Connectez-vous S'inscrire

Edito – A la fin du BAL, on compte les COCUS

Dimanche 3 Mai 2020

Après les annonces concernant la fin de saison en eau de boudin surtout au niveau amateur (de N2 aux Districts) on se doutait bien que des réactions allaient vite surgir. Si dans leur grande majorité les bénéficiaires d'accession (parfois surprises) ont été modérés dans leur réaction ils ne les ont pas moins savourées à juste titre. C'est donc chez les déçus que proviennent l'indignation, l'étonnement parfois, la rancœur, la déception...


En 2012 Mourad Boudjellal président du RCT avait choqué le monde feutré du rugby à la suite d'une défaite (25-19) à Clermont avec sa fameuse "sodomie arbitrale". Sans aller jusque-là aujourd'hui pas mal de présidents, d'entraîneurs, de joueurs qui pensent être les dindons de la farce (j'ai déjà employé le terme de cocu). Le championnat de National lui doit (ou devrait) reprendre ce qui soulève des réactions. Celle du président de Dunkerque par exemple qui se réserve le droit de déclarer forfait si cette décision est maintenue. Il y a une logistique assez lourde pour assurer un déplacement à ce niveau. Si après le 11 mai tout n'est pas ouvert faudra-t-il revenir à l'empirisme des expéditions d'antan ? Pas de restaus, pas d'hôtels, pas de public...

D'ailleurs en abordant le sujet des rencontres sans public j'ai aimé l'intervention d'Éric Cantona.
Déjà j'aime le personnage et ses déclarations souvent pertinentes sous leur air de provoc. Pour lui aucune saveur, aucun intérêt sans les cris, les vivats, l’adrénaline procurée qui provoque le dépassement de soi... Puisque jusqu'à mi-juillet (à minima) les rassemblements seront interdits inutile d'espérer aller assister à un match. Entre la remise à niveau athlétique qui, comme le fût du canon (merci Fernand Raynaud) prendra un certain temps, les conditions médicales pas sûres, le périple du déplacement, la chaleur, Jean-Pierre Scouarnec attend avant de donner le feu vert.
 

Eric Cantona a toujours des propos tranchants. (crédit: Oli Scarff / AFP)
Eric Cantona a toujours des propos tranchants. (crédit: Oli Scarff / AFP)

Des clubs lésés

Une autre réaction celle de Romain Bourdeaux (président de l'ASCE, Castelnau d'Estrétefonds) auteur de : « Encore une décision surréaliste de nos autorités. J'en reste sans voix ». Faire la course en tête quasiment tout le début de championnat et ne pas monter... Jeudi, nous aurons la réaction de Didier Waleczek président de Golfech qui est dans une situation analogue. Que dire du FC Confluences ? À cause d'un parcours exceptionnel en coupe d'Occitanie (qualifié en quarts de finale) l'équipe a cumulé les retards. Invaincue, son destin entre ses pieds, la formation du duo Chayeb/Loumingou reste au pied de l'accession avec les motifs pour râler. Saint-Sulpice est aussi en quarts de finale. Avec le recul on s'aperçoit que finalement ces deux équipes ont tout perdu. Entre la coupe qui n'ira pas au bout et le championnat qui les laisse fort marris.... Je ne sais plus quel président a démissionné de ses fonctions de représentant des clubs pour ne pas avoir le cul entre deux chaises et pouvoir se consacrer au sien.

Certains crient au loup par opportunisme, d'autres vont au bout de leur démarche.
Le Portel est rétrogradé de N3 à R1 au désarroi de Denis Maillard son président qui a lui aussi démissionné : « L'aspect humain est bafoué. Je n'ai plus envie de m’investir dans un football tellement ingrat. Je peux assumer mes erreurs pas ce que je ne maîtrise pas. Avec 11 matches sur 26 encore à disputer, le verdict s'il se base sur des critères est dur à admettre si loin du but. » La réserve du LOSC va descendre sans l'avoir plus "mérité que d'autres...  Souvenez-vous que Franck Riou (Endoume) dans l'aparté a affirmé : « C’est de l’hypocrisie de la part de ces gens qui parlent alors qu’ils ne sont pas dans notre situation !  Moi la famille du football, je ne la vois pas trop. C’est chacun pour soi, chacun pour sa gueule. » Si cette affirmation quelque peu péremptoire a une part profonde de vérité les 3000 clubs derrière l'AFFA l'infirment ou la modèrent quelque peu car tous ne sont pas forcément impactés par une montée ou une descente. Je pense surtout que l'aspect financier est un vecteur fédérateur bien plus motivant. L''exemple du Portel est symptomatique, qui en trois ans a augmenté son budget pour accéder et perdurer au championnat National et va être dans une grande panade pécuniaire.
 


Un boycott en vue ?

Je parle de ce club mais je pourrais parler de tous les autres, vous ! Les recettes n'existant plus, et faute de tournois ne rentreront pas plus, les sponsors qui ne régleront pas forcément la fin de saison, et auront vraisemblablement des difficultés à les renouveler autant d'éléments qui vont vous mettre dans une sacrée merde. Si vous espérez qu'une manne financière émanant de la Fédé, Ligue ou District pourra un peu équilibre vos comptes je crois que peu y croient. Mon pote Bibi du Girou (comptable de métier) m'a fait remarquer que pour le tournoi des Petits Princes qu'il organise (reporté dans la première quinzaine de septembre) il ne reste pas six mois mais cinq. Je me suis donc appliqué : il y a 15000 clubs affiliés donc 40 professionnels. Un versement de 1000 euros à chacun c'est déjà 15 millions d'euros. Sachant qu'avec 1000 euros vous avez à peine de quoi acheter les cacahuètes et les cure dents pour l'apéro c'est plus que dérisoire. 5000 euros et ce sont déjà 75 millions à donner !

Ne rêvez pas, ne rêvons pas, cela fait trop. 
Certes au lieu de rétrocéder ces sommes vous pouvez légitimement (ou pas) espérer une réduction importante sur le prix des licences à venir, voire d'autres modalités récupératrices de fonds mais le manque à gagner pourraient mettre à mal le train de vie des élus d'en haut (à l'identique au niveau de l'État) qui aiment le confort et les avantages relatifs (jugés inhérents) leur poste et fonction. Si l'oignon fait la sauce, il paraît surtout que l'union fait la force. Un des leviers de cette force pourrait être le chantage, si, si, il faut y penser ! Chantage à la non-inscription à la coupe de France voire à la non-inscription en championnat dans un possible bras de fer qui serait à coup sûr gagnant. Si une solidarité majoritaire peut se dégager c'est grâce à l'argent, uniquement par ce biais.
 


JJE

Catégories | Les News | Mercato | Dream Team | Tapis Rouge | Flash Back | Gants d'Or & Buteurs | Arbitres | Immersion/Aparté | FootpyTv | Divers


Dans la même rubrique :