Connectez-vous S'inscrire

L’ITW du samedi - Alexandre ROUEN (directeur sportif Toulouse Métropole Futsal) : « L’objectif n’est pas de monter à tout prix »

Samedi 10 Février 2018

Vous connaissez tous le TMF, mais avant lui, le Toulouse Métropole Futsal a été le premier club à utiliser ce nom. Sans lien aucun avec le club de foot à 11, il essaye de se faire un nom à lui depuis sa première place au classement de DH. De l’aveu même de son directeur sportif Alexandre Rouen, le Métropole Futsal n’est pas au point pour faire parler de lui. Alors Footpy lui donne un petit coup de pouce, alors qu’il s’apprête à jouer un trente-deuxième de finale à Chambéry contre le Bourget du Lac pour la Coupe de France de Futsal. Et malgré ses excellents résultats sportifs qui pourraient l’en détourner, le jeune club n’oublie pas de se consacrer pleinement à la formation des enfants du quartier d’Empalot (par W.H.).


Qu’est-ce que le Toulouse Métropole Futsal ?
Métropole ce sont déjà quatre équipes seniors masculines en FFF, une équipe féminine en AFF et deux équipes en 2FOPEN, qui est la fédération de l’Éducation Nationale, dont une est mixte. Il y a aussi une section handisport avec des enfants sourds et malentendants de six à seize ans. Enfin nous avons une école de Futsal nouvellement créée il y a quatre mois. Pour un club qui n’a que six ans d’existence, je trouve que c’est déjà bien fourni. Chaque année nous essayons de créer de nouvelles sections malgré des difficultés à trouver les bonnes infrastructures et les finances. Aujourd’hui ça s’améliore par rapport aux débuts, même si nous aurions besoin d’un peu plus.

Quel est votre histoire avec ce club ?
Cette année nous avons fusionné avec le Néo Toulouse Futsal dont j’étais le créateur. Les joueurs ont pour la plupart suivi et aujourd’hui j’ai la responsabilité des équipes trois et quatre. Et j’endosse aussi le rôle de directeur sportif. Je fais le lien entre les joueurs, le coach et les dirigeants. Je les connais tous plutôt bien du fait de notre passé commun et eux me connaissent donc ça marche plutôt bien Ainsi j’ai une bonne vision globale du club, je sais tout ce qui s’y passe et mon but est de faire en sorte que la machine marche du mieux possible à tous les étages.

Quels sont vos rapports avec le Toulouse Métropole FC ?
Nous n’avons aucun lien avec le TMFC. Ils ont été créés suite à une demande de la mairie il me semble qu'elle leur a demandé de se rapprocher. Nous avons été fondés en 2011 et je ne sais pas si nous aurions dû être consultés mais nous ne l’avons pas été. Ce sont vraiment deux entités différentes qui ne se sont jamais rencontrées, mais qui sait… peut-être à l’avenir ? Nous existions déjà sous un autre nom, ProDirect qui était une équipe d’entreprise à la base. Et quand on m’a proposé de reprendre le club, Toulouse allait devenir une métropole et le nom a été choisi comme ça.

La Mairie de Toulouse vous aide-t-elle comme vous l’espérez ?
Ce n’est pas encore suffisant étant donné le nombre de personnes que nous touchons à travers nos actions, je pense que nous pourrions être plus valorisés par la Mairie. Mais je reconnais que nous ne sommes pas encore des experts en communication et il faudrait que nous nous présentions de manière plus efficace devant le grand public et par extension, devant les responsables. On espère s’améliorer à ce niveau pour grandir plus vite à l’avenir.

Sportivement, c’est un très bon début de saison.
Ce n’est pas une vraie première place car nous avons des matches d’avance. Le début de saison était difficile, avec une nouvelle politique sportive en place, mais ce n‘était pas le bon choix pour avoir des résultats à court terme et nous sommes revenus à l’ancienne méthode en novembre et depuis, nous sommes invaincus. En fait le coach a voulu prendre des individualités peut-être moins fortes, mais qu’il ferait progresser avec un travail de fond. Mais en DH, pour avoir des résultats rapides, il fallait aussi faire jouer les meilleurs en mettant de côté la formation à long terme. Nous avions besoin de résultats rapidement en rappelant des joueurs qui étaient descendus en équipe Deux parce qu’ils viennent du foot à 11 à la base. Ils ont réintégré l’effectif de la une pour nous aider à retrouver la victoire.

Comment vivez-vous la concurrence des autres clubs toulousains ? Et comment vous démarquez-vous ?
Notre staff est sérieux avec une présidente et des coaches compétents ce qui permet d’évoluer dans les meilleures conditions. La concurrence est saine, ça se déroule dans un bon climat. Et si les autres clubs vont bien, le Futsal devient attrayant. C’est parce qu’il y a de la compétition dans la région que les gens s’intéressent à ce sport. Ça permet de mettre du piment dans la compétition. Je ne sais pas si notre projet est plus intéressant qu’ailleurs. Pour l’instant chacun cherche à trouver un certain confort. Ça peut être parce qu’ils viennent en groupes d’amis, ou parce que c’est proche de chez eux. Et en venant ici, personne n’a eu à regretter son choix.

Le Métropole Futsal vise l'excellence de sa formation. (crédit: A.R.)
Le Métropole Futsal vise l'excellence de sa formation. (crédit: A.R.)

« Donner la meilleure image possible du Toulouse Métropole »

Avez-vous l’ambition de monter en D2 ?
L’année dernière nous sommes passés par les barrages et malheureusement nous avons échoué à Strasbourg. Pour une raison notamment qu’on voit encore avec ce déplacement : c’est difficile de réunir la meilleure équipe à chaque fois le jour J d’un déplacement. Les joueurs sont amateurs et ont tous une vie à côté, ils ne peuvent pas tous répondre présent au même moment quand on en a besoin.

Avez-vous les reins solides pour une éventuelle montée cette année ?
Oui et non. Financièrement c’est possible, en s’activant pour avoir le minimum pour faire une année en D2. Mais est-ce que l’effectif serait assez profond et disponible pour y évoluer ? Je ne suis pas sûr. L’objectif n’est pas de monter cette année forcément. On se pose encore la question de savoir si on doit encore construire un peu, surtout sur les équipes des enfants, des filles et de la formation. On ne veut pas sacrifier l’un de ces projets pour un autre.

Pour ce match de coupe, on a vu les difficultés exprimées par votre présidente de trouver tous les joueurs volontaires pour aller jouer ce trente-deuxième de finale.
Exactement. En plus des blessés, il y a les raisons professionnelles et personnelles qui font que nous n’avons pas nos dix meilleurs joueurs du moment réunis en même temps. Quand je dis meilleurs joueurs, c’est uniquement sur le papier, ceux qui viennent avec nous ont le talent et la motivation nécessaire pour faire le travail sur cette rencontre. L’équipe est compétitive, malgré l’absence de cinq cadres.

La coupe nationale est-elle un objectif ?
On sait que ce sera très dur, mais on aimerait arriver en huitièmes de finale. Arriver sur un tirage intégral et pourquoi pas de tomber sur une très grosse équipe pour donner la meilleure image possible du Toulouse Métropole.

Comment va évoluer le Métropole Futsal ?
Notre véritable objectif, c’est de faire grossir une vraie école de Futsal. Ce n’est pas du tout chose aisée de concrétiser un tel projet. Elle a ouvert cette année et on veut qu’elle soit une référence le plus rapidement possible. La mairie nous demande aussi de former pour le foot à 11 dans le quartier d’Empalot pour combler un vide. Nous n’irons pas sur le foot à 11 sur les seniors, mais la demande dans ce quartier est forte chez les jeunes et la mairie souhaite qu’on y répondre. On serait ainsi un peu plus reconnus et peut-être aussi aidés. Mais nous resterons toujours un club de Futsal. Contrairement à l’année dernière, nous ne nous donnons plus l’objectif de monter absolument car ça nous cause des problèmes plus qu’autre chose si ça va mal. On veut être les meilleurs possibles dans toutes les catégories où nous sommes actuellement.

Un dernier mot ?
Je remercie tous les bénévoles, coaches et joueurs à qui on donne beaucoup et qui nous le rendent bien. Je remercie aussi Néo Gestion Informatique, entreprise de Christian Froubet pour son aide précieuse qui nous suit depuis nos débuts sans aucune contrepartie hormis le plaisir de nous aider à évoluer ainsi que l'ensemble de ses salariés. Et enfin merci à vous Footpy, pour cette mise en avant de notre travail et de notre association.

Recueillis par W.H.

ALEXANDRE ROUEN
Né le 17 novembre 1986 à Vernon (27)

Situation 2017/2018: directeur sportif et responsable équipes III et IV du Toulouse Métropole Futsal
Parcours:
- Joueur : Néo Toulouse Futsal, Défense de Fer Futsal, Futsal Saint Génies, Toulouse Métropole Futsal, Ramonville Futsal, Toulouse Métropole.
- Entraîneur : Néo Toulouse Futsal / Toulouse Métropole Futsal. 

Pas de ski en Savoie pour les joueurs, mais peut-être une qualification ? (crédit: A.R.)
Pas de ski en Savoie pour les joueurs, mais peut-être une qualification ? (crédit: A.R.)

WH

Catégories | Les News | Mercato | Dream Team | Tapis Rouge | Flash Back | Gants d'Or & Buteurs | Arbitres | Immersion/Aparté | FootpyTv | Divers


Dans la même rubrique :