Connectez-vous S'inscrire

En aparté - BOB MARLEY tape du poing sur la table !

Mardi 16 Avril 2019

Un après-midi bien ordinaire de football. Ordinaire parce qu'il est anonyme dans la masse de tous les autres qui se déroulent partout. Il n'a donc d'ordinaire que cette raison car il n'est en fait jamais anodin pour beaucoup. D'abord les joueurs qui, quelle que soit la catégorie d'âge dans laquelle ils évoluent, n'aiment pas perdre. Du gardien qui veut prouver qu'il est le meilleur, à ceux qui évoluent sur le champ tous désirent faire le show et mettre en valeur leur technique "platinienne". (Par Bob Marley)


Une anecdote. Pour démontrer à son entraîneur qu'il a sans doute eu tort de ne pas l'aligner d'entrée il y a peu en R1, un remplaçant récemment entré a écopé d'un carton jaune au bout d'une quinzaine de secondes sans avoir encore touché le ballon, puis peu après est allé prendre le ballon à une trentaine de mètres dans les pieds de son meneur de jeu absolument seul... Celui-ci médusé lui a quand même glissé à l'entraînement la semaine suivante : "ne refais pas ça sinon je te tacle !" Pourtant c'était fait si innocemment....   Ensuite les éducateurs, puis entraîneurs qui souhaitent voir valider le travail effectué aux entraînements et justifient à travers les résultats de leurs troupes les émoluments versés par leurs clubs. Quelquefois les dirigeants de ces clubs qui nous font vivre sur les réseaux sociaux en live l'évolution des scores de leurs formations. Et puis, les pires, les spectateurs qui vivent par procuration ce qu'ils ne sont pas capables de démontrer eux-mêmes. Qu'il y en a des coaches, des entraîneurs, des stars en puissance dans les tribunes ou autour des mains courantes ! Récemment à Robert Barran l'un d'eux avait à chaque fois qu'un de ses poulains touchait le ballon cette interjection magique (quoi que très, très répétitive) : "accélère !" Ça c'est un conseil technique avisé de très haut niveau... Entre les vociférations grossières, les interpellations plus ou moins polies du corps arbitral et les conseils techniques, qu'il est pénible d'aller voir une simple rencontre de football. J'emploie volontairement le qualificatif : simple, parce que et souvent beaucoup l'oublient ce n'est que du sport, mais aussi et surtout du sport amateur. Bien sûr qu'il y a de l'argent en jeu mais pas de quoi vivre de cette passion. Ah mais non ! Ça aussi c'est tombé dans la désuétude, dans l'obsolète, presque dans le dérision. Jouer pour des couleurs ou un clocher, voilà une notion qui ne motive plus grand monde. La preuve en est donnée chaque jour. À l'époque où j'étais président à Montbernard dans le Comminges, j'ai eu la chance d'avoir dans l'effectif quatre Toulousains (dont le frère de notre conseiller technique Pascal Despeyroux) qui avaient décidé de nous rejoindre. Bien sûr pas question qu'ils viennent aux entraînements (d'ailleurs y en avait-il ?) ni que le club les défraient, pas même pour leurs déplacements. Je connais maintenant un club où un mini bus est mis à leur disposition toute la semaine pour des voyages communs, assortis bien sûr de primes. Autre temps, autre mœurs...
 

Des supporters en colère ? une image trop fréquente vue dans nos stades.
Des supporters en colère ? une image trop fréquente vue dans nos stades.

"Il est dommage que l'on ne les filme pas je suis sûr qu'ils auraient rétrospectivement honte d'eux."

Coluche a dit : "vous voyez pire, et bien encore pire !" (grosso merdo !). Parce que oui il y a encore pire que tous ceux dont j'ai parlé plus haut. Les parents ! J'avais en son temps évoqué le déroulement de plateaux de jeunes et les excès verbaux et gestuels des géniteurs et génitrices qui célébraient chaque but avec des braillements et des sauts de joie comme si c'était le but vainqueur de la coupe du Monde. Il est dommage que l'on ne les filme pas je suis sûr qu'ils auraient rétrospectivement honte d'eux.  Et bien leur comportement ne s’améliore pas en prenant de l'âge. Récemment a eu lieu une rencontre de coupe d'Occitanie U15 entre l'Union Saint-Jean et Montauban dirigée par Lilian Fernandez dont le papa est lui même arbitre. À l'issue de la rencontre conclue par un résultat nul un partout, a eu lieu la séance des tirs au but. Sur l'ultime tentative le gardien montalbanais touche le ballon qui d'après les deux arbitres assistant ne franchit pas complètement la ligne. Pourquoi ne pas leur faire confiance ? C'est ce que l'on devrait demander à une dame entrée sur le terrain pour venir insulter ("voleur, enculé, salaud...") le jeune arbitre et finalement lui pousser l'épaule de la main. Bravo, belle mentalité ! Tant qu'à y être l'époux tout aussi inspiré et intelligent que cette mégère y est allé de son coup de folie en attrapant un des arbitres assistant par le col pour le bousculer et l'insulter.  Heureusement les délégués sont intervenus promptement pour garantir la sécurité des agressés. Les discussions dans cette famille doivent valoir leur pesant de cacahuètes entre gens de niveau similaire, aussi primitif et idiot. Inutile de vous dire que le jeune Lilian était en pleurs, choqué et passablement dégoûté... Courage Lilian continues à vivre ton idée du foot, malheureusement tu en verras d'autres. Pourquoi narrer cette mésaventure qui n'est pas isolée ? Peut-être parce que justement elle n'est pas isolée. Je vous l'ai écrit plus haut, scène de la vie ordinaire, banalisée par la société de bêtise mais où ce ne sont pas seulement les jeunes qui pédalent dans la semoule, mais aussi leurs parents !  

A l'image de cet extrait du film "Douze hommes en colère", notre cher Bob en a gros sur la patate et ça va faire mal !
A l'image de cet extrait du film "Douze hommes en colère", notre cher Bob en a gros sur la patate et ça va faire mal !

Bob Marley

Catégories | Les News | Mercato | Dream Team | Tapis Rouge | Flash Back | Gants d'Or & Buteurs | Arbitres | Immersion/Aparté | FootpyTv | Divers


Dans la même rubrique :