Connectez-vous S'inscrire

Immersion - Parlons tactique... avec Jean-Louis FAURE

Jeudi 23 Avril 2020

Passionnés de tableau noir, adeptes du 4-4-2 ou du 4-3-3, amoureux du style de Guardiola... Footpy vous régale avec des entretiens avec des techniciens de la région. Passé notamment par Muret, Labège ou encore Toulouse Fontaines, Jean-Louis Fauré, qui est à la recherche d'un nouveau challenge en tant que coach ou Directeur Sportif, nous explique son schéma de référence... et bien plus.


Jean-Louis, fort de votre expérience de coach, pouvez-vous nous expliquer quel est votre système tactique de référence, et pourquoi ?
Comme beaucoup de footballeurs de ma génération à Toulouse j’ai été nourri au 4-4-2 muretain mis en place par un entraîneur novateur, Gérard Rabier. J’allais voir des matchs pour comprendre son système et comment il était animé avec en particulier un pressing haut très efficace et une zone pour chaque joueur. A l’heure où il n’y avait pas internet et les moyens d’aller chercher l’information, il s’appuyait sur le 4-4-2 milanais d'Arrigo Sacchi. Celui dont on disait qu’il préférait le système aux joueurs… Par la suite, quand il fallait aller vite comme par exemple en septembre avec la N3 de Muret c’est peut-être le système le plus pratique à travailler et à mettre en place. Le 4-4-2 de Simeone si vous n’avez pas d’ailier, peut être une arme redoutable. Quand j’ai des équipes qui ont un peu de mal dans la maîtrise, il m’est arrivé d’y revenir.

Pourtant, il est très difficile pour un entraîneur de garder toujours le même système...
En amateur quand on prend un projet, avec la règle des mutés, c’est difficile d’avoir tout de suite les joueurs adaptés au système que vous préférez. Du coup, il faut être pragmatique et ne pas être prisonnier d’un système comme d’un postulat. Certains coachs ne changent jamais même quand ils n’ont pas les joueurs pour… On n’a pas tous les moyens de Guardiola à City pour choisir des profils de joueurs. La première année à Labège en DH je n’avais pas de vrais latéraux. En revanche, 3 bons centraux et des percuteurs avec une très grosse VMA sur les côtés. On finit second de DH en 3-5-2. Deux ans après on montait en 4-4-2 avec un neuf et demi. Aux Fontaines, j’avais deux super 6 et le meilleur 10 de la région (El Khallouki). Difficile de ne pas jouer en 4-2-3-1. Les profils des joueurs vont influer sur le système mais aussi sur l’animation choisie plus importante que le système. Si l’on regarde le 4-3-3 de Liverpool et celui du Auxerre de Guy Roux, ce sont les mêmes systèmes. Mais à Auxerre les ailiers Cocard et Vahirua mangeaient les lignes de touche et centraient, alors qu’à Liverpool ce sont les latéraux Alexander Arnold et Robertson qui centrent tandis que Mané et Salah plongent à tour de rôle dans l’axe dans le dos de Firmino. Ils défendent presque pareil mais l’animation offensive est vraiment différente.

Un tacticien se doit donc d'être attentif à toute évolution ? 
Quand on parle tactique, rester sur les systèmes est restrictif. Par exemple, je suis allé observer le travail de Casanova au TFC. Il faisait un travail remarquable sur la notion de couverture de ligne. Essentiel et très peu travaillé en amateur. L’anticipation des courses arrières pour les centraux à plat, la couverture mutuelle, sont plus importants que le système choisi à 2 ou à 3 dans l’axe. Ça c’est de la tactique et ça demande un travail de terrain.

Jean-Louis aime les sorties de balle du PSG à la sauce Tuchel. (crédit: Getty Images)
Jean-Louis aime les sorties de balle du PSG à la sauce Tuchel. (crédit: Getty Images)

"Jusqu’à quel point peut-on copier le haut niveau ?"

Avez-vous des exemples de travail tactique que vous avez effectué ? 
À Muret, on avait travaillé sur une remontée de balle pour toutes les équipes à 11. Cela demandait un gros travail de terrain au coach pour le mettre en place et certains avaient plus de facilités que d’autres. Tous les amateurs de football, dirigeants présidents ou supporters avec les émissions de Canal, sont capables de bâtir une équipe autour d’un système donné. En revanche, l’animer, le travailler toute la semaine à l’entraînement, modifier ce qui ne va pas à la mi-temps, c’est là, le vrai travail de terrain.

Quelles sont les tendances tactiques actuelles ?
On assiste en amateur à un retour de la défense à 3 ou à 5 qui n’étaient plus du tout à la mode. En N3, près de la moitié des équipes jouaient comme cela l’an dernier. Cela donne des équipes difficiles à jouer. Mais parfois ça crée des trous ou des déséquilibres sur les côtés à l’opposé si les flankers s’oublient ou n’ont pas le coffre nécessaire. Il y a quelques saisons, j’avais beaucoup aimé le 3-4-3 de Franco Vignola à Onet avec les deux offensifs un peu excentrés qui se promenaient entre les lignes… Novateur et difficile à défendre. Pour le contrer, il avait fallu réfléchir et travailler à l’entraînement. Sébastien Lasserre, à Muret l’avait mis en place en deux ou trois occasions avec succès, toujours pareil, en fonction des joueurs dont il disposait. L’autre changement très intéressant pour le jeu est la possibilité de relancer dans la surface sur les sorties de but. On voit les grandes équipes (Liverpool, City, Inter, Barcelone…) chercher à repartir du gardien même quand elles sont pressées. Ç’a obligé les coachs à réfléchir à un dispositif offensif mais aussi défensif pour bloquer ces sorties de balle. On voit parfois des équipes aligner 4 joueurs très haut pour bloquer la première relance ou mieux pour récupérer le ballon haut. Cela entraîne des pressings et contre-pressings très différents de ce qu’on observait jusque-là. Et des gardiens de buts magnifiques au pied.

Depuis votre départ de Muret, qu'avez-vous observé de notable question tactique ?
Mes vacances forcées depuis mon départ de Muret m’ont permis d’observer des matchs. Le latéral de Guardiola qui vient s’intégrer au milieu de terrain comme un 6 (du côté où il a un ailier) est la nouveauté la plus remarquable à mon avis. Après, si on veut l’appliquer, il va falloir le faire travailler à vide et avoir des garçons très intelligents et réactifs.
J’aime beaucoup aussi les sorties de balle du Paris de Tuchel avec Di Maria ou Neymar qui viennent chercher à tour de rôle le ballon à côté des 6 et qui cherchent la verticalité. Très difficile à défendre. Et trop fréquent pour ne pas être travaillé. Qui vient défendre sur eux ? Garcia par exemple s’y est cassé les dents…
Aujourd’hui toutes les nouveautés sont décortiquées, analysées et on peut essayer de dupliquer. Mais on n’a pas Di Maria, Alisson ou Mané dans nos effectifs. Jusqu’à quel point peut-on copier le haut niveau ?

Même pendant ses loisirs, comme ici au foot golf, Jean-Louis aime donner des consignes. (crédit: Footpy / archives)
Même pendant ses loisirs, comme ici au foot golf, Jean-Louis aime donner des consignes. (crédit: Footpy / archives)

Julien MUNOZ

Catégories | Les News | Mercato | Dream Team | Tapis Rouge | Flash Back | Gants d'Or & Buteurs | Arbitres | Immersion/Aparté | FootpyTv | Divers


Dans la même rubrique :