Connectez-vous S'inscrire

Coupe de France (vidéo) - La révolte de SAINT-ORENS a payé à UCHAUD !

Lundi 29 Octobre 2018

Un dimanche après-midi qui a marqué à jamais l'histoire du club qui atteint pour la première fois le septième tour de la compétition. Porté par une cinquantaine de supporters qui avaient fait le déplacement dans le Gard, Saint-Orens a trouvé les ressources pour créer l'un des rares exploits de ce sixième tour en Occitanie. (par Gilius Galinierus)


Durant cette rencontre pas évidente sur le papier, à l'extérieur pour défier une formation de Régional 1, Saint-Orens est passé par tous les états. D'abord une première période très difficile. Avec un jeu de possession bien en place, les Uchaudois mettent en difficulté les Saint-Orennais et finissent par ouvrir le score juste avant la pause suite à une belle action collective. De quoi faire réagir Guillaume Balagué, le coach de Saint-Orens, passablement agacé par ce sentiment d'avoir été impuissant et de ne pas avoir joué le match à fond. « Les consignes d'avant match étaient de se faire plaisir et de prendre le match comme un bonus. Faire un sixième tour pour un joueur de R2 est assez rare et il faut savoir savourer ces moments-là. Nous voulions faire douter cet adversaire qui a des difficultés cette année alors que nous tout nous sourit, sauf un match. Le première période a été beaucoup trop timide et nous étions souvent en retard. Après une mise au point assez forte dans le vestiaire et un changement de joueur, nous sommes revenus avec de bien meilleures intentions ».

Saint-Orens va vite reprendre l'avantage pour le conserver jusqu'au bout

Les pendules remises à l'heure, ses joueurs attaquent la seconde période avec plus d'envie et de qualité technique, se créant plusieurs situations intéressantes. C'est assez logiquement qu'ils égalisent à vingt minutes de la fin par Sébastien Nougué. Le match a clairement tourné et Saint-Orens enchaîne les situations pour le gagner, sans y parvenir dans le temps réglementaire. Dès le début des prolongations, Raphaël Pradel délivre les siens, bien servi par Mounir Belhadi. Les visiteurs font ensuite le dos rond tout en ayant d'autres occasions de faire le break. Le score en reste là. Explosion de joie avec cette qualification historique qui vient récompenser un début de saison quasi parfait des joueurs de Guillaume Balagué très satisfait. « Nous aurions pu l'emporter avant la fin des 90 minutes mais pour la deuxième fois (après Castelnaudary) nous gagnons 2 à 1 en prolongations. La victoire est sur l'ensemble du match méritée. Le groupe a accumulé de la confiance depuis le début de l'année et même lorsque nous sommes menés nous ne perdons pas nos moyens. L'état d'esprit du groupe est exceptionnel et cette aventure en est la conséquence. Merci à toutes les personnes ayant fait le déplacement (une cinquantaine !) qui ont su nous encourager. Nous attendons avec impatience le tirage au sort tout en ayant aussi le match de samedi contre Lourdes en tête pour aller chercher la première place du championnat ». Côté tirage, il sera vite fixé puisqu'on connaîtra le nom du prochain adversaire de Saint-Orens mercredi en fin de matinée. C'est le directeur sportif, Gilles Bonzom, qui montera à Paris pour représenter le club. Sur les coups de onze heures/midi, espérons qu'il pourra annoncer une bonne nouvelle à son président Jean-Guy Boaro !

Par GG
giliusgalinierus@footpy.fr

Saint-Orens sera le seul représentant de Haute-Garonne pour le septième tour (crédit photo: club de Saint-Orens)
Saint-Orens sera le seul représentant de Haute-Garonne pour le septième tour (crédit photo: club de Saint-Orens)

LES AUTRES RÉACTIONS
Sébastien NOUGUE (joueur de Saint-Orens) : « Je ne sais pas si on peut parler d’exploit car je connais la force de mon équipe et, à vrai dire, je sais que si on met les ingrédients on a le niveau pour inquiéter des équipes évoluant au-dessus de nous. On savait qu’il fallait être sérieux et surtout profiter de ce moment car l'occasion de jouer un septième tour de Coupe de France est un moment rare pour un joueur amateur. On savait que cela serait dans tous les cas un moment inoubliable pour chacun de nous et pour le club. Sur le match, nous avons eu extrêmement de mal à rentrer dans les duels, à garder le ballon. On s’est fait bouger en première période et c’est logiquement que nous encaissons un but en fin de première. On était peut-être impressionnés par l’envergure de cet événement, mais on s’est dit les choses à la mi-temps, on a eu un discours mobilisateur et on a pu voir que nous sommes rentrés différemment après la pause ! On est allé les chercher haut, on les a obligés à jouer directement, ce qui a réussi. Mon but vient récompenser le travail de l’équipe et permet de redonner espoir sur la tournure de ce match. Suite au pressing que nous mettons, nous obtenons un corner sur le côté gauche, cette année les coups de pieds arrêtés sont une force pour nous. Je fais une course au second poteau et je vois le gardien adverse passer devant moi, je me prépare à la recevoir et elle arrive, par deux fois je m’assure bien qu’elle rentre je finis par la mettre du pied droit. Ce but fait du bien moralement pour les troupes et permet à l’équipe de re-enclencher la marche en avant. On arrive sur les prolongations, peut-être avons-nous pris le dessus physiquement mais les occasions étaient pour nous et on prend l’avantage sur un bon travail côté gauche qui finira par un centre à ras-de-terre au second poteau. Il n’y avait plus qu’à fermer la boutique et attendre la fin du match, en étant sérieux et en ne lâchant rien. L’aventure continue pour nous et ce n’est que du bonus. Place au championnat avec un match important dès ce week-end ».

Le résumé vidéo du match proposé par le club de Saint-Orens


Raphaël PRADEL (joueur de Saint-Orens) : « Le discours du coach à la mi-temps a été déterminant. A partir de là, on a clairement pris le dessus, on s'est procuré plus d'occasions qu'eux. Il y a l'égalisation avec Sébastien et mon but, avec Mounir qui fait le travail pour bien me servir, je suis bien placé et je n'ai plus qu'à la mettre au fond. On va dire que j'ai été opportuniste (sourire). Ça a été l'euphorie une minute et on s'est vite reconcentré. On a été solidaires jusqu'au bout, on a resserré les rangs car rien n'était gagné. Et à la fin, au coup de sifflet final, on a laissé éclaté notre joie. On a bien fêté ça, comme vous avez dû le voir sur les vidéos sur les réseaux sociaux. C'est forcément un moment fort pour un jeune joueur comme moi. Maintenant, on attend le tirage avec impatience. On espère tirer un gros, on a un groupe de supporters qui n'attend que ça, ils sont venus nombreux à Uchaud pour nous soutenir, ça serait super pour eux de recevoir. Après le tirage, on regardera vers Lourdes et le championnat, car on a un gros match là aussi ».


Gilius Galinierus

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :