Connectez-vous S'inscrire

FFF - Faute de locomotive, le foot féminin OCCITAN va-t-il regarder le train passer ?

Mardi 27 Novembre 2018

Note région, composée à ce jour de Midi-Pyrénées et de Languedoc Roussillon, fut dans les années 2000 un des fleurons du football féminin hexagonal. Animé par les deux locomotives qu’étaient Toulouse (TFC) et Montpellier.


En effet Toulouse, sous l’égide, dans un premier temps de Toulouse Olympique Aérospatiale Club, puis du Toulouse F C, avait obtenu quatre titre de Champion de France (1999-2000-2001-2002) et une coupe de France (2002, année du doublé), qui lui avait permis de faire deux campagnes européennes en 2002 et 2003 en étant éliminé à chaque fois par le futur vainqueur (en demi-finale et quart de finale) en l’occurrence Frankfort (composé de huit internationales sacrées championnes du Monde) et UMEA (Champion de Suède dans la grande période du football féminin scandinave). Toulouse une des meilleures équipes d’Europe était la locomotive de Midi-Pyrénées. L’autre locomotive se situant dans le Languedoc-Roussillon, Montpellier auréolé de deux titres de champion de France (2004 et 2005) et trois coupes de France (2006-2007-2009), ayant atteint également une demi-finale dans ses campagnes européennes.

Seul Montauban semble sur une pente ascendante !

À ce jour ces deux locomotives se sont étiolées, Toulouse (aujourd’hui en grande difficulté en deuxième division) et Montpellier qui petit-à-petit avec des résultats en dent de scie ne joue plus les premiers rôles et entre dans le ventre mou du classement de la première division.  Si par rapport à cette période on peut se targuer que les clubs évoluant au niveau national sont plus nombreux aujourd’hui, leurs résultats respectifs sont des plus laborieux. En dehors de Montauban, voguant sur une spirale positive depuis deux saisons, en se maintenant dans la première moitié du classement dans sa poule en deuxième division, nous avons Rodez qui occupe une dernière place en première division, ce qui fait que maintenant on peut s’interroger sur son avenir parmi l’élite. Portet en deuxième division occupe une peu reluisante dernière place dans sa poule et Toulouse F C, avant dernier de cette même poule. Ces deux clubs risquent peut-être à avoir du mal à conserver leur place au niveau national. Enfin nous avons Albi qui après une descente en deuxième division la saison dernière a du mal à l'étage inférieur à jouer les premières places avec des résultats irréguliers qui pour le moment n’en fait pas un postulant pour un retour dans l’élite.

Montauban progresse doucement mais surement depuis quelques saisons.
Montauban progresse doucement mais surement depuis quelques saisons.

Il y a ceux qui prennent le train quand il passe et d’autres qui le regarde partir.

Aussi quand on dresse ce bilan on peut se poser la question si le football féminin dans la région Occitanie va vers une réelle évolution ? Je ne parle pas en nombre de licencié, mais au niveau de la qualité et du niveau d’ensemble. Si la région contrairement à la période décrite plus haut, possède aujourd’hui un Pôle Espoir Féminin basé à Blagnac, ce qui est une très bonne chose, mais qui ne peut pas sortir une pépite tous les mois, ce n’est d’ailleurs pas le cas, on peut s’interroger sur la formation qui est faite dans les clubs respectifs. Est-ce un manque de motivation des principaux antagonistes concernés (Instances, Club) ou des moyens trop faibles qui sont mis à la disposition des clubs qui ne leur permettent pas de se structurer à ce niveau par un encadrement de qualité (la qualité dit obligatoirement moyen et  volonté).

Tout le monde n’a pas les moyens de Jean-Michel Aulas de nos jours.

C’est surement une réflexion que devrait avoir l’ensemble des composantes du football féminin de la région pour éviter que ce privilège devienne l’exclusivité de certaines ligues comme c’est en train de se produire. Parfois dire les choses trop tôt c’est souvent passer pour un imbécile, quelqu’un qui dérange, mais parfois cela peut éviter de se trouver devant le fait accompli et le regret d’avoir réagi trop tard. Je sais que certains vont nous expliquer qu'ils ne peuvent pas faire pour les autres mais il doit bien avoir des gens qui peuvent faire quelque chose, au moins pour leur club. Ce n’est surement pas un recrutement onéreux de joueuses venues d’ailleurs et même parfois de très loin qui va résoudre le problème. Tout le monde n’a pas les moyens de Jean-Michel Aulas. Par contre lui il y a longtemps qu’il a tout compris contrairement à certains qui n’on toujours rien compris ! Mais ce n’est pas qu’au niveau du football féminin... Moralité la région Occitanie faute de locomotive est en train de rentrer dans le rang au niveau de son football féminin au moment ou son pays va organiser la prochaine Coupe du Monde en juin prochain, il y a ceux qui prennent le train quand il passe et d’autres qui le regarde partir, dommage, dommage…

Actuellement quatrième de D1, Montpellier semble est la vraie locomotive régionale, mais au niveau national loin du PSG et de Lyon.
Actuellement quatrième de D1, Montpellier semble est la vraie locomotive régionale, mais au niveau national loin du PSG et de Lyon.

JPB (jpb@footpy.fr)

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :