Connectez-vous S'inscrire

Coupe de France (quatrième tour) - le GIROU et ses retraités tombent TOURNEFEUILLE

Dimanche 27 Septembre 2015

Comme d'habitude quelques remarques en vrac. Tout d'abord cette rencontre classée à haut risque, c'est du moins le bruit très persistant qui a couru n'a jamais justifié une telle appellation... (Par Bob Marley)


Bien sûr comme à son habitude le Girou Kop a pesé sur l'ambiance. Fidèle à sa réputation qui a franchi les limites du département il a animé le match de sa gouaille, de sa verve et de ses chambrages. Mais une ambiance bon enfant, un tantinet irrespectueuse a même conquis Jean-Claude Duss, euh, pardon Julien Laporte comme il l'a confié une bière à la main longtemps après le trille final. Il a ajouté : " le meilleur du match était dans la tribune, c'est un public comme j'aimerais en avoir. Je m'y attendais et j'ai aimé. Quand j'ai eu des crampes s'il n'avait pas été comme ça j'aurais demandé à sortir, là   je me suis relevé vite, et je suis reparti en clopinant." En veine de confidence et un brin chambreur lui aussi en s'adressant à Mehdi Makouri il a ajouté : "je n'ai pas eu comme Ageorges un match dans un fauteuil, il faut se les peler les Braunwart et autres qui courent partout, au casque, courir après eux partout, tout couvrir ...." Bon il ne l'a peut-être pas dit tout à fait comme, ça mais dans l'esprit je traduis assez fidèlement ses propos. Tant que je suis sur ce zèbre j'en profite pour lui réitérer mes vœux de bon anniversaire. Trente-quatre ans depuis mercredi, qu'il fête en discontinu depuis ! Avant dernière petit aparté, l'état de la pelouse,  remarquable. Le travail paie dit-on, la preuve en a été apportée une fois de plus. Pour finir, mes sources m'avaient donné l'info dès vendredi et j'avais mis sur FB qu'il  aurait une surprise, elle a été présente. L'inventaire des forces locales en présence présentant un déficit numérique, le coach a dû sortir prématurément de leur repos deux "jeunes retraités" Messieurs Jean-Michel Ageorges, titulaire s'il vous plaît, et Mehdi Makouri entré en fin de match. Le premier qui était frustré en vétéran de ne pas pouvoir tacler nous a régalés de trois ou quatre interventions d'une propreté absolue. Il a quand même fini en : "ayant mal partout" a-t-il avoué. Le second, sorti de son chapeau par Séb. Salles entré quelques minutes avant la fin doit certainement à son statut relationnel fusionnel avec le coach d'avoir pu honorer une nouvelle cape, peu après son départ à le retraite. Ou alors ils se sont ligués contre moi pour me faire perdre un pari. Fort des déclarations très fermes de Mehdi affirmant qu'il ne reviendrait pas sur sa décision d'arrêt, j'ai parié un repas avec le sieur Del Frari. J'ai donc perdu, puisqu'il a rejoué. Je pensais être apprécié dans ce club, quelle désillusion ! Cela ressemble à un complot mafioso. La chantilly sur la cerise sur le gâteau aurait été de voir sur la feuille Nicolas Marty, pourquoi pas ? On l'a échappé belle quand même puisque ce type affûté comme jamais, sans une once de graisse en trop, est encore .... blessé. Comme d'hab penserez-vous, ses adducteurs sifflent, et oui ! Mais attention, il m'a prévenu qu’il suit un traitement de cheval pour guérir vite et être éventuellement prêt. Paradoxal, un remède de cheval pour un bourrin, non ?  Finalement que de temps perdu en fin de saison dernière pour des effets d'annonce à deux balles des médias sur des pseudos départs en retraite de vieilles gloires. Des divas plutôt !
 

