Connectez-vous S'inscrire

D1 Futsal - Towfik BADR-BASSEM (UJS Toulouse) : « Inverser la mauvaise dynamique »

Vendredi 2 Février 2018

On peut dire que le début de saison de l’UJS Toulouse parmi l’élite du futsal a été chaotique. Après un long bras de fer avec la F.F.F. pour obtenir son droit de monter en D1 remporté sur les terrains, il a fallu se dépêcher de se préparer au haut niveau pour ne pas redescendre aussitôt. Malheureusement les points ont du mal à être engrangés et ce samedi, le match à domicile contre Bastia, un concurrent direct au classement, est déjà décisif. Towfik Badr-Bassem appelle donc le public à venir encourager l’équipe qu’il coache avec Rafa Romero Sanchez pour faire pencher la balance en sa faveur (par W.H.).


Tout d’abord, avez-vous récupéré du tournoi IFC ?
Difficilement ! (rires) Ce week-end a été très intense, il a fallu travailler en amont, pendant le tournoi et ensuite reprendre la routine du boulot et des entraînements. Mais tout s’est bien passé, les petits ont passé une bonne journée, les parents aussi, il y a eu de l’ambiance. C’est une bonne récompense.

Les problèmes administratifs de cet été qui ont failli vous empêcher de monter en première division vous ont-ils beaucoup pénalisés ?
Le début de saison est un peu difficile. Il y a eu beaucoup de retard dans la préparation dû au fait qu’on n’a appris que tardivement qu’on montait. Dans ces conditions, c’est difficile de préparer une saison. La plupart des joueurs avec qui nous étions en contact voulaient savoir avec certitude ce qu'il en était avant de s’engager avec nous. Ce n‘est que mi-juillet que nous avons su qu’on montait bien en première division. En plus de cela on a dû engager pas mal de frais de déplacements et d’avocats. Ce qui fait qu’un tiers de notre budget est parti dans cette affaire. Enfin nous avons été limités dans le choix de certains joueurs que nous n’avons pas pu recruter au final.

Parlez-nous de ce début de saison d’un point de vue sportif...
Nous avons réussi à redresser la barre après ces déboires. Nous sommes un groupe extrêmement jeune et très peu ont déjà joué en première division. Nous connaissons aussi un bon nombre de blessures. Donc sur le terrain la mayonnaise a mis beaucoup de temps à prendre. Nos performances ont été irrégulières et ça a entamé notre capital confiance. Heureusement la trêve nous a fait du bien, même si elle a été très courte. Alors maintenant il n’y a plus de calcul à faire. Il y a une urgence à prendre des points.

Qu’essayez-vous d’apporter à l’équipe ?
Dans le passé j’ai déjà coaché l’équipe une, mais c’était un groupe différent. Si humainement je les connais, sportivement le futsal a énormément évolué et est devenu plus tactique. Mes joueurs sont très à l’aise techniquement et très compétitifs. D’un point de vue tactique il y a une bonne base, ils se connaissent depuis trois ans, mais il faut maintenant se remettre à l’endroit. Il y a eu une très mauvaise dynamique et nous essayons de la changer en accord avec le président et le vice-président. Je ne vais pas révolutionner le jeu de l’équipe, mais ce que je veux apporter c’est mon expérience de joueur : le mental, la compétition et la solidarité du groupe. C’est sur le collectif que je veux construire et c’est ce qui a péché sur la première moitié du championnat. Le style de jeu de Rafa, c’est d’avoir constamment la maîtrise de la balle et moi je veux qu’on évite de se fatiguer à aller chercher des ballons chez l’adversaire et utiliser plutôt la contre-attaque.

"Récupérer de la confiance ce samedi."

Quels sont vos concurrents dans ce championnat ?
Tous ceux qui se battent pour leur maintien. Picasso, Montpellier, Bruguières, et Bastia bien sûr. Contre eux, au match aller, nous menons 5-2 et nous nous faisons rejoindre dans un contexte délicat chez eux. Samedi, ce sera à domicile, alors j’espère bien que le scénario sera différent.

Pourquoi ce match contre Bastia est important ?
C’est l’occasion de renverser la dynamique dans laquelle on se retrouve. Ca peut apporter l’énergie qui nous manque. Ca ne sonnera pas la fin de saison chez nous si on perd, mais ça rendra le sprint final encore plus long. Cette saison j’ai bien vu qu’on pouvait accrocher n’importe qui. Dans certains matches on a une envie énorme et nous sommes capables de nous transcender et d’aller chercher des points là où personne ne nous attendait. Contre Garges par exemple, nous sommes menés 4-0 mais les joueurs ont sorti le match qu’il fallait pour revenir à 4-4. C’est cet état d’esprit qu’on doit retrouver. L’idée est de récupérer un peu de confiance ce samedi.

Vous n’avez pas joué depuis un moment…
C’est particulier on a passé trois semaines sans jouer à part une opposition contre le TFC, il n’y avait pas l’intensité de la compétition. Ca a fait du bien pour courir et mettre en place certains nouveaux principes de jeu. La particularité de mes joueurs c’est que les entraînements sont bons et intenses, mais les jours de matches, on voit une pression chez eux. Je veux leur demander simplement de mettre le cœur qu’il faut pour assurer le jour J.

Vous auriez besoin d’un peu de soutien j’imagine...
Nous avons besoin du public. Nous sortons d’un tournoi qui nous a faits du bien mentalement parce que nous nous sommes réunis en interne avec la famille de bénévoles. Ça prouve que les soutiens sont importants. Alors à domicile on aura besoin de les entendre pousser. Plus que jamais sur ce match couperet. On fera tout ce qui est en notre pouvoir pour arriver à se maintenir et ce sera visible sur le terrain samedi.

Recueillis par W.H.

Le coach estime que la fin de saison de l'UJS se jouera au mental (crédits: UJS Toulouse)
Le coach estime que la fin de saison de l'UJS se jouera au mental (crédits: UJS Toulouse)

WH

Bonus Foot | FFF | DH/DHR/PH/PL | Districts | Feminines | Jeunes | Futsal | Jour De National | La Folle Journée de...


Dans la même rubrique :