Connectez-vous S'inscrire

En aparté - Que deviens-tu Florian DUMAS ? (Montauban, Savenès/Verdun-sur-Garonne)

Samedi 25 Août 2018

Bob Marley poursuit la suite de ses recherches d'anciens joueurs continuant à servir le foot amateur régional sous différentes formes. Cette semaine l'homme fort de la Rédaction de footpy est allé dans le Tarn-et-Garonne rencontrer Florian Dumas (par Bob Marley)


Florian pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Dumas Florian née le 13/02/88. J’ai évolué au Montauban FC des débutants jusqu’aux seniors, puis j’ai rejoint le club de Savenès/Verdun-sur-Garonne il y a une dizaine d’années avec des amis pour répondre à un projet d’un ancien coach que j’avais eu en jeune à Montauban. 

Vous avez décidé de mettre un terme à votre carrière sportive il y a peu, pourquoi ?
Une accumulation de grosses blessures (ligaments croisées, tendon d’Achille) et de phases de reprise longues et contraignantes qui m’ont entraînées d’autres blessures. Depuis ma première grosse blessure je n’ai jamais pu reprendre plus de trois/quatre mois consécutivement et dans de bonnes conditions physiques. Pourtant ça me manque terriblement. 

Comme de nombreux footballeurs vous n'avez pas abandonné pas le foot mais vous êtes passé de l'autre côté de la barrière en devenant entraîneur. Pourquoi ?
Déjà parce qu’il m’était impossible de quitter le terrain et mes amis. Puis j’avais quand même une vocation à vouloir faire ça. J’ai  une licence Staps en prépa physique et j’avais entraîné des jeunes pendant mes années d’étudiant. Le foot est un besoin dans mon équilibre au quotidien malgré les contraintes familiales, donc impossible de décrocher. D’une manière ou d’une autre il fallait que j’aide mon club, le groupe, mes amis. 

Dans un premier temps vous avez été adjoint d'un coach (M. Arroyo Paul), est-ce un choix ? Et qu'est-ce que cela vous a apporté ?  
C’était après ma première blessure. J’étais jeune et je voulais observer l’autre côté pour apprendre à gérer et s’exprimer avec des seniors. e nJ’avais que vingt-trois ans et cela m’a permis d’intervenir progressivement à l’entraînement, en match et dans des choix tactiques.  Je l’ai également fait plus tard avec Sébastien Noble qui est actuellement à Montech suite à une autre blessure.


Est-ce que vous croyez que cette étape est utile, importante voire cruciale, et bien sûr pourquoi ?
Oui car ensuite j’y ai pris goût et j’ai accepté de prendre la réserve tout en faisant ma rééducation. J’ai donc fait entraîneur/joueur, qui n’ai pas évident du tout. Mais c’était plus simple à faire avec la réserve au niveau de la légitimité. 

Avez-vous des diplômes ? Si oui lesquels ? Si non envisagez-vous sérieusement d'en passer ?
Oui j’ai l'Initiateur 1, l'Initiateur 2 et animateur seniors que j’ai passé en étant en Staps.

Pouvez-vous nous parler des différents entraîneurs qui vous'ont marqué, s'il y a en. Vous ont-ils donné l'envie de suivre leur exemple ?
Chacun de mes coachs a marqué mon histoire et m’a forcément influencé. On vit des moments de communions, de désillusions, de désaccords, de progrès, de joies, de peines... seul le sport apporte certaines émotions ou aspects d’émotions. Et le coach est le référant de tout ça. C’est le repère pour le groupe. Alors quoi que j’ai vécu, et j’ai eu la chance de vivre surtout de belles saisons, tous les coaches m’ont été important. Humainement je relèverai Nené Arroyo qui a su construire à un moment donné quelque chose de très fort ici à Verdun. Et Andric Normand (joueur de Rangueil) avec qui j’ai coaché des jeunes à Pibrac quand nous étions en Staps. C’est quelqu’un avec qui nous avons eu un feeling et une entente comme on a très rarement dans le foot (contact impro il comprendra). Et que j’espère un jour retrouver d’une manière ou d’une autre. 


Pensez-vous que cette reconversion est une suite logique ?
Pour moi oui. Je ne sais pas combien de temps je ferai ça mais c’est l’envie d’être avec un groupe qui le déterminera. Les joueurs sont de plus en plus difficiles à gérer car moins assidus. 

Allez-vous vous inspirer des exemples que vous avez vécu, ou plus tard voudrez-vous imposer votre propre style ?
Il faut pas rêver. Se dire qu’on a un style de jeu à notre niveau est soit utopique, ou pour moi assez prétentieux. Tout le monde voit les mêmes belles choses à la télé. C’est très bien. Après on a des joueurs qui sont là, d’autre qui sont moins là, au sein même du groupe il y a des choses que certains peuvent assimiler et pas d’autres. Alors je dirai plutôt qu’à notre niveau on essaie plutôt de s’adapter en permanence et de tirer le maximum des gars qu’on a à disposition. Bien sûr faire huit passes en une touche de balle qui finit par un centre en retrait et but on le souhaite tous. Mais la vérité du niveau départemental n’est pas toujours aussi simple (lol).

Pour vous un entraîneur doit-il être autoritaire ou à l'écoute ?
Il doit se faire respecter et être à l’écoute pour s’adapter. On gère des pères de famille, des étudiants, des jeunes qui ont leur première paie ou des cadres à responsabilité. Il ne faut pas oublier pourquoi les gars viennent. C’est avant tout pour leur passion à eux. Pas pour combler la mienne. 

Le choix que vous faites de franchir la pas est-il destiné à exister dans la durée ? Vous passez au stade d'entraîneur principal avec un adjoint à votre tour. D'ailleurs à ce sujet la direction d'une équipe passe-t-elle de plus en plus  impérativement par des binômes ? Si oui, pourquoi ?
Ce sera ma deuxième saison à la tête d’une équipe 1. Cette saison j’ai avec moi David Lagarrigue qui me permet d’avoir un relais. Un axe d’échange et une seconde autorité pour gérer l’ensemble du groupe. On se connaît depuis petit pour avoir jouer ensemble et on bosse ensemble dans la vie professionnelle. On se voit donc au quotidien ce qui permet de maintenir un fil rouge au niveau du foot. Il faut bien connaître son binôme et le rôle de chacun. Si cela est respecté je pense que c’est vraiment un plus. Même pour les joueurs.

Que peut-on vous souhaiter ?
On ne  va pas se le cacher après avoir fini deuxième la saison dernière. La montée. 

En conclusion  qu'avez-vous envie de nous dire ? 
Avec notre nouveau président William on se bat pour reconstruire le club qui est descendu de deux niveaux ces dernières années. On s’attache à renforcer un groupe déjà performant la saison dernière en faisant revenir des anciens joueurs du club et des jeunes (Guillaume Vercauter, Enzo Pereira, Thomas Bideault, Maxime Sangoi, Mickaël Lopez,... et tous les autres) afin de renforcer sportivement mais aussi et j’ai presque envie de dire surtout au niveau de l’ambiance. La saison dernière fut une année de découverte et de bonnes surprises. Celle-ci doit être encore plus aboutie.  Bonne saison à tout le foot de la région et merci à footpy. 

Par BM


Bob Marley

Catégories | Les News | Mercato | Dream Team | Tapis Rouge | Flash Back | Gants d'Or & Buteurs | Arbitres | Immersion/Aparté | FootpyTv | Divers


Dans la même rubrique :