Connectez-vous S'inscrire

En aparté - Que deviens-tu Alban POTHET ? (Bussac-sur-Charente, Saintes, Poitiers, Genets D'anglet, Bayonne, Agen, Golfech)

Jeudi 6 Septembre 2018

ll est le nouvel homme fort de Golfech l'entraîneur qui prend en main la direction de l'équipe senior. Il est donc apparu logique de l'interroger pour la rubrique partant à la recherche d'anciens joueurs ayant décidé de toujours s'investir dans le foot mais dans d'autres rôles (par Bob Marley)


Bonjour Alban pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je m'appelle Alban Pothet je suis né à Saintes le 10 mai 1982 (trente-six ans) J'ai évolué consécutivement à Bussac sur Charente, Us Saintes, Stade Poitevin Fc, Genets D'anglet,  Aviron Bayonnais FC, SU Agen et Entente Golfech Saint Paul.

Vous avez décidé de mettre un terme à votre carrière sportive il y a peu, pourquoi ?
Il y a deux saisons, j'ai été contraint d’arrêter le football car j'étais dans une période de transition au niveau professionnel. Mon emploi du temps ne me permettait plus de m’entraîner correctement. Puis l'année dernière, Mathieu Larrouturou m'a contacté pour devenir son adjoint à Golfech en me précisant de prendre une licence joueur au cas où. Avec les soucis d'effectif, j'ai donc eu quelques matchs encore au compteur. Ça a donc été la transition idéale pour moi et un arrêt en tant que joueur en douceur. De plus le fait d'avoir apprécié cette première expérience en tant qu'adjoint, cela a confirmé vraiment l’idée de continuer dans l'optique d’entraîner et donc de passer de l'autre coté de la barrière. 

Comme de nombreux footballeurs vous n'avez pas abandonné pas le foot mais vous êtes passé de l'autre côté de la barrière comme vous venez de le dire en devenant entraîneur, pourquoi ?
Déjà très jeune je m'étais mis dans l'optique qu'après ma carrière de joueur, je continuerai le football en tant qu’entraîneur car le football est avant tout une passion. C'est pourquoi à vingt-quatre ans,  j'ai passé mon Be1. De plus j'ai voulu dans un premier temps connaitre des expériences avec les équipes de jeunes. C'est pourquoi je me suis investi chez les catégories de jeunes dans la plupart des clubs dans lesquelles je suis passé. Entraîneur ça ne s'improvise pas, il faut se former et acquérir de l’expérience et du vécu.

Dans un premier temps vous avez été adjoint d'un coach (M. Larrouturou), est-ce un choix ? Et qu'est-ce que cela vous a apporté ?
Cela n'a pas été un choix mais plutôt une opportunité. Durant mon année de transition, j'ai eu plusieurs propositions mais j'attendais un projet intéressant à mes yeux  pour me lancer. Quand Mat m'a appelé pour devenir son adjoint je n'ai pas tardé à lui répondre positivement. Je connaissais l'homme je savais pertinemment que le sérieux, la rigueur et l'investissement allaient être au rendez-vous. J'aime les projets carrées. Qui plus est dans un club que j'apprécie l'entente Golfech Saint-Paul. Tout les voyants était donc au vert. Ce poste m'a permis de découvrir le groupe actuel que j'ai repris, de progresser bien sûr au niveau du contenu des séances, d’appréhender les problèmes que l'on peut rencontrer dans la saison tel que le souci d'effectif. Et Dieu sait que nous n'avons pas été épargnés la saison dernière.          

Est-ce que vous croyez que cette étape est utile, importante voire cruciale, et bien sûr pourquoi ?
Je suis avant tout quelqu'un de réfléchi. J'aime bien observer, analyser avant de me lancer. Par contre une fois la décision prise, je m'investis à 200%. Une équipe senior ne se gère pas comme une équipe U15. J'avais ce désir de faire mes armes d'abord en jeune et petit à petit arriver un jour à la catégorie senior. Ce poste d'adjoint a été la transition parfaite. J'aime bien adopter une attitude linéaire dans mes apprentissages en ne grillant aucune étape.  


"J'ai eu la chance d'avoir eu tout au long de ma carrière de bons entraîneurs qui m'ont tous apporté quelque chose."

Avez-vous des diplômes ? Si oui lesquels ? Si non envisagez-vous sérieusement d'en passer ?
J'ai une licence STAPS, et la saison dernière j'ai validé le BEF par acquis d’expérience. J'envisage de passer le DES plus tard.

Pouvez-vous nous parler des différents entraîneurs qui vous'ont marqué, s'il y a en. Vous ont-ils donné l'envie de suivre leur exemple ?
J'ai eu la chance d'avoir eu tout au long de ma carrière de bons entraîneurs qui m'ont tous apporté quelque chose. J'ai eu notamment Frédéric Zago (actuellement directeur du centre de formation de Clermont) qui m'a impressionné par son exigence. Lionnel Charbonnier par sa rigueur de champion du monde, William Wimbouly en tant que meneur d'hommes (deux seizièmes de finale de coupe de France consécutifs avec lui dont un contre le PSG), Jean-louis Cazes (finaliste de la coupe de l'UEFA avec Bastia) par sa grinta, Laurent Croci (génération Bordeaux Milan 3-0 à Lescure) par son intelligence tactique, pour les plus connus. Mais je me répète je remercie tous les entraîneurs que j'ai côtoyés sans oublier mon père qui m'a fait découvrir le football. Et lorsque mon temps de jeu n'était pas celui que j’espérais je ne remettais jamais en question les choix du coach. J'étais toujours dans une optique de remise en question individuelle et permanente. C'est pourquoi je vais m'inspirer de chacun pour me construire en tant que coach et tendre petit à petit vers ma singularité.  

Pensez-vous que cette reconversion est une suite logique ?
Après trente ans passés sur les terrains de football en tant que joueur, il était pour moi inconcevable de quitter le monde du football. Comme je vous l'ai dit plus haut, le football est une passion et j'ai envie de transmettre ce que l'on m'a appris. Le football m'a apporté tellement, m'apporte encore énormément et j'espère donc continuer dans ce domaine le plus longtemps possible. Chaque saison supplémentaire m'enrichit du point de vu football mais aussi humain. J'adore ce domaine, je m'y sens bien. 

Allez-vous vous inspirer des exemples que vous avez vécu, ou plus tard voudrez-vous imposer votre propre style ?
Comme j'ai dit précédemment, j'ai eu la chance d'avoir de bons coaches et chacun possédait un style singulier. Une chose est sûre, je vais m'en inspirer pour élaborer mon propre style. Ils ont influencé mon vécu footballistique de façon positive donc pourquoi s'en passer ? Après au fil des saisons, je vais apprendre, analyser, me remettre en question. Ainsi je vais tendre aussi à construire mon propre profil d’entraîneur. 

Pensez-vous qu'un entraîneur doit être autoritaire, ou à l'écoute ?
Durant ma carrière, la plupart des styles d’entraîneurs que j'ai côtoyé étaient autoritaires. Cependant avec les nouvelles générations, l’entraîneur doit être de plus en plus à l'écoute de ses joueurs car les joueurs aujourd'hui se posent des questions et sont très critiques. Avec l'apparition d'internet, la retransmission de plus en plus de matches à la télé les joueurs ont une culture footballistique plus poussée. Ils se posent des questions auxquelles il faut répondre et argumenter afin que les joueurs adhèrent au projet, notamment tactique. De plus j'ai toujours dit que le côté mental au football est très important, mettre le joueur dans les meilleurs conditions, lui montrer notre confiance est primordiale et cela passe par beaucoup d'échanges entre l’entraîneur et ses joueurs. Je dirais qu'il faut vraiment instaurer une relation de confiance afin que les joueurs soient persuadés que le travail que l'on réalise ensemble portera ses fruits tout au long de la saison.


"Agissez toujours comme s'il ne vous restait qu'un match à vivre. Pourquoi ? Parce qu'un jour vous aurez raison !"

Le choix que vous faites de franchir la pas est-il destiné à exister dans la durée ? Vous passez au stade d'entraîneur principal avec un adjoint à votre tour. D'ailleurs à ce sujet la direction d'une équipe passe-t-elle de plus en plus  impérativement par des binômes ? Si oui, pourquoi ?
Je ne me projette jamais très loin, je suis quelqu'un qui vit le présent à fond. J'aurai le temps de faire le bilan à la fin de la saison. Je suis encore très jeune dans ce milieu c'est pourquoi je n'ai pas assez de recul pour avoir un avis arrêté surtout sur une catégorie que je découvre. 
Je pense que la présence d'un adjoint à ses cotés est primordiale. Cela permet d'avoir un autre regard. Les échanges sont toujours constructifs et cela fait avancer l'équipe.

Golfech en début de saison promet beaucoup, puis au fur et à mesure que les journées passent on a l'impression que quelque chose se casse et que le potentiel ne s'exprime plus. Avez-vous idée d'où vient le problème ?
Pour l'avoir vécu en tant que joueur et entraîneur adjoint, je me suis aperçu que Golfech avait certes du potentiel. Cependant des soucis d'effectif chaque année font que le nombre de joueurs à l'entraînement diminue au fur et à mesure de la saison. Les joueurs n'ont plus forcément de concurrence et on tombe dans une routine néfaste pour être constant toute l'année. C'est pourquoi j'ai opté pour un effectif homogène et en quantité. Je n'ai pas ciblé le recrutement sur deux ou trois gros joueurs confirmés mais plusieurs joueurs de qualité qui n'ont pas certes une grosse expérience du niveau R1 mais possédant une bonne marge de progression. 

J'ai appris que vous venez de faire signer un joueur. Pouvez-vous nous en parler ?
Il s'agit de Chimene Junior, un milieu défensif. Il jouait en D3 polonaise la dernière saison et est passé par Balma et les Herbiers. Il a été formé à Montpellier. C'est un joueur athlétique possédant une bonne maîtrise technique. De plus il a un état d'esprit irréprochable, c'est un bosseur. C'est un joueur qui veut se relancer chez nous. Je pense qu'il peut vraiment apporter une plus valu à l'équipe.

Il semble que Golfech soit attractif à voir le nom des joueurs qui l'ont rejoint depuis des années, comment l'expliquez-vous ?
C'est un club qui a du potentiel et qui est ancré au plus haut niveau régional depuis quelques années et ce n'est pas un hasard. Les dirigeants ont la tête sur les épaules et ils ne vendent pas du rêve aux joueurs. Ils tiennent toujours leurs engagements si engagement il y a. Grâce à cette mentalité, le club dégage une certaine sérénité. Quand on signe à Golfech on sait ou l'on va. De plus l'ambiance au sein du club est très convivial, les nouveaux arrivants sont toujours accueillis les bras ouverts. 

Que peut-on vous souhaiter ?
Des victoires, des victoires et encore des victoires... come on Golfech!!!!!

En conclusion qu'avez-vous envie de nous dire ?
Merci à footpy pour la médiatisation du football régional et du travail effectué durant toutes ces années. Je vous souhaite longue vie ! Si j'avais un message à faire passer aux joueurs de football en général ça serait celui ci: "Agissez toujours comme s'il ne vous restait qu'un match à vivre. Pourquoi ? Parce qu'un jour vous aurez raison !"

Par BM

La nouvelle vie d'Alban Pothet démarre ce soir
La nouvelle vie d'Alban Pothet démarre ce soir

Bob Marley

Catégories | Les News | Mercato | Dream Team | Tapis Rouge | Flash Back | Gants d'Or & Buteurs | Arbitres | Immersion/Aparté | FootpyTv | Divers


Dans la même rubrique :