Serieux, appliqué et réaliste le Girou s'impose

Une partie très bien arbitrée, c'est à souligner même si c'est quand même assez fréquent. Je digresse un peu ( beaucoup ? ) parce que la première période n'a pas été d'un grand niveau, avec peu d'engagement et de rythme. Heureusement que j'ai été comme très souvent, accompagné par un de mes potes, en l’occurrence ce soir Jamel Trafik ex co-entraîneur de la 2 du Girou et actuel co-entraîneur de la 2 de Saint-Simon, et par quelques olibrius du Kop du Girou venus "m'allumer", à tel point que à cause de Binbin j'ai raté le début de l'action amenant le but de Bouis. Mais moi j'en ai vu la fin, au contraire de mon chambreur qui tournait le dos à la pelouse. Un joli but d'ailleurs venu de la droite après un bon travail de Claraco qui a donné à Bouis, capitaine qui a frappé de l'entrée des seize mètres au deuxième poteau (merci Patou pour cette description). Cette réalisation a profité d'un arrêt de Boussaguet un peu .... raté. Son plongeon sur sa droite était un peu court. De suite je tiens à préciser à ce gardien que je ne me permets pas de juger s'il est responsable ou pas, mais que c'est ma référence du staff technique tournefeuillais qui l'a décrit comme ça. On est en début de saison, je me suis déjà fait allumer par un Castanéen dont j'ignore les fonctions sur Facebook, et je ne voudrais pas m'attirer trop tôt l'ire d'autres personnes. J'ai le temps ! Pour cause de blessures, de suspendus, de rotation, que sais-je, c'est un effectif juvénile du côté local. Heureusement la charnière, très .... expérimentée (plagiant Philinte dans le Misanthrope) : " qu'en termes élégants ces choses là sont dites" pour ne pas vexer nos vétérans, a fait sacrément remonter la moyenne d'âge ! En face le groupe était loin d'être au complet, sans Pégot, Péries, Lamghani entre autres (source Jean-Louis Fauré). Donc pendant de longues minutes pas grand chose pour s'exciter, une horizontale de Boussaguet devant Ralison, certainement le meilleur local, un dégagement des deux poing de ce même gardien. Puis une frappe au-dessus de Dramé satellisée (coucou Dennis), un tir un peu trop croisé de Michel, un coup franc de Bouis contré par le mur visiteur, un ballon enroulé par Claraco juste au-dessus. Cinq minutes avant le repos ce but décrit plus haut de Bouis. Une petite minute pour Dramé qui touche le poteau gauche, sortant. Peut-être un petit manque de réalisme ? Dommage parce que pratiquement dans la foulée l'écart est creusé. Profitant du boulevard des Champs Élysées (merci J.-L. pour cette métaphore) de la gauche de la défense visiteuse, Zéroual qui jusque là avait raté beaucoup de choses malgré ses qualités, adresse un centre long sur lequel l'avant centre de remplacement Maxime Goreau place une tête avec un rebond qui va au fond. Magnifique ! À partir de ce moment Tournefeuille s'empare du ballon et domine. Mais il y a un peu trop d'imprécision sur ce fameux dernier geste qui doit être décisif. Le Girou procède par contre sur le véloce Braunwart qui met à mal les rotules de M. Laporte .Cette situation de domination subie convient bien aux locaux qui se montrent dangereux. Puis c'est au tour de El Hamdi de toucher du fer avec encore un extérieur du poteau gauche. maladresse, malchance ? Coupez sauve devant ce même El Hamdi. Sur le corner qui suit Viste rassure en prenant le cuir à deux mains. Fresnel tente un lob de plus de quarante cinq mètres qui passe de peu à gauche. C'est le Girou qui finit en étant le plus dangereux mais Cambon et N'Goumou ne cadrent pas. Tournefeuille a vraiment fait preuve de trop peu de précision pour espérer mieux, les occasions il faut les mettre a répété Julien Fresnel. La victoire du Girou entre dans la logique de la hiérarchie mais pas que, elle est méritée. 

Par BM

LES RÉACTIONS
Séb. SALLES (entraîneur du Girou) : "content, la victoire fait continuer l'aventure en coupe de France. On sait très bien qu'on ne la gagnera pas, mais j'espère que ça va nous donner du mordant pour Muret. Il nous tardait de revenir à la maison, on s'y sent bien apparemment."
 
Franco RALISON (joueur du Girou) : "ça fait plaisir d'obtenir notre première victoire, en plus à domicile, on n'attendait que ça et on a fait le boulot. On a prouvé qu'on a des tripes et que même si le groupe est jeune cette année, on est là. La jeune formation du Girou est quand même là. C'est la première fois que je suis titulaire, c'est un plaisir, pour le moment je prends ce que l'on me donne et j'espère que j'ai montré assez pour pouvoir y goûter encore."
 
Jean-Louis FAURÉ (entraîneur de Tournefeuille ) : " quand tu ne gagnes pas les duels, quand il te manque les fondamentaux tu perds les matches. On a eu l'illusion d'être au niveau du Girou, mais que l'illusion. On a manqué d'impact, on sait qu'il faut gagner les duels, on ne l'a pas fait."
 
Julien FRESNEL (capitaine de Tournefeuille) : "sur un match de coupe on a forcément de la déception. On savait que ça allait être un match compliqué au Girou qu'il fallait être bon dans les duels et dans l'utilisation du ballon. On se rend compter qu'on a été suffisant là dessus, sur l'utilisation du ballon, en première période sur les duels on n'a pas été trop présent.Dans les zones de vérité quand on a un/deux occasions il faut savoir les mettre au fond on ne l'a pas pas dans les surfaces offensives ni défensives donc forcément déçu."

LA FEUILLE DE MATCH
Quatrième tour de la coupe de France 
Samedi 26 septembre 18h
Pechbonnieu, stade municipal
GIROU (DH) / TOURNEFEUILLE (DHR) 2-0
Arbitre : M Damir Karaman, assisté de MM Samir Najib et Ivan Augugliaro
Buts :  Bouis (40e), Max. Goreau (47e) pour le Girou
Avertissements :  Goreau (55e) au Girou - Laporte (48e) à Tournefeuille

GIROU : Viste, Claraco, Coupez, Ageorges, Rasolofoarinivo, Bouis (cap.), Zéroual, N'Goumou, Goreau, Ralison, Braunwart, Gil, Cambon, Makouri. Entraîneurs : Séb. Salles, Jaoued Laqsil et Benjamin Montespan.
TOURNEFEUILLE : Boussaguet- N'Sibu, Lauzier, Miatto, Laporte, Pinto, Michel Grattepain, Dramé, Fresnel (cap.), Langlade, Massat, A. Garcia, El Hamdi. Entraîneurs : Jean-Louis Fauré et Sébastien Ménéghetti.


Ageorges et Makhouri ont rechaussé les crampons pour aider le Girou sur ce tour. Occasionnel ou retour ? À suivre
Ageorges et Makhouri ont rechaussé les crampons pour aider le Girou sur ce tour. Occasionnel ou retour ? À suivre

Bob Marley

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :