Connectez-vous S'inscrire

Coupe de France Féminine - Marjorie GIRALDOU (Léguevin): "J'ai vécu beaucoup de choses à travers le football"

Dimanche 15 Septembre 2019

Passionnée de football depuis toujours, Marjorie ne voit pas sa vie loin des terrains et sans caresser le fameux ballon rond. A maintenant 32 ans, elle fait depuis sept ans les beaux jours de Léguevin et ne compte pas s'arrêter là en insufflant à ses coéquipières son envie et son ambition. Dès cet après-midi, elle tentera de le démontrer en Coupe de France contre l’US Albi. (Par Le Lensois)


Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans le football ?
J'ai fait un peu de danse classique, comme toutes les mamans, elle m'a mis là-dedans (rires). J'avais le besoin de beaucoup courir même à l'école. Au-delà de un, deux, trois soleil et de la marelle, il n'y avait que ça et c'est parti de là. Après c'est un sport accessible, il suffit d'un ballon et d'une paire de tennis pour pouvoir jouer.
 
Comment vous êtes-vous lancée dans le football ?
J'ai commencé à l'âge de 8 ans, aujourd'hui j'en ai 32 ans. J'ai commencé à St Orens en benjamine avec les garçons. 
 
Ce n’était pas compliqué de jouer en mixte au début ?
Non, les garçons c'est toujours pareil. Si vous méritez votre place, ils vous font confiance et jouent avec vous. Dès qu'ils commencent à être plus forts, ils jouent un peu plus perso.
 
Vous gardez donc de bons souvenirs de vos premières années de foot à St Orens ? 
Oui bien sûr, à St Orens, on avait une bonne petite équipe de jeunes. On faisait de très bons tournois. En début d'adolescence, je n'avais plus le droit de jouer avec les garçons. Il fallait une dérogation pour pouvoir le faire. À part le TOAC, à l'époque il n'y avait pas d'autres clubs sur Toulouse. J'ai donc rejoint le TOAC (ex-TFC). Du coup j'ai fait environ dix ans au TFC.
 
En venant du TFC, qu'est-ce qui a justifié votre choix de partir pour Léguevin, qui à l'époque évoluait en niveau district ?
À Léguevin je vais attaquer ma septième année. Je regardais un club pas loin de mon lieu de travail, je cherchais donc dans le secteur de Pibrac-Blagnac. Je voulais également éviter un trop bas niveau.
 
Finalement, vous avez adopté le club !
C'est peut-être même le club qui m'a adopté (rires). Comme dans tout club féminin, il y a le coach, les cadres qui gèrent un peu et aident l'entraîneur. C'est plus facile quand vous avez le niveau que demande le club. Après, c'est le côté humain qui m'a plu. Au Tef' c'est quasiment un côté pro, là c'est plus le côté partage avec l'équipe et les coéquipières sur le terrain mais également en dehors.

"Là c'est un combat. Il faut donner le meilleur de nous-même"

Depuis toute petite, Marjorie donne tout pour le football. (crédit: M.G.)
Depuis toute petite, Marjorie donne tout pour le football. (crédit: M.G.)
Le club a tout de même de bons résultats via notamment un joli maintien pour sa première en R1 la saison dernière...
C'est du bonus. C'est peut-être également ce qui fait que je reste aujourd'hui. Parfois la PH (R2) c'est difficile. Petit niveau dit petit club et également terrain de bas niveau. Tout le monde joue dessus et ce n'est pas le Parc des Princes. Il y en a beaucoup de nous qui ne connaissaient pas la DH (R1), c'était intéressant à jouer footballistiquement. L'enjeu, c'était de se maintenir.
 
N'aviez-vous pas peur d'avoir bien plus de mal que cela à vous maintenir ?
Je vais vous donner une phrase intéressante de la part des seniors de chez nous. « Sur les trois premiers matchs, vous allez prendre trente buts ! » Sachant qu'on prend le Tef' et Rodez sur les trois premières journées. On gagne une de ces trois journées et là il y a eu un déclic. Nous avons mis toutes les billes de notre côté pour montrer qu'on est des filles, qu'on sait jouer au foot et qu'on va essayer de faire quelque chose.
 
Comment avez-vous vécu ce maintien finalement ?
On ne s'en rendait pas compte. Mais quand on s'est maintenu, nous étions à Gaillac, nous gagnions 2-1. Nous avons chanté « On est en DH l'année prochaine ». Le groupe de Gaillac était surpris car elles pensaient que nous étions déjà maintenues. Pour nous ce n'était pas fait. Moi j'aurais aimé jouer des barrages. 
 
Aimeriez-vous monter en D2 avec Léguevin ?
La D2, je pense que c'est trop compliqué. Même si nous aimons la compétition, nous ne sommes pas desservis. Il n'y a pas de métro, de tram... Même si par miracle nous avions passé les barrages, nous n'avions l'infrastructure ni dans le club, ni autour du club. Nous n'avons pas de synthétique, nous n'avons pas d'argent. Même si le club nous permet d'avoir des mini-bus pour les déplacements, la D2 ça aurait été trop compliqué. Et pourtant le club s'investit beaucoup. Il y a quelques années, nous n'avions pas les mini-bus. Mais quand vous partez à Strasbourg, vous ne pouvez pas y aller en mini-bus.
 
Pensez-vous que le groupe a les qualités pour atteindre ces barrages ?
Quelques joueuses qui ont vraiment le niveau DH et les autres qui part l'esprit de groupe et la combativité donnent tout ce qu'elles ont. Cette étape de la D2, c'est un gros palier à franchir. Moi j'y ai cru quand nous avons joué Balma. Je voulais faire vivre ça à mes coéquipières. Même si derrière je pense que ça n'était pas passé, ça aurait été une aventure.
 
Pour vous, sera-ça l'objectif de cette saison ?
Je pense que nous n'avons pas encore parlé d'objectifs. Je pense que l'objectif sera le même : se maintenir et pourquoi pas faire des coups en Coupe avec une demi-finale en Coupe d'Occitanie, ou aller le plus loin en Coupe de France. Bien sûr, si nous pouvons avoir une possibilité de barrage de D2, je signe de suite. Moi j'ai déjà vécu tout ça, mais ce n'est pas pareil. Quand on gagne avec ce club, ou un petit club c'est différent. J'ai gagné la Coupe du Midi avec le TFC, ce n'est pas pareil. On gagne la finale 4-0, c'est presque comme si nous avions gagné la coupe avant de la jouer. Là c'est un combat. Il faut donner le meilleur de nous-même. Ce n'est clairement pas pareil.

"Nous sommes davantage prêtes à faire des concessions sur le sujet"

Gagner avec Léguevin représente une joie indescriptible pour Marjorie. (crédit: M.G.)
Gagner avec Léguevin représente une joie indescriptible pour Marjorie. (crédit: M.G.)
En section féminine, les coachs évoquent souvent les difficultés des joueuses pour lier leur passion du football et leur vie perso, souvent vie de maman. Qu'en dites-vous ?
Effectivement c'est compliqué. Je n'habite pas à Léguevin, je dois faire vingt minutes de voiture pour aller à l'entraînement. Après moi je la vis moins cette problématique car je n'ai pas d'enfant. Je n'aime pas trop me comparer aux hommes car ils ont toujours eu plus. Quand j'étais au Tef', je voulais en faire ma vie, mais je ne pouvais pas. Alors qu'aujourd'hui, les filles peuvent l'entrevoir. Après, il ne faut clairement pas lâcher les études. Quand je vois les pubs avec la Coupe du Monde, ils sont bien mignons, mais ils ne parlent pas du reste des quatre entraînements par semaine. Moi je n'ai pas eu d'adolescence car j'avais ça. Le foot c'est votre vie, ça se résume à ça. Il faut faire des compromis avec son conjoint pour pouvoir jouer en tant que maman. Je pense que nous sommes davantage prêtes à faire des concessions sur le sujet que les hommes.
 
Auriez-vous des objectifs personnels pour la suite de votre carrière dans le football ?
Que ça s'arrête le plus tard possible. Moi j'ai essayé d'arrêter, pour le moment je ne me vois pas le faire. Quand j'en aurais marre, je le sentirais et je verrais. J'ai vécu beaucoup de choses à travers le football.
 
Et une fois les crampons remis dans le sac, aimeriez-vous devenir coach ?
Ah oui complètement. Rester affiliée au club et si ce n'est pas coach, c'est dirigeant et aider le club. L'année dernière j'ai coaché des U18 et j'ai arrêté car je ne pouvais pas tout faire. Pourquoi pas reprendre une équipe dans les années futures quand j'aurais moi-même arrêter. Si nous étions payées pour le faire, nous aurions peut-être plus de temps pour le faire. Chez nous, un tiers de l'équipe féminine fait partie des éducateurs !
 
Recueillis par Le Lensois
lelensois@footpy.fr

Marjorie souhaite voir son équipe aller loin en coupe cette saison. (crédit: M.G.)
Marjorie souhaite voir son équipe aller loin en coupe cette saison. (crédit: M.G.)

Le Lensois (lelensois@footpy.fr)

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :