Connectez-vous S'inscrire

Interview - Le paradoxe Nicolas BAYOD, président de Portet (suite et fin)

Dimanche 14 Juillet 2019

Pour cette deuxième et dernière partie de l'interview de Nicolas Bayod, nous nous intéressons aux objectifs du président de Portet, à ses rapports avec la mairie et ses soutiens financiers, ainsi qu'à son regard expérimenté sur le football amateur (par JPB).


Pour la saison à venir quels sont tes objectifs et tes ambitions au niveau de chacune des catégories précitées ?
Mon objectif est tout d’abord de créer du lien entre tous les membres du club. Pour cela l’arrivée d’un coordinateur technique chez les jeunes et aussi impliqué avec nos féminines permettra de faire ce lien et l’arrivée d’un nouveau coach chez les garçons dans le même état d’esprit je l’espère, nous permettra de retrouver une certaine unité. Sportivement parlant le premier objectif sera de mettre en place le projet sportif et éducatif chez nos équipes de jeunes ce qui sera la mission première de notre coordinateur technique en accompagnant l’ensemble de l’encadrement à construire leur saison et en étant vigilant sur leur comportement au bord du terrain. Chez les seniors féminines nous sommes ambitieux avec notre souhait de retrouver le niveau national mais il est encore trop tôt pour l’affirmer car il y a encore quelques incertitudes dans la composition de l’effectif après une saison éprouvante pour nos filles. Pour avoir passé le mois de mai à leur côté je ne suis pas inquiet et la nouvelle dynamique qui sera mise en place dès le 1/08 fera son chemin pour convaincre certaines filles de poursuivre l’aventure et pour d’autres de nous rejoindre. Chez les garçons l’objectif sportif sera de bien figurer en pratiquant un football en relation avec la qualité d’un groupe rajeuni, j’ai pour habitude de dire que les objectifs se fixent au mois de février…  
 
Pour l’avenir un club comme le tien comment peut-il fédérer autour de lui des partenaires pour lui donner plus de moyens ?
Avec une véritable organisation et avec des compétences dans ce domaine. Le modèle du rugby semi-pro me semble bon avec une organisation interne s’appuyant sur une régie externe. L’expérience de la saison écoulée confirme que certains professionnels commencent à voir un intérêt dans le football et notamment féminin mais leur méconnaissance du football et notamment dans le fonctionnement des clubs nous a été fatal dans le développement économique cette saison.
 
La municipalité de Portet est attentive aux difficultés que tu peux rencontrer, penses-tu que son aide est suffisante et éventuellement comment pourrait-on l’améliorer ?
Notre municipalité est dans son rôle, elle finance le football des jeunes et met à disposition du club trois employés municipaux qui seront cette année véritablement accompagnés dans leur mission par notre coordinateur technique ce qui manquait jusqu’à présent pour faire le lien entre nos deux institutions. La subvention est stable depuis ma prise de fonction ce qui est déjà pas mal même si la saison dernière avec la double accession en R1 chez les garçons et en D2 Féminines j’avais demandé une petite rallonge… La qualité et l’entretien de nos installations par les services municipaux est remarquable. Le point noir du club est sur l’hospitalité (qui est un mot à la mode) de notre stade municipal car nous ne sommes pas en capacité de recevoir comme il se doit partenaires et officiels après les matchs (ou autres événements que nous organisons) ce qui représente un réel frein en terme de développement économique. J’espère trouver un compromis à moyen terme…
La municipalité est sensible à mes différentes demandes notamment en permettant à certains de mes licenciés d’accéder au service emploi de la Mairie pour les aider à s’insérer professionnellement et je terminerai par le magnifique projet de tournoi à Pérols que nous avons mené à bien malgré l’adversité et qui a permis à trente familles du club de vivre trois journées exceptionnelles… Et je remercie encore une fois notre municipalité en la personne d’Yves Bonamich pour avoir obtenu le financement du déplacement.

Nico Bayod aime à porter plusieurs casques (crédits FB)
Nico Bayod aime à porter plusieurs casques (crédits FB)

« Les dirigeants sont les premiers responsables de ce qu’est devenu notre football »

Pour quelqu’un qui a évolué au niveau pro, quel regard portes-tu sur le football amateur d’aujourd’hui et quel avenir lui vois-tu ?
Même si j’ai toujours gardé contact avec des amis dans le milieu amateur il est vrai que durant ma carrière de joueur pro je n’avais pas pris la mesure d’un tel changement de mentalité par la base du football. Je porte un regard critique sur son évolution qui est fortement liée à l’évolution de notre société. Les enjeux du football en général seront à l’avenir de trouver des ressources à tous les niveaux tant sur le plan sportif et de l’encadrement que sur le plan organisationnel. Les dirigeants sont les premiers responsables de ce qu’est devenu notre football local et régional c’est-à-dire la perte identitaire de la plupart de nos clubs avec des intérêts financiers pour des joueurs et entraineurs de niveau local et régional qui changent de club au gré de dizaines d’euros en plus ou en moins et non pour un projet dans lequel ils vont pouvoir se réaliser sur et en dehors du terrain.
Le rôle éducatif chez les jeunes est primordial et la course à la championite dès le plus jeune âge est alimenté par les encadrant et les parents au bord du terrain avec des comportements inappropriés mais bien représentatif de notre société actuelle où l’ego des uns et des autres passe avant les intérêts collectifs.
 
Nicolas nous avons eu l’occasion de bavarder longuement et j’ai été surpris agréablement par tes idées novatrices qui t’animent dans ta passion du football, pourrais-tu en faire profiter nos lecteurs de quelques extraits ?
Le football et le sport en général sont une magnifique opportunité de transmettre une éducation à tous types de publics, des plus jeunes aux seniors en passant par les dirigeants et autres parents. C’est pour moi une magnifique école de la vie. Malheureusement le milieu sportif et le football en général n’ont que très peu évolué dans leur organisation depuis une vingtaine d’années et le système associatif est à bout de souffle. C’est pourquoi il me semble important de travailler sur de nouveaux modèles en termes d’organisations, de managements et d’accompagnements car nos clubs ne sont plus de simples associations. Je pense qu’il faut réfléchir aux rôles de nos institutions, aux rôles de nos techniciens territoriaux et régionaux pour qu’ils soient plus proches et jouent un rôle de conseil auprès des clubs mais aussi auprès des mairies, départements et régions qui soutiennent le mouvement sportif.
Je crois aussi que le rôle d’un club est de former des arbitres et que malheureusement la voie de l’arbitrage est trop peu entendue alors que je vous rappelle que sans arbitre notre sport n’existerait plus en mode compétition. Le milieu associatif est un formidable moyen de formation ou post formation pour les étudiants qui souhaitent acquérir de l’expérience dans tous les domaines (marketing, management, comptabilité, développement digital…) et malheureusement trop peu ou mal exploité. De l’autre côté le milieu associatif est aussi une opportunité pour les retraités qui sont à la recherche d’un nouvel équilibre de vie et à qui il faut savoir parler pour qu’ils intègrent nos structures. Vous l’aurez compris ma vision se porte vers la structuration de l’associatif et la création de lien social multi-générationnel avec une certaine responsabilisation pour les personnes qui s’y investissent.
Ici le représentant de Portet est entouré de personnes hautement recommandables (crédits : Footpy)
Ici le représentant de Portet est entouré de personnes hautement recommandables (crédits : Footpy)

JPB (jpb@footpy.fr)

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :