Connectez-vous S'inscrire

D2 féminine - Soraya BELKADI (Montauban FCTG) : "Je pense que les moyens, il faut savoir se les donner."

Jeudi 24 Janvier 2019

Quand on regarde la carrière de joueuse et d'entraîneur de Soraya Belkadi, on s'aperçoit que c'est une vraie globe trotteuse. Mais depuis 2014, elle a déposé ses valises et sa passion du côté de la Fobio pour le plus grand plaisir de son club actuel pour s'imprégner et apporter sa pierre au projet mis en place par le président Malavelle.


Soraya a débuté le football en mixité dans les Alpes-Maritimes en 1985 en U 10 à Las Planas puis ensuite au football à 7 de Saint -André jusqu’en 1990. Elle s’expatria vers la Principauté de Monaco où elle joua jusqu’en 1994 à l’O.S Monaco en division 1 et 2 Nationale (ex Nationale 1A et 1B). Elle obtient d’ailleurs un titre de Champion de France de Division 2 en 1993. En 1994 elle part dans la région parisienne où elle évolue jusqu’en 1999 à la V.G.A Saint-Maur en division 1 et 2 Nationale. Ensuite elle intègre le C.O.M Bagneux en DH et inter-région, elle monte en division 3, champion de France et se retrouve en deuxième division nationale avec ce club qu’elle quitte en 2004. Elle décide de redescendre vers le midi et fini sa carrière de joueuse au sein du TFC en division 1 jusqu’en 2008. Elle a eu le mérite de connaître une sélection en Espoirs (-21ans) et une sélection en Equipe A (il ne faut pas abuser des bonnes choses).

Une carrière d'entraîneur en progression permanente.... 

Soraya aujourd’hui entraîneur a commencé éducatrice en 1998-1999 avec l’équipe benjamine à la VGA Saint-Maur. De 1999 à 2004 responsable technique jeunes au C.O.M Bagneux et encadrement des treize ans garçon puis adjointe de la division 3, saison 2002-2003 et la dernière saison 2003-2004 elle est responsable du projet sportif de la section football masculin à Bagneux (trois cent cinquante licenciés). Elle profitera de son passage dans ce club pour obtenir, le BEES 1er degré spécifique football en 2002 et son Brevet d’Etat deuxième degré spécialité football en 2003. De 2008 à 2012 éducatrice Ecole de Football au Toulouse F C. En 2012 elle prend la direction de la section féminine du TFC et entraîne l’équipe 1 en division 1 puis division 2. Depuis 2014 elle entraîne l’équipe féminine du Montauban Football Club, qu’elle prend en DH (aujourd’hui R1). Après avoir été championne régionale, elle fait monter ce club en Division 2 qu’elle a maintenu jusqu’à ce jour avec beaucoup de brio en attendant la suite avec curiosité et peut-être beaucoup d’ambition, pourquoi pas il y a une place à prendre dans la région. Parallèlement et c’est à signaler elle donne un coup de main dans l’encadrement de l’école de football de l’U.S Castelginest chez les petits qui profitent de son savoir.

A son époque Monégasque, Soraya ne s'imaginait certainement pas atterrir du côté de Montauban
A son époque Monégasque, Soraya ne s'imaginait certainement pas atterrir du côté de Montauban

"Nous soutenons les garçons et vice-versa."

Le club aujourd’hui a-t-il les moyens d’attirer de bonnes joueuses de la région ou d’ailleurs pour franchir un palier ?
Je pense que les moyens il faut savoir se les donner. Aujourd’hui, des joueuses de niveau D1 de la région sont intéressées par le projet montalbanais. Je suis très attachée à d’abord recruter sur le plan régional car le soutien de la famille, des amis est important. Cette identité régionale peut apporter beaucoup à l’équipe. Mais il ne faut pas fermer la porte aux autres joueuses. La qualité avant tout ! 

Le club de Montauban aujourd’hui a-t-il la volonté au niveau de la formation des féminines de mettre en place des structures lui permettant de se pérenniser sans être obligé de recruter à tout va ?
Depuis la création des équipes féminines (neuvième saison), la courbe des adhérentes est exponentielle. Le MFC-TG possède donc un grand vivier de jeunes joueuses. Bien entendu, la volonté du club est de former pour ensuite alimenter nos différentes équipes. Les structures d’accueil sont les sections sportives  du collège et prochainement du lycée. Par expérience, je ne peux pas écarter le fait d’aller recruter hors région car la formation prend du temps. Ce qui est sûr, c’est que nous allons tout faire pour que les meilleures jeunes joueuses de la région restent, autant que possible dans leur région. Pour cela, il faut un projet ambitieux et le MFC-TG va relever ce défi.

Penses tu que ce club sur le plan des féminines a et peut avoir des ambitions légitimes dans un avenir proche pour aller plus loin ?
Je pense sincèrement qu’il y a de très fortes possibilités pour que le MFC-TG soit l’une des vitrines de la région. Nous travaillons quotidiennement dans ce sens.

Dans le temps le club de Montauban était chez les garçons a un très bon niveau (jusqu’en National), aujourd’hui il se trouve à un niveau régional moyen par rapport à la ville auquel il appartient, par contre les filles se retrouvent en National. Cet état de fait ne pose pas sur le plan relationnel un problème et comment les dirigeants gèrent-ils cette situation ?
Dans le football comme ailleurs, on parle de cycles, il y a quelques années dans notre région figurait dans l’élite la meilleure équipe de foot chez les filles. Ce cycle est bien terminé et  de nos jours, ce statut est quasiment impossible à retrouver. Chez les garçons ce phénomène de cycle est encore plus prononcé. Le club travaille pour le football et ses adhérents (filles ou garçons). Nous soutenons les garçons et vice-versa. 

Soraya en a soulevé des trophées en tant que joueuse comme ici avec Bagneux (titre de championne de France de D3) et compte en faire de même en tant que coach
Soraya en a soulevé des trophées en tant que joueuse comme ici avec Bagneux (titre de championne de France de D3) et compte en faire de même en tant que coach

"Pour ma part, j’ai toujours faim et je ne suis jamais, du moins pas encore rassasiée."

Pourquoi avoir quitté le Toulouse F C en 2014 pour Montauban, quelles ont été tes raisons et motivations ?
Ayant jouée  au TFC pendant quelques années puis ayant occupé le poste d’éducatrice chez les garçons (sous l’ère Pascal Sempé), je ne me voyais pas quitter ce club. Toutefois, il me semble important, même primordial d’être en accord avec les dirigeants lorsqu’on évolue dans une structure. Si ce n’est pas le cas, il faut partir (désaccord durant les deux saisons passées chez les filles).

Comment ton recrutement personnel à Montauban s’est-il fait et comment as-tu trouvé ce club à ton arrivée ?
J’avais très envie d’entrainer une équipe masculine et mes recherches allaient dans ce sens. Puis, Jean-Michel Malavelle, actuel président du MFC-TG, m’a contacté pour faire connaissance et me proposer le projet filles. Avec  l’expérience engrangée, je savais exactement ce que je voulais, un dirigeant avec des valeurs humaines, qui vous soutient et qui travaille pour avancer. Cela, a l’air basique mais c’est indispensable pour construire des bases solides. À mon arrivée, la section féminine existait depuis 2010 et se portait bien au niveau régional (effectif, ambiance, résultats…). J’aurai toujours une pensée pour Cédric Bertrand qui a beaucoup donné et qui donne encore de son temps et de son énergie pour le club. 

Quand tu es arrivée le club était dans l’élite régionale apparemment sans grande ambition, aujourd’hui il est en Division 2 Nationale et semble afficher quelques ambitions, je l’ai constaté lors de mes venues sur certains matchs, comment l’expliques-tu ?
Je pense que le club avait de l’ambition mais pour passer un cap, il fallait rajouter quelques ingrédients. Et comme on dit « l’appétit vient en mangeant ». Pour ma part, j’ai toujours faim et je ne suis jamais, du moins pas encore rassasiée.

La carrière de Soraya se poursuivra encore en 2019/2020 avec comme ambition de faire avancer encore le projet MFCTG d'une ou plusieurs marches.
La carrière de Soraya se poursuivra encore en 2019/2020 avec comme ambition de faire avancer encore le projet MFCTG d'une ou plusieurs marches.

"Je serai montalbanaise la saison prochaine."

Par rapport aux élus, à la mairie et aux infrastructures cette situation est maîtrisée ou pas et sens-tu que le football féminin à Montauban peut compter sur un soutient de l’ensemble des instances concernées ?
Grâce à la mairie et aux différents élus, le club dans son ensemble va bénéficier d’un magnifique complexe sportif de haut niveau. Nous avons la chance d’être bien soutenues et j’en profite pour remercier tous les acteurs (ville, département, région, partenaires privés).

Au niveau du club et de ton équipe quelles sont tes objectifs, tes ambitions pour cette fin de saison et pour les saisons à venir ?
Mes objectifs au niveau du club, réussir à donner envie à un maximum de filles de rejoindre le MFC-TG pour un projet sportif sérieux. Pour l’équipe D2, terminer dans la première partie de championnat le plus haut possible. Et pour le futur (saison prochaine), gagner tous les matchs de championnat !

Sur un plan personnel au niveau de ta carrière d’entraîneur, quelles sont les objectifs et ambitions que tu aimerais réaliser ? Serais-tu prête à étudier une proposition d’un club de première division et quels seraient les critères qui pourraient éventuellement te décider ?
Un entraîneur à besoin de défis, de remise en question, d’apprentissage. À moyen terme, je souhaiterais donc retourner sur les bancs de la formation supérieure pour enrichir mon parcours, la qualité de mon travail et ma personne. J’ai déjà eu des propositions pour entraîner dans l’élite mais encore une fois, rien ne vaut la qualité de la relation humaine avec les dirigeants du club. Cela permet de travailler en confiance et de se sentir soutenue. C’est mon critère numéro un pour travailler sereinement et qualitativement. Pour finir, après discussion avec mon président, je serai montalbanaise la saison prochaine.

Par JPB (jpb@footpy.fr)



JPB (jpb@footpy.fr)

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :