Connectez-vous S'inscrire

Ligue - L'ARGENT : le roi du tabou chez le roi des sports

Vendredi 8 Juin 2018

Nouvel édito de Bob Marley et nouveau sujet qui fâche. L'argent. Si on sait qu'il existe dans notre football d'Occitanie, on ne sait pas vraiment où il est, ni en quelle quantité, et encore moins à quoi il sert réellement. Notre microcosme régional est-il si différent que la machine professionnelle ? Peut-on porter des jugements de valeur sur des choix de mutations ? Les plus riches sont-ils vraiment ceux qu'on croit ? Autant de questions auxquelles très peu ont les réponses mais auxquelles chacun a forcément un élément à apporter (par Bob Marley).


Le fric ça pue, mais on peut facilement se trouver le nez bouché quand ça nous arrange ! L'argent n'a pas d'odeur a-t-il été écrit ! Pourtant il traîne dans son sillage des remugles pas très sympathiques.

Évoquer un tel sujet alors qu'une omerta plane au-dessus de lui et qu'il est difficile d'obtenir des chiffres est difficile. Il est déjà quasiment impossible d'évoquer le sujet tant il est sensible et qu'il hérisse le poil de tous. De plus quand on écoute diverses sources; les sommes varient au gré des fantasmes, des inimitiés, des jalousies, de la non connaissance... Récemment à la suite d'échanges avec quelques amis sur FB j'ai été interpelé : "La couleur des dollars et le tabou de l'argent dans le sport amateur pourquoi vous en parlez jamais ?" J'ai répondu : "Quant à l'argent dans le foot amateur donnez moi des chiffres, des billes avérées et je fais un article sans problème. Fixes, primes, avantages divers...." Malheureusement pas de réponse ! Alors autant l'article précédent sur les maux du football amateur m'avait inspiré, autant cette fois ci j'ai l'impression de ma lancer dans un exercice au petit bonheur la chance, sans vraiment savoir ce que j'ai l'intention d'écrire et surtout quoi écrire ! L'argent, oui il y en a dans le football. La disparité au niveau des clubs de Ligue 1 est connue de tous. Toute proportion gardée, elle existe aussi au niveau régional avec des clubs "riches" et d'autres qui se battent avec leurs armes pour boucler leurs budgets. Mais qu'on ne s'y trompe pas il y en a. Les sources varient peu : subventions municipales, sponsors, mécènes, licences, diverses manifestations (tournoi, loto, soirée dansante....).  
 
Dans un premier temps les mairies certes, mais soit elles baissent les subventions ou du moins ne les augmentent pas. La taille de la mairie influe aussi sur le montant alloué à chaque association. Il est évident que Toulouse ou les grosses métropoles ont plus de moyens et lâchent plus d'argent. Élémentaire mon cher Watson !
Les sponsors font vivre les clubs. À une époque pas si lointaine il était relativement facile d'en dégotter. C'est maintenant plus compliqué, conjoncture économique oblige. On en trouve pourtant encore.
Il y a aussi des cas bien plus rares de "mécènes" qui apportent seuls une manne importante à leur club de cœur. J'en connais au moins un qui n'est certainement pas unique. Mais le revers de la médaille est le temps de leur affection et de leurs moyens. Le jour où ils ne veulent (ou ne peuvent) plus le robinet se ferme brutalement, laissant le club devant un abîme de réflexion et d'incertitude.
 

Tous les clubs ne sont pas exsangues

L'argent, l'ami indissociable du football
L'argent, l'ami indissociable du football
Une autre source de revenus est le prix des licences. Des contacts m'ont averti que les licences de certains clubs allaient atteindre des montants (g)astronomiques mais pas uniquement pour les seniors, dans toutes les catégories... On peut donc imaginer qu'une partie de ces recettes  va être ponctionnée pour servir les salaires et primes de l'équipe fanion. Parce que ça aussi, certaines sources m'en informent. Si on peut accepter qu'un diplôme se monnaie (vu les difficultés de plus en plus évidentes pour les réussir) les sommes évoquées interloquent. Cinq cent cinquante, six cents euros par mois en Départemental 2. J'ai raté un épisode dans ma formation du temps où j'étais dans le milieu.
Alors, messieurs, qui aura le courage de m'indiquer le montant de sa rémunération en National, voire en Ligue ? Le sens de la "critique" reçue sur FB rejaillit sur les joueurs. Ça aussi c'est un non dit. Si à une glorieuse époque les joueurs mouillaient le maillot de leur clocher ce temps est révolu. Il n'était alors ni question de salaire ni de primes, mais le temps changeant, les mentalités évoluant, l'intromission d'espèces sonores et trébuchantes a totalement changé la donne. La preuve, les multiples changements de coaches et de joueurs qui à chaque inter saison et mercatos pour les acteurs (et oui deux par an) vont voir ailleurs.
 
Si pour les plus jeunes dont la mentalité n'est plus celle de nos grognards à l'amour du club chevillée au corps on voit aussi maintenant des "anciens" qui migrent de plus en plus souvent. On peut arguer qu'ils suivent leur coach dans son nouveau projet (mon œil) mais n'est-ce pas plutôt l’appât du gain qui les fait chavirer ? J'attire non pas par un éventuel projet (bien qu'on le mette en avant) mais en catimini par le doux bruit des piécettes (bon, ok des billets) qui tintent dans ma poche et que je sors pour bien te les faire voir. Et vous marchez, non vous courrez ! Bien que des clubs aient été attrapés par par des organismes officiels pour "omission" de déclarations fiscales, les pratiques ont toujours cours avec une partie de la rémunération officielle (pour rester dans les clous) et l'autre officieuse. Les salaires des entraîneurs peuvent être (très) conséquents (quel montant ?), élevés, mais nobody n'en parle.

Disparité des appointements mais aussi des primes. De vingt à cent cinquante euros par match gagné, Mazel tov ! Le jackpot n'est pas le même, si tant est que l'on puisse parler de jackpot pour ceux qui n'ont que le minimum syndical. Il y a bien entendu en annexe les primes de nuls et la notion de domicile ou extérieur. Certains clubs (mais très peu malheureusement) prévoient une enveloppe d'objectifs de fin de saison ce qui me semble plus intelligent. Au moins la motivation peut perdurer jusqu'à la toute fin de championnat si un titre ou une place élevée peuvent apporter un bonus. J'ai en mémoire un dirigeant qui un jour m'a parlé de primes versées mais dont le club n'avait pas prévu que l'équipe fanion gagnerait presque tous ses matches. Ce qui avait grandement mis en danger les finances pas assez budgétisées.
Récemment dans une tribune j'ai ouï d'une oreille distraite lors d'une conversation (distraite parce que je n'étais pas assez près pour tout entendre) les sommes demandées pour évoluer en National (je n'ai malheureusement pas entendu quel niveau de National) ben, mon colon ! C'est largement plus de deux fois mon salaire mensuel ! Et il n'y aurait pas d'argent ?
Ne sont-ce là que des allégations dénuées de tout fondement ? Que nenni !!!

Bob Marley

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :