Connectez-vous S'inscrire

Gambardella (vidéo) - On refait le match avec… Jean-Christophe DEBU (TFC)

Mardi 9 Avril 2019

Deux jours après avoir écrit une belle page de l’histoire du TFC en battant Montpellier (0-0 TAB 5-4), Jean-Christophe Debu revient sur la qualification de son équipe pour la finale de la coupe Gambardella. Comme tout le club, l’entraîneur des U19 est heureux de voir cette génération talentueuse réussir une telle performance mais il n’oublie pas que rien n’est fait. Il se projette même déjà sur le quotidien et un déplacement dès demain à Cannes. (Par Dennis Bergkamp)


Jean-Christophe, quel est votre sentiment après cette qualification ?
J’en suis très heureux. On a vécu une belle journée hier (dimanche) entre la victoire des pros et notre qualification. On était en configuration L1 par rapport au fait que nous jouions sur le Stadium avec tout le personnel qui en découle. J’ai vu tout un club et ses employés très heureux, sauter de joie et participer à cette belle fête.

Y a-t-il eu une célébration le soir même ?
Non, on n’a rien organisé car avant le match, on apprenait qu’on avait un contrôle anti-dopage qui nous a pris deux heures. Les jeunes étaient aussi avec leur famille. Et puis, on est déjà retourné dans notre train-train quotidien car on a un match dès mercredi à Cannes. Ce qui était important pour les jeunes, c’était de voir le président dans le vestiaire. Le staff des pros et certains employés administratifs, ceux du « troisième étage », sont venus nous féliciter aussi et étaient ravis de l’état d’esprit.

Revenons sur le match. Quel était le discours avant la rencontre ?
Avec Montpellier on se connaît depuis pas mal d’années. On sait que c’est une équipe difficile à battre qui possède une expérience de par son parcours la saison dernière et cette année avec la Youth League. On connaît l’état d’esprit et la qualité de la formation montpelliéraine. D’ailleurs, six joueurs avaient déjà joué contre nous cette année ou la saison passée, que ce soit en U19 ou en N3. Il fallait que notre niveau technique soit à la hauteur. On a donc dit aux joueurs de mettre en place notre projet de jeu et de mettre de la combativité pour répondre présent lors de cet événement. On leur a également dit que les Montpelliérains pouvaient avoir un coup de fatigue du fait qu’ils aient joué plus de matchs que nous.

Votre équipe a pourtant été prudente en début de match…
Oui mais on a surtout senti une équipe de Montpellier sereine du fait de son expérience. Elle n’est pas venue jouer haut non plus mais elle faisait preuve d’une meilleure maîtrise technique en alternant le jeu court et long avec des transversales. Certains de nos joueurs ont peut-être mis plus de temps à se mettre dans le match. Le contexte les a peut-être inhibés au départ. Mais deux actions en profondeur de notre attaquant Corredor nous a permis de prendre confiance. Le fait d’avoir plus d’espace nous a permis de nous mettre dans le sens du jeu et d’aller de l’avant.

Malgré votre domination, vous revenez sur un score nul et vierge à la pause. N’y avait-il pas une frustration ?
C’est le danger. Quand on domine une bonne partie de la période et qu’on ne concrétise pas, les joueurs peuvent ressentir une frustration. Mes garçons avaient eu une telle débauche d’énergie qu’ils pouvaient voir une certaine lassitude. Il a fallu donc conforter les joueurs et leur dire de toujours imposer du rythme. Il ne faut pas oublier que la majorité des joueurs ont dix-huit ans. Six d’entre eux avaient même dix-sept ans chez nous. Donc le contexte a pu jouer. Mais le public a été très important pour les désinhiber. Et le fait de jouer sur la pelouse du Stadium a été un avantage afin de produire du jeu.

Les Toulousains en route pour l'histoire du club. (crédit: TFC)
Les Toulousains en route pour l'histoire du club. (crédit: TFC)

"Les joueurs ont pris leurs responsabilités"

Dès le début du deuxième acte, Montpellier a mis plus de pression. N’avez-vous pas eu peur que votre équipe craque ?
Non, pas du tout. On sait très bien que si on n’arrive pas à enchaîner ou que Montpellier récupère vite le ballon, on peut se mettre en danger. À force d’attaquer, c’est le risque de se faire contrer. Mais on n’allait pas renier notre identité. On a voulu continuer à attaquer pour valoriser notre domination. En se projetant beaucoup vers l’avant, on laisse des espaces. Mais notre ligne défensive a été très bonne et nous a permis d’avoir une sécurité. Montpellier ne s’est créé que peu d’opportunités, dont un ballon repoussé sur la ligne mais surtout dû au fait que notre gardien était gêné par le soleil.

On a senti aussi vos joueurs vouloir trop faire de différences individuelles…
Cela s’explique par la fatigue, ce qui a engendré moins de disponibilités et moins de soutien. On ne pouvait plus avoir d’appui ni de jeu en triangle donc de nombreuses situations individuelles se sont créées. Même si ce sont des actions personnelles qui font souvent la différence, on aurait pu avoir une meilleure maîtrise. Mais à ce niveau de la compétition, il est logique d’avoir ce genre d’actions-là.

Vient enfin la séance de tirs au but. Et une nouvelle victoire contre Montpellier (l’an dernier, le TFC s’était déjà imposé aux tirs au but, NDLR). Quel est le secret ? Avez-vous une botte secrète ?
C’est surtout aux joueurs qu’il faut le demander. J’avais effectué mes trois changements dont mes deux attaquants. Ce sont en général les offensifs qui tirent les pénaltys. Là, les joueurs ont pris leurs responsabilités. Ils ont décidé de l’ordre des tireurs et ont assumé. La veille ou l’avant-veille des matchs, on réalise des séances pour faire travailler les tireurs mais aussi les gardiens. Cela nous a une nouvelle fois réussi.

Avec notamment deux arrêts de Thomas Himeur. Un petit mot sur votre gardien ?
Il nous a déjà arrêté un pénalty contre Tours lors du tour précédent donc ce n’est pas une nouveauté. Au début de la compétition, c’est Jean-Jacques Woto qui partait titulaire. Mais, avant le quart, il s’est fracturé un doigt. Alors Thomas a pris la relève et avec talent. C’est un garçon d’avenir avec une grande taille, très bon sur sa ligne. Il a bien amélioré son jeu au pied. Et depuis deux matchs, il fait la différence.

Les Violets pouvaient célébrer comme il se doit leur qualification. (crédit: TFC)
Les Violets pouvaient célébrer comme il se doit leur qualification. (crédit: TFC)

"Les supporters du foot aiment ces matchs couperets"

Le public a également joué son rôle. Surpris par tant de soutien ?
Surpris surtout par le nombre de personnes présentes. Depuis une semaine, on se demandait comment les gens allaient réagir au fait d’attendre une heure après le match des pros et qu’on ne s’échauffait pas sur la pelouse du Stadium. Mais, quand je suis entré dans le stade et que j’ai vu la tribune noire de monde, j’ai été surpris. Ça a été un moment grandiose. Le public a participé à la fête, a dynamisé les joueurs. Mais l’inverse est également vrai. Portés par la foule, les joueurs ont tout donné. Et puis, le public a joué son rôle lors de la séance de tirs au but. Quand vous êtes encouragés ou quand vous êtes sifflés pour aller tirer son penalty, ça change tout. En tout cas, ce match montre que la Gambardella a toujours intéressé le monde. La coupe, que ce soit chez les jeunes ou chez les adultes crée toujours un engouement. C’est comme dans les tournois, il y a une ambiance différente. Les supporters du foot aiment ces matchs couperet. Et puis, les gens aiment voir les futurs pros. Ils savent qu’ils feront preuve de spontanéité et d’enthousiasme.

Quel va être le discours maintenant jusqu’à la finale ?
Le message qu’on a voulu faire passer est qu’il reste trois semaines et cinq matchs entre les U19 et la N3 avant cette finale. Il faut donc bien les jouer et les gagner. On a un effectif réduit, il faut donc mobiliser tous les joueurs afin qu’ils restent concernés. Et quoi de mieux que la compétition pour garder le rythme et travailler ? Quoi qu’il arrive, on restera toujours dans notre méthodologie de formation. D’ailleurs, ce qui est important chez nous, et la différence se fait là, c’est que nos jeunes ont réalisé les deux-tiers des séances avec les pros. S’entraîner avec des Gradel, Durmaz, Jullien apporte au niveau technique et mental. Les jeunes aiment aller s’entraîner avec eux, ils demandent à y aller et ça leur permet de progresser plus vite. Ils rencontrent des situations différentes qui leur permet, le jour où ils jouent avec les jeunes, de savoir apporter la réponse. Inconsciemment, ils progressent.

Un petit mot sur votre adversaire en finale, Saint-Étienne ?
On les a joués deux fois cette saison (1N-1D). La défaite là-bas est lourde (1-4) car on était à 1-1 à huit minutes de la fin et suite à une décision arbitrale contraire, on a craqué. Il y a beaucoup de qualités à Saint-Étienne. C’est une équipe athlétique qui possède un bloc équipe très solide défensivement et un très bon milieu (Rocha Santos) qui a marqué quatre buts contre nous. C’est un bon club qui travaille bien et dispose comme nous d’une génération 2001 très performante. À nous de bien étudier leur équipe type et surtout d’analyser les matchs de haut niveau. Une rencontre comme celle de Gambardella est différente dans l’approche. Et, hier (dimanche), on a répondu présent. Les joueurs se sont lâchés et ne se sont pas préoccupés de l’enjeu. À eux de réaliser le même type de performance en finale.

Propos recueillis par Dennis Bergkamp
dennisbergkamp@footpy.fr
 

Le dernier penalty repoussé par Thomas Himeur


LA FEUILLE DE MATCH
Gambardella, demi-finale
Dimanche 7 avril 2019, 18 heures
Toulouse, Stadium
TOULOUSE FC / MONTPELLIER HSC 0-0 (5-4 aux TAB)
Arbitres: M. Romain Perpinan assistés de MM. Théo Benoit et Hugo Ducasse.
Délégué: M. Philippe Vital
Tirs au but: Diarra, Zobo, Diakité, Taoui, Rouault (réussis), Soudani (raté) pour le TFC - Vargas, Vercruysse, Robert, Benchama (réussis), Badu, Vidal (ratés) pour Montpellier.
Avertissements: Ghilas (35e), Chotard (60e) pour Montpellier.

TOULOUSE FC: Himeur - Cazenave, Diarra (cap.), Rouault, Diakité, Tounkara, N'Goumou, Rapnouil, Corredor (Zobo, 76e), Koné (Soudani, 89e), Adli (Taoui, 65e). Non entrés en jeu: Bangré, Mohimont.
Entraîneur: Jean-Christophe Debu
MONTPELLIER HSC: Cozzella - Vargas, Ghilas, Benchama, Vidal (cap.), Chotard (Rouanet, 85e), Kasongo (Eboumbou, 76e), Boudersa (Nassar, 46e), Badu, Vercruysse, Robert. Non entrés en jeu: Attoumani, Buka.
Entraîneur: Frédéric Garny

Jean-Christophe Debu est fier de la performance de ses joueurs. (crédit: TFC)
Jean-Christophe Debu est fier de la performance de ses joueurs. (crédit: TFC)

Dennis Bergkamp

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :