Connectez-vous S'inscrire

En aparté - Notre FOOTBALL bégaie son LANGAGE...

Dimanche 15 Mars 2020

Apparu pour la première fois à l'écran en 1938, connu pour son caractère farceur quelque peu iconoclaste j'ai emprunté au lapin Bugs Bunny sa phrase fétiche : "Euh... Quoi d'neuf, docteur ?" pour m'autoriser quelques réflexions.


Il y a bien longtemps qu'en apparente hibernation je ne vous avais pas livré le contenu les conclusions tirées par mon cerveau critique et mesquin sur des sujets aussi variés qu'avariés. Ce regard désabusé qui survole les événements qui font de notre vie un bref moment (au regard de la durée de l'existence du monde) un patchwork complexe d'émotions, de sentiments, de réactions... La première chose qui est l'une des actualités les plus récentes du District de Haute-Garonne est le report de toute rencontre officielle pendant le week-end du 6 et 7 mars suite à diverses incivilités répertoriées depuis quelque temps et qui semblent voit tendance à augmenter. Cette initiative est-elle bonne ? Ce pourrait être le sujet d'un débat sur un forum qu'envisage d'ouvrir la rédaction de Footpy.  "L'opinion c'est comme un trou du cul, tout le monde en a une" a écrit Stephen King. J'espère que vous m'autorisez en avoir une (voire plusieurs) puisque je remplis le critère contenu dans la première partie de la citation. Si l'idée part d'un bon sentiment elle interpelle quand même un peu les esprits cartésiens. Ce week-end est marqué par le nombre de reports dus à la pluie tombée en grosse quantité cette semaine. Ipso Facto l'annulation de la journée n'impacte plus toutes les formations théoriquement appelées à évoluer. Ce point n'est qu'un détail, c'est surtout le choix unilatéral qui interroge. À vouloir marquer les esprits il me semble que le geste doit être commun à toutes les instances : Ligue, tous les Districts, tous les niveaux ! On a l'impression que le District 31 agit comme la France qui se veut moralisatrice à la face du monde seule, comme si avoir un ciel dégagé au-dessus de notre pays suffirait à rendre la planète propre. 


Attention ! Ne déduisez pas trop promptement des conclusions sur cette entrée en matière en criant haro sur le baudet à mon sujet. L'idée me séduit ai-je annoncé en préambule mais je persiste à penser (si, si cela m’arrive de temps en temps en faisant de très gros efforts...) qu'elle doit être collégiale pour essayer d'avoir un impact fort. Une autre chose. Pourquoi avoir attendu pour prendre cette décision ? Dès le premier incident cela aurait pu être décidé, non ? Comme les comparutions immédiates décidées par les tribunaux, les commissions ad hoc n'auraient-elles pas pu se réunir dans les premiers jours qui ont suivi l'acte. Pas besoin d'attendre la réception d'un quelconque rapport. Les clubs en profiteront-ils pour communiquer à l'ensemble de leurs adhérents cette décision et les rappeler à leurs obligations ? Une autre réflexion. J'ai lu que puisque la responsabilité des stades relève du président d'un club c'est lui qui est chargé de l'assurer. Apparemment manu militari réclament certains. Pour mémoire des histoires récentes de viols ou vols commis devant des dizaines de témoins aux abonnés absents (à part l'utilisation malsaine de leurs portables) ont eu lieu. Et certains voudraient que des citoyens lambda s'opposent par la force à des excités (peut-être avinés ou sous influence de diverses drogues) dont c'est la raison (provocatrice) d'être ! Pour finir sur le sujet nous sommes nombreux (d'après les messages échangés) à croire que l'on punit les clubs, les entraîneurs, les dirigeants, les joueurs en les empêchant de fouler les pelouses mais pas les fauteurs de troubles. Ceux-ci vont profiter d'un week-end de liberté pour recharger leur sac à venin bien au chaud et recommencer de plus belle dès que possible. 

Pas de football, mais jusqu'à quand ? (crédit: site de la ville de Labège)
Pas de football, mais jusqu'à quand ? (crédit: site de la ville de Labège)

La société a évolué. Pourquoi le sport n'en aurait-il pas fait de même ?

Qu'y-a-t-il d'autre qui a attiré l'attention de ma méditation frondeuse ?  Au risque de passer pour un diseur de Phebus j'ai envie de revenir sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur, à savoir le maniement de la langue qui nous est commune. Particulièrement formé par mes études (bac philo, fac de droit, puis journalisme même si au fil du temps même cette profession a régressé comme dans le reste de la société par la faute du recrutement de "jeunes" ayant des lacunes en français). Même l'ENA institution ô combien réputée pour fournir nos "grands hommes" a été il y a deux ans obligée de commencer ses cours par une semaine de remise à niveau en orthographe, c'est dire ! Alors quelles sont les fautes les plus communément effectuées ? L'emploi de "second" mal placé. Pour mémoire il n'y a de second quand il n'y pas de troisième. Dès que l'on parle de classement à plusieurs équipes celle que l'on dirige devient deuxième. Le mot "espèce" étant féminin quel que soit le qualificatif placé derrière il faut dire : "une espèce de..." Le mauvais emploi de cette tournure fait régulièrement réagir Nagui qui bien que natif d’Egypte est un ardent défenseur de la langue française. Ah ce fameux : "la rentrée de..." et bien non là aussi la précision du choix du substantif est importante. Pour rentrer il faut déjà être entré, on dit : "l'entrée en jeu de... » Amener et apporter. On amène quelqu'un, on apporte quelque chose. Idem pour ramener et rapporter. Récemment La Dépêche titrait : "Le Stade a ramené le bonus défensif" ben non, désolé il a rapporté ! Quoi encore l'emploi du mot mi-temps qui me paraît inadéquat n'en déplaise à mon cher Sébastien de Korner, dont vous vous délectez de ses vidéos. Il me semble que la mi-temps est cet espace de repos entre deux périodes voire de deux actes, pas la durée fluctuante de quarante-cinq minutes (plus quasiment tous les temps) à cause de ce fameux temps additionnel appelé à tort arrêts de jeu car quand le temps est arrêté on ne joue pas, je crois.

Ça y est j'ai lâché ce que j'avais sur le cœur ce qui à défaut de servir à quelque chose m'a fait du bien, merci ! Bien revenons à ce qui vous intéresse le plus (enfin en théorie connaissant la mentalité des nouveaux arrivants) à savoir le foot. Sans vouloir jouer les réacs puisque dirigeants, entraîneurs, éducateurs êtes nombreux à le signaler, le foot. La société a évolué. Pourquoi le sport n'en aurait-il pas fait de même ?  Je rebondis sur ma première intervention. Que préconisez-vous pour changer ces états de fait alors qu'il est impossible de revenir en arrière ? Les jeunes gavés d'irrévérences pour la plupart (pas tous heureusement mais ceux qui ont des règles, des cadres sont de moins en moins nombreux), moins cultivés (les profs de collèges mettent le point sur la méconnaissance de l'écriture et de la lecture), effrontés (voulez-vous que l'on parle des incivilités, des bagarres, de la maltraitance...) sont la nouvelle génération qui arrive en force forte de ses certitudes, de son absence de respect et de repaires. Évidemment quand on est scotchés sur les télé-réalités à longueur de soirées et que la consommation d'herbe est considérée comme banale et normale, quel présent vit-on ? Si les clubs respectent la plupart de leurs engagements qu'en est-il des joueurs ? Une petite remarque (déjà faite) sur les arrêtés de complaisance pris par certaines mairies tout aussi complaisantes, qui répondent sans barguigner aux demandes d'entraîneurs en mal d’effectif (blessures, suspensions...). Souvent les mêmes d'ailleurs, qui peut-on y faire, à part les dénoncer ? Ah non l’emploi du mot dénoncer est mal venu, on pourrait se croire revenu à des heures sombres de l'histoire ! Donc il vaut mieux écrire : en parler ? Il semble que j'ai épuisé ma logorrhée pour cette fois, mais qui sait ?  


J.J.E

Catégories | Les News | Mercato | Dream Team | Tapis Rouge | Flash Back | Gants d'Or & Buteurs | Arbitres | Immersion/Aparté | FootpyTv | Divers


Dans la même rubrique :