Connectez-vous S'inscrire

Coupe de France féminine (vidéo) - LE COZ bourreau de PORTET !

Lundi 11 Janvier 2016

Sous un temps breton, Portet avait sorti la ligne en espérant pêcher du Merlu. La formation d’Emma Davezac abordait la partie avec ambition après avoir eu le scalp d’Aurillac, autre équipe de Division 2. (Par Le Phocéen, MM'S)


Comme un jeune puceau, le match s’avérait d’une précocité déroutante. Moins d’une minute de jeu et déjà deux énormes occasions ! La première pour Portet avec le face-à-face de Louvrier, la seconde pour Lorient, mais Jouanno préférait dribbler jusqu’à Pizza Paï au lieu d’ajuster Riet. La vitesse dévastatrice de Jouanno représentait rapidement le principal danger pour les Portésiennes. D’ailleurs, sur chacune de ses accélérations, les cris Lara Fabianesques d’une supportrice locale faisaient saigner les tympans sur un périmètre de trois mètres. Sourds, il restait tout de même la vision aux spectateurs pour voir la rencontre basculer soudainement, sur un élément qui fait souvent la différence entre les équipes de différents niveaux : l’efficacité. Seule aux six mètres, Desmet écrasait sa frappe alors que le plat du pied semblait s’imposer (26e). Une occasion qui aurait peut-être pu immiscer le doute dans les rangs lorientais. Malheureusement, dans la foulée, Le Coz se montrait désespérément opportuniste en rentabilisant un gros cafouillage (29e). À l’image de Vincent Labrune apprenant la grossesse de Margarita, le banc visiteur laissait éclater une joie qui trahissait toute la méfiance vis-à-vis de l’épouvantail Portésien. Sans aucun doute le tournant du match, puisqu’à partir de la demi-heure de jeu, la supériorité technique de Lorient s’affichait plus criante et lui permettait de conserver ce précieux pécule jusqu’à la pause.
 
Lorient au-dessus techniquement
 
Son avantage sous le bras, Lorient devenait plus gestionnaire en seconde période. Bien en place, les Merlus attendaient tranquillement leur adversaire pour le prendre en contre. Débordantes d’envie, si les Portésiennes affichaient la meilleure volonté du monde, leur secteur offensif apparaissait un peu léger pour inquiéter les solides gabarits bretons. Il est vrai que pour ce match de gala, Portet ne disposait pas de toute son armada, avec les absences de Levy, Moretto et Malard, sorte de fusion entre Ocampos et Alessandrini, éloignée des terrains pour cause d’excès de Kebabs. Malgré tout, poussé par des supporters à la hauteur de l’événement, Portet n’hésitait pas à prendre des risques pour s’éviter le moindre regret. Du pain béni, pour la rapidité des attaquantes Lorientaises. Partie à la limite du hors-jeu, Mace voyait sa frappe toucher la barre transversale avant d'embrasser la ligne de but, histoire de faire un petit coucou à la Goal Line Technology (63e). Mise à part une occasion de Louvrier à la suite d’un superbe changement d’aile (69e), Portet s’entêtait à tenter des frappes de loin, très loin, avec autant de chances de conclure que Jean-Claude Duss. À force de se livrer, les premières langues se tiraient. Résultat, la dernière demi-heure apparaissait physiquement très compliquée pour les Portésiennes.
 
Le Coz s’offre un doublé et tue le match
 
Alors que le rythme chutait logiquement, Prosper bénéficiait gratuitement d’un superbe tatouage de crampons Adidas taille quarante sur la cheville. Pour récompenser le geste tout en maîtrise de Jouanno, l’arbitre sortait le carton rouge direct en guise de note artistique (81e). Sous les yeux de Nicolas Bayod, président impliqué à fond dans la rencontre, ce fait de jeu semblait laisser la porte entrouverte à l’exploit. Un espoir finalement éphémère, puisque quelques secondes plus tard, Le Coz s’offrait un doublé pour définitivement tuer le match (81e). Prise d’empathie, Ezano trouvait ensuite la barre sur coup franc (85e), puis la main ferme de Riet (91e), pour ne pas creuser l’écart davantage. Plein d’enthousiasme, Portet aura fait douter les Merlus l’espace d’une demi-heure, avant de plier face au réalisme et la supériorité technique des joueuses de Division 2. Désormais, les joueuses d’Emma Davezac vont pouvoir se concentrer à cent pour cent sur le championnat, leur objectif prioritaire, pour tenter de conserver leur première place.

Par Le Phocéen


LA FEUILLE DE MATCH
Coupe de France féminine, 32ème de finale
Dimanche 10 janvier 2016, 14h30
Portet-sur-Garonne, stade Municipal
PORTET-SUR-GARONNE / LORIENT 0-2
Arbitre : Mme. Cruchon, assistée par MM. Carrie et Samir
Avertissements : Rieux (39e) à Portet - Vidal (57e), Le Diodic (68e) à Lorient
Buts : Le Coz (29e, 82e) pour Lorient

PORTET-SUR-GARONNE : Riet - El Fenniri, Garnacho, Mamata, Prosper (Khiar, 80e), Faure (cap.), Desmet (Rieux, 35e), Louvrier, Dandine, Sender, Falcou (Boyer, 68e). Entraîneur : Emma Davezac
LORIENT : Thiery - Guinehut, Clerc, Le Moine, Le Diodic, Mace, Le Gal (Le Ster, 85e), Vidal (Ezano, 61e), Jouanno, Le Coz (cap.), Salaun (Le Port, 72e). Entraîneur : Alain Le Dour
 

Céline Fauré et ses coéquipières se sont bien battues (crédit photo AS Portet)
Céline Fauré et ses coéquipières se sont bien battues (crédit photo AS Portet)

Le Phocéen, MM'S

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :