAGNAC a eu raison de l'envie de LUC PRIMAUBE

Dimanche 11 Octobre 2015

Au moment d’aborder ce cinquième tour de coupe de France, Blagnac voulait avant tout se rassurer, après sa cinglante défaite en championnat contre Balma (1-3). Auteur d’un début de saison compliqué, Luc Primaube avait également très envie de s’injecter une dose de confiance. (Par Le Phocéen sur des photos de Gilius Galinierus)


En jetant un rapide coup d’œil sur les compositions d’équipes, on remarquait sept changements dans le onze de Blagnac, par rapport à celle qui avait débuté contre Balma. D’ailleurs, contrairement aux noms couchés sur la feuille de match, pas la moindre trace de Damien Robert au coup d’envoi. À moins que ce dernier n’ait rétréci de dix centimètres, maigri de dix kilos et pris une barbe de deux mois en sept jours, c’est bien Bettayeb qui avait récupéré le fameux numéro neuf. On retenait également le retour de Nicolas Blanc en défense centrale, un élément si important pour l’équilibre des Caouecs. Devant une affluence monégasque, Blagnac se faisait pourtant surprendre sur la première occasion de Luc Primaube. Aux six mètres, Fabre arrivait à maîtriser l’étrange rebond du centre de Bertrand pour tromper Brunerol de la tête (13e). Après le revers contre Balma, il était alors intéressant de voir comment  Blagnac allait réagir. D’ailleurs, très actif dans sa zone technique, Mehdi Benabdallah s’employait à rassurer ses joueurs pour chasser le doute. Il faut dire que contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer, Luc Primaube refusait catégoriquement de fermer le jeu malgré la division d’écart. Totalement décomplexés, les joueurs de Paulo Teixeira multipliaient les assauts, notamment par Fabre et Vaysse, hyperactifs sur le front de l’attaque. Sans sa maîtrise collective habituelle, Blagnac obtenait tout de même les meilleures occasions. De loin, Bâcle lâchait la foudre et obligeait Buscaylet à la claquette (23e). Un simple échauffement des ischios. Profitant d’une remise pleine d’altruisme d’Itrisso, Bâcle trouvait cette fois la lucarne d’une merveille de frappe enroulée (35e). Une égalisation juste avant la pause, la manière idéale pour ne pas laisser le doute s’installer.
 
Blagnac dégaine son réalisme pour éliminer un Luc Primaube devenu trop dangereux
 
Visiblement cancre en mathématiques, Luc Primaube refusait de calculer. Avec un jeu porté vers l’avant et une attaque pleine de fougue, les visiteurs arrivaient à se hisser au niveau d’une équipe de CFA 2. Dès la reprise, Garrabos devait faire un retour magistral pour empêcher le geste fatal de Vaysse (49e). Une prestation qui poussait alors à l’interrogation. Combien de temps ces Aveyronnais allaient pouvoir tenir à ce rythme ? Avaient-ils subi le traitement au placenta de cheval d’un obscur médecin Serbe ? Face au danger, Mehdi Benabdallah ajustait sa formation en lançant Da Silva à la place de Garrabos, tout en faisant reculer Matumona. De quoi forcer un destin, qui allait finalement donner un petit coup de main aux Caouecs. À dix minutes du coup de sifflet final, Zelmat profitait d’un gros cafouillage dans la surface pour donner l’avantage aux siens (80e). Valeureux à 1-1, on se doutait bien que Luc Primaube ne renierait pas ses principes en étant mené au score. La bave aux lèvres, les Blagnacais savaient qu’ils pouvaient profiter des espaces. Sur coup franc, si Roda trouvait la barre de Brunerol (81e), c’est bien Blagnac qui décrochait les occasions pour plier le match. Buscaylet repoussait d’abord une frappe de Kassous (86e), avant de voir la tête de Robert passer au-dessus (89e). Au fin fond du temps additionnel, Luc Primaube décrochait un dernier coup franc excentré côté gauche. Un coup de pied arrêté difficile pour le commun des footballeurs, pas pour Roda. Le Recoba Aveyronnais envoyait un ballon tendu repris aux six mètres, qui faisait trembler les filets (93e). Une euphorie transformée en fausse joie d’anthologie par le drapeau du juge de touche, levé pour un hors-jeu. Les joueurs de Luc Primaube pouvaient s’égosiller, la messe était dite. Bousculé par un adversaire surprenant, Blagnac décroche finalement sa qualification aux forceps, avant le derby en championnat contre la réserve du TFC.
 
Par Le Phocéen

LES RÉACTIONS
Mehdi BENABDALLAH (Entraîneur de Blagnac) : « On avait le devoir de réagir après la défaite contre Balma. Face à une très bonne équipe de Luc Primaube, on a su faire les efforts et marquer aux bons moments. Le contenu a été moyen, mais ce n’était pas le plus important. Je voulais d’abord voir la réaction de mes joueurs au niveau de l’engagement. C’était le match que j’espérais, je voulais une qualification difficile. Je tiens à féliciter les joueurs, le staff et les dirigeants. On avait besoin de tout le monde pour redresser la barre. »

Paulo TEIXEIRA (Entraîneur de Luc Primaube) : « On a fait un très bon match. Je pense qu’on a été largement au niveau de Blagnac. Dommage qu’on manque de chance sur le dernier but. C’est un groupe jeune, il y a de la qualité, mais pour l’instant, nos prestations ne sont pas récompensées. » 

LA FEUILLE DE MATCH
Coupe de France, 5ème tour
Samedi 10 octobre 2015, 18h
Blagnac, complexe sportif Andromède
BLAGNAC / LUC PRIMAUBE 2-1
Arbitre : M. Cournot, assisté par MM. Achaaraoui et N'Guessan
Avertissements : Clastrier (56e) à Blagnac - Hermet (42e), Vignolle (93e) à Luc Primaube
Buts : Bâcle (37e), Zelmat (80e) pour Blagnac - Fabre (13e) pour Luc Primaube

BLAGNAC : Brunerol - Garrabos (Da Silva, 67e), Zelmat, Blanc, Vivies (cap.), Bâcle (F. Rodriguez, 79e), Itrisso, Clastrier, Bettayeb, Kassous (Robert, 88e), Matumona. Entraîneur : Mehdi Benabdallah
LUC PRIMAUBE : Buscaylet - L. Poujol, Hermet (Turlan, mi-temps), K. Arnal (Vignolle, 69e), Lebreil, G. Laneau (cap.), J. Gailhard, V. Bertrand (E. Matha, 82e), Vaysse, S. Roda, A. Fabre. Entraîneur : Paulo Teixeira



Le Phocéen

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :