Connectez-vous S'inscrire

Coupe de France - PORTET élimine FOIX au bout du suspense

Mardi 6 Octobre 2020

La possibilité d'accéder au cinquième tour de la coupe de France passe au-delà des tracasseries administratives et météorologiques... Entre deux formations joueuses comme Portet et Foix, connues pour l'excellent travail qui y est effectué la rencontre devait tenir toutes ses promesses. Pour une fois ça a été le cas !


Un arrêté municipal émis en toute fin de semaine a obligé le président Soula de délocaliser la rencontre prévue initialement sur le terrain annexe du stade municipal de Portet. Cugnaux a heureusement accepté de recevoir les deux formations sinon c'était l'inversion des terrains avec Foix qui avait par précaution pris toutes les dispositions nécessaires. Quand je suis arrivé à Cugnaux c'est tout naturellement que je me suis rendu à Jean Dardé car cela faisait un sacré moment que mes désignations ne m'y avait pas envoyé. Quelle désolation de voir l'état dans lequel se trouve ce lieu mythique ! Nostalgie quand tu nous tiens...   Heureusement que le synthétique de repli est pourvu d'une tribune parce que les éléments rigoureux de l'hiver arrivé d'un seul coup, sans transition avec les très récentes grosses chaleurs ont sévi avec virulence. Froid piquant, pluie, vent, tout pour plaire. Je suis obligé de revenir sur l'absence de droit à l'accès des vestiaires qui oblige les joueurs à se changer dans la tribune. La Préfète de l'Ariège a fait marche arrière et a autorisé le retour dans les vestiaires, pas celui de la Haute-Garonne, comprenne qui pourra !  Le match débute avec énergie, peut-être pour se réchauffer mais aussi et surtout parce qu'il y a de la qualité dans ces deux groupes joueurs qui ont travaillé sur l'état d'esprit et le respect. Ce sont les Ariégeois qui entament le mieux la rencontre et en obtiennent la récompense par Moura (15e, 0-1). Le pensionnaire de R2 tient la dragée haute à son hôte prouvant que la réputation qui le précède n'est pas usurpée. Portet répond à la mesure du défi proposé ce qui rend la rencontre agréable à suivre. Peu après la demi-heure de jeu une main (???) dans la surface locale semble évidente mais l'action laisse l'arbitre de marbre. Peu avant la fin du premier acte Rejeb permet au gardien Sanchez d'étaler ses aptitudes.
 
Le rythme ne faiblit pas
 
L'opposition est toujours aussi serrée entre deux groupes finalement assez proches l'un de l'autre avec un ballon qui circule vite. Il manque peut-être un peu de précision dans le dernier geste ? Les arrières latéraux de Portet n'hésitent pas à porter le danger sur les côtés mais laissent des espaces dans leur dos ce dont les Ariégeois essaient de profiter. Depuis longtemps (quasiment depuis la demi-heure de jeu) les hommes de Girardin ont reculé et procèdent en contre. Heureusement pour Portet que la dernière passe est souvent approximative et que De Aveiro ne soit pas dans un grand soir, sinon la déconvenue eût été là. Asamoah vraisemblablement le meilleur joueur égalise après un tir de Rejeb repoussé dans l'urgence par Sanchez (60e, 1-1). Rien de plus malgré pas mal de bonne volonté mais une baisse physique bien compréhensible si ce n'est une frayeur sur le but visiteur après une intervention de Sanchez, comment dire, hésitante, maladroite, mais sans conséquence ? Plus de prolongation vous le saviez. La séance des tirs au but la plus rapide jamais préparée (à cause du froid ?) et les frappes se succèdent. Sur le but dans le sens du vent, ce qui facilite quand même la tâche des tireurs, les Portésiens sont les plus adroits et prennent avec délectation le ticket pour le cinquième tour. Visite qui se dérobe pour la deuxième année consécutive aux Ariégeois par la faute de cette fatidique session.
Allez ma petite digression rituelle avec la présentation de celui qui a accompagné ma soirée. Qui l'a égayée par ses remarques spirituelles et aidée par celles beaucoup plus techniques. J'ai eu le plaisir de voir arriver Jean-Louis Fauré qui après s'être trouvé sans club vient petit à petit voir des rencontres. Il est surprenant que certains de nos meilleurs techniciens, dont je ne fais pas la liste de peur d'en omettre un ou deux n'aient pas attiré l'oeil de certains !!! Bref, quand je vois certaines arrivées je me demande comment d'autres restent à la maison ? Au moins quand je suis avec ceux que je connais bien je suis heureux qu'ils partagent avec moi leurs analyses expertes auxquelles je ne comprends pas tout, même si je fais semblant de percuter. Jean-Louis grand connaisseur du football mais aussi (métier oblige) de la langue française a toujours joué avec moi en me proposant à chaque interview une locution latine. Heureusement que je les connaissais pour ne pas passer pour un ignare. À une exception près mais revenu chez moi je me suis précipité sur internet pour en avoir la traduction. À l'époque où il était souvent interviewé, un pari avec un repas à la clef était de placer dans sa décla un mot improbable qui n'avait absolument rien à voir avec le foot (concupiscent par exemple....). Il a bien mangé "à pas cher" le bougre.             
 


LES RÉACTIONS
Mickaël GUERRERO (entraîneur de Portet) : « Encore une fois l’efficacité qui pêche »
"Satisfait bien entendu. La qualification c'est ce que l'on cherche à chaque tour, donc oui satisfait pour le groupe. Ensuite c'est encore une fois l'efficacité qui pêche. C'est ce qui fait la différence entre les très bonnes équipes et les bonnes. Les très bons finisseurs, finir et faire mal à l'adversaire, le mettre un petit peu KO." 

Grégory GIRARDIN (entraîneur de Foix) : « On aurait dû faire mieux »
"L'année dernière aux tirs au but, cette année aussi... C'est frustrant parce que les gars ont fait un bon match. Ils se sont donnés, beaucoup d'abnégation, beaucoup d'efforts dans des conditions difficiles. Bon voilà ça n'a pas basculé de notre côté, c'est comme ça, c'est la coupe. On aurait dû faire mieux. Quand on a ouvert le score je pense que l'on a un peu trop reculé. On a voulu préserver le but au lieu de continuer à jouer ! C'est un peu ça le regret, après dans les conditions dans lesquelles on est les garçons ont tout donné et on peut quand même être fier d'eux."
 

LA FEUILLE DE MATCH
Coupe de France, Quatrième tour
Samedi 3 octobre 2020, 20 heures 
Cugnaux, terrain synthétique
PORTET-SUR-GARONNE (R1) / FOIX (R2) 1-1 (MT : 0-1) (4-2 aux TAB)
Arbitres : M. Julien Daumas, assisté de MM. Yannick Planas et Lukas Gabin
Délégué : M. Augustin Ventaja 
Buts : Gnaglo (60e) à pour Portet - Mouro (15e) pour Foix
Tirs au but : Rivart, Lazuech, Sliman, Gnaglo (réussi) pour Portet – Mouro, Pinelli (réussi), Arjona, K. Fadil (raté).
Avertissements :  Hafidi (18e), Lloret (71e), Asamoah (72e) à Portet - Salvy (36e), Climent (53e), De Aveiro (58e), R. Fadil (89e) à Foix 
 
PORTET : Marcimain - Fofana, Hafidi, Lloret (cap.), Makoundou, Motopendza, Rivart, Asamoah, Lazuech, Rejeb (Sliman,71e), Gnaglo
Entraîneur : Mickaël Guerrero  
FOIX : Sanchez - Joumani, Salvy, Lucien (De Ferluc,64e), K. Fadil, R. Fadil (cap.), Pinelli, Arjona, De Aveiro, Mouro, Climent.
Entraîneur : Grégory Girardin.
 

Portet et Foix auront dû se départager lors de la séance de tirs au but. (crédit: FCF)
Portet et Foix auront dû se départager lors de la séance de tirs au but. (crédit: FCF)

Jean-Jacques Evrard

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :