Connectez-vous S'inscrire

Ligue (instances) - Une double ASSEMBLÉE de tous les DANGERS !

Samedi 30 Juin 2018

Peut-être la fin de la saison 1 de "LFO, ton univers impitoyable" ? En tout cas, après des mois de conflit et de nombreux rebondissements, l'heure de vérité approche avec deux assemblées convoquées le même jour à Muret. Le samedi 30 juin, la France va jouer son avenir dans la Coupe du Monde de football face à l'Argentine. Quelques heures avant, voire au même moment, notre Ligue va elle aussi jouer une partie de son avenir, pour les deux ans à venir. (par Gilius Galinierus)


Notre dernier article sur le sujet remonte à plusieurs semaines. Pourquoi ? Parce qu'il devenait lassant de vous relater une situation qui finit par user sérieusement tout le monde. Aussi parce qu'il ne s'est pas passé grand chose depuis mi mai et la tentative de conciliation de la Fédération Française de Football et de la Ligue du Football Amateur. Les membres du comité de direction de notre Ligue se sont certes réunis à deux reprises (par visioconférence !) mais aucune solution n'a pu être trouvée pour suivre les préconisations de nos instances fédérales. Nous vous rappelons notre dernier article sur le sujet, qui reprenait une correspondance de Noël Le Graët du 14 mai 2018, dont voici un passage : "Nous vous demandons instamment d'organiser entre vous un débat permettant de dépasser les questions de personnes, pour vous focaliser sur les sujets de fonds que vous devrez, quel que soit le résultat des urnes, travailler tous ensemble". Force est de constater que cela n'a pas marché, malgré de timides tentatives. Guy Glaria, président du district du Gers et candidat désigné au poste de président de la LFO, a du coup lui-même écrit aux clubs le 13 juin 2018 pour les informer de cette impasse : "Sachez cependant, qu’à la demande du Président de la FFF Noël Le Graêt et du Président de la LFA Marc Debarbat, une rencontre d’apaisement et de conciliation entre les douze Présidents de District était programmée à Carcassonne le 23 mai dernier. Elle n’a pas eu lieu… les Présidents de l’ex-Ligue Languedoc Roussillon l’ayant annulée. Lors de l’Assemblée Générale de Strasbourg, le 2 juin, M. Le Graët nous a encore demandé de nous rencontrer et terminer 'démocratiquement' les deux années de mandature… dans l’intérêt supérieur du Football d’Occitanie… nouveau refus du club des cinq (Mrs Anjolras, Printant, Couailles, Lacour, Malla". La fracture est telle que, lors du dernier comité de direction du 18 juin, les noms d'oiseaux ont fusé entre certains membres, "incompétents" dans un camp et "bandits" dans l'autre. Nous n'en savons pas plus car les procès-verbaux officiels de séance ne sont plus mis en ligne depuis des semaines. Autre illustration, lors d'une réunion d'information sur la future réforme des compétitions jeunes et féminines, organisée à L'Union le 29 mai dernier, les participants ont assisté, médusés, à un accrochage verbal entre Guy Glaria et Jean-Claude Couailles. Le conflit dure depuis trop longtemps et il semble avoir laissé des traces difficiles à effacer... Comment durer ainsi encore deux ans ?

Deux assemblées convoquées, la parole donnée aux clubs pour trancher

Samedi 19 novembre 2016, les assemblées générales des deux anciennes Ligues, réunies le matin à Toulouse pour Midi-Pyrénées et l’après-midi à Montpellier pour le Languedoc-Roussillon, avaient approuvé la fusion à une écrasante majorité... moins de deux ans après, cette belle unité semble mise à mal (crédit: archives footpy)
Samedi 19 novembre 2016, les assemblées générales des deux anciennes Ligues, réunies le matin à Toulouse pour Midi-Pyrénées et l’après-midi à Montpellier pour le Languedoc-Roussillon, avaient approuvé la fusion à une écrasante majorité... moins de deux ans après, cette belle unité semble mise à mal (crédit: archives footpy)
Nous n'en dirons pas plus sur la situation qui n'a pas beaucoup évolué, vous l'avez compris. Après quelques hésitations sur la date à retenir, une assemblée générale a finalement été convoquée pour le 30 juin, même deux assemblées (voir ici) puisque la seconde demande de révocation portée par les quarante représentants des clubs de districts de l'Aude, du Gard-Lozère, de la Haute-Garonne, de l'Hérault et des Pyrénées-Orientales, avec le soutien d'une centaine de clubs de Ligue, a été jugée cette fois recevable. Ainsi, les membres de l'assemblée sont convoqués à une première assemblée le matin, qui débutera à 10h00 (émargement à partir de 8h30), avec un seul point à l'ordre du jour : vote de la révocation du comité directeur de la Ligue de Football d'Occitanie. Pour que cette assemblée puisse se tenir, les deux tiers de ses membres doivent être présents ou représentés (c'est ce que l'on appelle le quorum). L'après-midi, à 14h00 (émargement à partir de 12h30), place à une autre assemblée, plus classique on va dire, qui abordera plusieurs points importants (réforme des compétitions jeunes et féminines, dispositions financières, élection de Guy Glaria au poste de président de la LFO), qui pourra se tenir si un tiers de ses membres sont présents ou représentés.

Une assemblées le matin, l'autre l'après-midi, le procédé peut surprendre

Cette double convocation a en tout cas froissé nos instances fédérales qui viennent de le faire savoir de manière non équivoque par le biais d'un recommandé adressé au président-délégué Michel Charrançon, en voici un extrait : "Nous avons pris connaissance avec étonnement des ordres du jour prévisionnels des deux assemblées générales que vous organisez le 30 juin prochain. Ces ordres du jour ne sont pas conformes à la démarche préconisée par la FFF et par la LFA telle qu'elle avait été formalisée à l'issue de notre réunion du 7 mai dernier. En outre, le fait de scinder en deux assemblées le traitement des questions qui relèvent d'une seule et même problématique (élection et révocation) ouvre la porte à l'organisation de votes n'impliquant pas les mêmes participants. Nous serons particulièrement attentifs à la vérification de l'identité du corps électoral pour l'assemblée du matin et celle de l'après-midi". Vexés (ou trop occupés à suivre l'équipe de France en Russie diront les mauvaises langues), les représentants des plus hautes instances de notre sport vont du coup boycotter ce rendez-vous pourtant si important : "Dans la mesure où vous avez délibérément décidé de vous écarter de la procédure définie par la FFF, nous vous informons qu'aucun représentant de notre instance ne participera à votre assemblée". Plus grave encore, elles nous coupent (temporairement) les vivres : "Nous vous indiquons en outre que l'ensemble des subventions fédérales versées par la FFF à la Ligue d'Occitanie et ses districts sont suspendues à compter de ce jour". La lettre est signée par Noël Le Graët et Marc Debarbat.

Quel va être le niveau de mobilisation des clubs de Ligue ?

Les représentants des clubs de district représentent 60% des voix de l'assemblée : ils joueront un rôle déterminant dans les votes du matin et de l'après-midi (infographie footpy)
Les représentants des clubs de district représentent 60% des voix de l'assemblée : ils joueront un rôle déterminant dans les votes du matin et de l'après-midi (infographie footpy)
On le comprend assez clairement, les plus hautes instances craignent l'organisation d'une politique de la chaise vide pour l'assemblée du matin. Ceci semble fondé car plusieurs clubs de Ligue nous ont confirmé avoir été sollicités pour ne pas participer ou, en tout cas, pour ne pas émarger s'ils souhaitent venir. C'est assez déroutant alors que tout le monde parle de "démocratie" depuis des mois, cocasse aussi quand on sait que tous les dirigeants de club se plaignent souvent d'une faible présence de leurs licenciés lors de leurs propres assemblées de fin de saison. En tout cas, nul doute que cela sera le vrai enjeu de la matinée. Si les clubs ne viennent pas, le quorum minimum des deux tiers ne sera pas atteint, du coup l'assemblée du matin ne pourra pas se tenir et la demande de révocation sera tout simplement enterrée sans débat. A l'inverse, si le quorum est atteint, l'assemblée pourra se tenir et disons-le tout de suite, il y a mathématiquement de fortes chances qu'une majorité se dégage pour voter en faveur de la révocation dans la mesure où elle a déjà été portée par une bonne moitié des représentants des clubs de districts et une centaine de clubs de Ligue. Cela risque de se jouer à peu sur le quorum des deux tiers, d'autant qu'on apprend que le collectif de clubs (porté notamment par le LAP) incite lui aussi à ne pas émarger le matin pour en quelques sortes maintenir le comité directeur en place et forcer tout le monde à travailler ensemble pour les deux ans à venir autour de Guy Glaria (s'il est élu l'après-midi), en demandant une modification rapide des statuts pour que tous les clubs puissent voter directement lors des assemblées (et non par le biais de représentants pour les clubs de district), notamment lors de l'assemblée élective prévue en 2020.

Quel sera l'impact de ces différentes démarches ?

Les clubs s'interrogent aussi sur un point : quid des amendes financières en cas d'absence à une assemblée générale ? L'annexe 5 prévoit en effet une amende de 100 euros. On le voit bien, les clubs sont tiraillés de toutes parts. Ils ont en tout cas une bonne occasion de venir dire tout haut ce qu'ils pensent, nul doute que la journée va être animée... Plusieurs scénarios sont donc possibles, aucun n'est idéal. Si l'assemblée du matin peut se tenir et que la révocation est votée, l'assemblée va désigner ensuite des administrateurs en charge des affaires courantes et une assemblée élective sera convoquée, au plus tard le 31 août. L'assemblée de l'après-midi pourra se tenir avec notamment la réforme des compétitions jeunes et féminines. De tous les scénarios, celui créant le plus d'incertitude serait sans doute l'absence d'assemblée le matin et le rejet de la candidature de Guy Glaria l'après-midi. Car, si cela devait arriver, on ignore si la FFF mettra à exécution ses menaces de tutelle. Dans tous les cas, on espère que les uns et les autres sauront faire preuve d'intelligence pour calmer (un peu) les choses pour les deux ans à venir. Mais, encore une fois, q
uel gâchis quand on sait la compétence qui peut exister dans les deux camps et le temps perdu... Quoi qu'il en soit, de Muret (France) à Kazan (Russie), que d'enjeux ce samedi 30 juin 2018. Allez les Bleus !

Par GG


Les clubs et leurs représentants voteront de manière électronique avec un appareil de ce type, certains auront la main qui tremble au moment de faire leur choix (crédit: archives footpy)
Les clubs et leurs représentants voteront de manière électronique avec un appareil de ce type, certains auront la main qui tremble au moment de faire leur choix (crédit: archives footpy)

Gilius Galinierus

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :