Connectez-vous S'inscrire

Ligue/Districts - Les “petits” CLUBS doivent-ils se tourner vers les ENTENTES et FUSIONS?

Mardi 10 Mars 2020

Selon les nouvelles dispositions fédérales, un club ayant l’ambition d’évoluer au plus haut est dans l’obligation d’avoir sur chaque année d’âge un nombre suffisant (15 à 20 licenciés) afin de pérenniser son niveau. Comment faire pour que les plus petits clubs disparaissent du paysage footballistique ? On vous propose un axe de réflexion.


Comme on peut le constater, seuls les clubs possédant un potentiel suffisant en nombre et bien sûr en qualité pourront jouer dans la cour des grands (ce qui est déjà le cas). Ceux qui veulent s’y inviter le pourront éventuellement à travers des ententes jusqu’à un certain niveau (ce n’est pas autorisé dans les championnats nationaux) voire des fusions pour pouvoir avoir des ambitions légitimes et réalisables. Les nouvelles dispositions fédérales imposent en effet que dès les U6 jusqu’aux U13 à avoir la possibilité d’une masse permettant de posséder à partir des U14 un effectif pour le football à 11. Il est à noter que les montées s’effectuent en Ligue et en National par les générations précédentes. Les promus en U17 Nationaux sont ainsi issus des meilleurs U16 Ligue. Ceci n’est pas une mauvaise chose car cela permet au groupe qui est monté d’en profiter pour y évoluer contrairement à avant où les clubs promus n’avaient pas la relève derrière, ce qui provoquaient des années galères pour certaines équipes. D’autre part, des dispositions devraient peut-être être prises aux niveaux des districts pour mettre en place une passerelle en cours de saison afin de permettre un passage plus aisé en Ligue. Les U13 jouant à 8 et les U14 à 11, cela augmente la difficulté des équipes de district qui montent au niveau régional.

Un football à deux vitesses

crédit: DR
crédit: DR
C’est pour cela qu’on peut dire aujourd’hui que l’on se dirige vers un football à deux vitesses. D’un côté, un football ambitieux, de compétition où l’élite se fera de plus en plus tôt au risque d’appauvrir encore plus les petits clubs chez les plus jeunes. De l’autre, un football loisir sans aucune obligation qui consistera à avoir des obligations envers les autres dont on dépend (respect à travers la présence et la ponctualité) et les devoirs à observer dans la solidarité (respect et obligation pour le bon fonctionnement des autres). Cela satisfera certes beaucoup de gens au risque d’enlever ces valeurs collectives que véhiculent notre sport. Les gens deviendraient des consommateurs d’un loisir individuel dans le fonctionnement et non des participants à un collectif qui impose des règles.   

Le football n’en mourrait pas mais quand on l’aime, on voudrait qu’il reste grand, exemplaire pour les petits et porteur de valeurs qu’on aimerait garder encore un peu de temps (au risque de passer pour un vieux grincheux). Aux dirigeants de demain de faire un choix vers l’union (qui rend plus fort, comme le montre certains exemples autour de nous) et de proposer une qualité aux licenciés à tous les niveaux (sportif, encadrement, infrastructures). Dans le cas contraire, ils ne feraient que subir et prendraient le risque de s’évaporer à petit feu et disparaître en restant seul. Un signe de l’érosion du football dans la région : nous avons aujourd’hui une baisse du nombre de licences en Haute-Garonne.  De bonnes décisions doivent être prises afin de permettre à notre sport de primer le collectif avant tout.                                                                      

L'Union Saint-Jean, exemple d'une fusion réussie. (crédit: USJ foot)
L'Union Saint-Jean, exemple d'une fusion réussie. (crédit: USJ foot)

JPB

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :