Connectez-vous S'inscrire

N3 - Stéphane PAHU (co-entraîneur Tarbes) : « Jamais on ne m’a fait de chantage ou d’obligation... »

Mercredi 27 Février 2019

Propulsé depuis le mois de décembre, avec l’équipe une en provenance de la réserve avec Roberto Branco, Stéphane Pahu nous donne ses premières impressions sur ce challenge nouveau pour lui en National 3. Le rôle de pompier lui convient-il ? Tarbes pourra-t-il se maintenir ? Quelles sont les difficultés que rencontre le club actuellement et à quoi ressemblera la fin de saison ? Éléments de réponses ci-dessous (par W.H.).


Comment a été décidée cette réorganisation ?
La transition a été décidée par le président et le comité directeur du club de Tarbes. Quand on me l’a présenté, forcément j’ai aimé ce challenge. Je rappelle qu’avec la réserve, même si on était premiers, on ne pouvait pas monter parce que la une occupait déjà le niveau supérieur. Le défi est relevé, mais c’est ce qui me plait. Souvent on choisit des situations faciles, mais il faut savoir aussi prendre des choix difficiles et essayer d’améliorer des choses dans le football.

Vous considérez-vous comme un entraîneur-sauveteur ?
Je pourrai répondre dans cinq mois pour savoir si je suis de cette trempe. Avec l’équipe 2 nous avions fait un excellent début de saison, presque surprenant, grâce à des jeunes très à l’écoute et très rigoureux. Maintenant on a trois mois pour se sauver et trente points à prendre, et on verra bien.

Vous sentez la différence en grimpant d’un niveau seulement ?
Oui la National 3 c’est quand même autre chose. Ce qui me frappe c’est surtout l’expérience des joueurs d’en face. Nous avons un groupe talentueux mais très jeune et le vécu des habitués du niveau national fait beaucoup de différences. Nous ne l’avons pas encore. Quand on pense que certaines équipes ont dans leurs rangs d’anciens pros, on voit qu’il y a une marge encore.


"Nous ne sommes pas totalement libres de faire ce qu’on imagine avec Roberto Branco..."

Avez-vous fait appel à des joueurs que vous avez eu sous votre aile en équipe deux ? 
Nous avons voulu faire monter quelques joueurs de la réserve oui, mais le problème c’est qu’en ce moment, tant en équipe première qu’en réserve, il y a beaucoup de blessés. L’effectif est donc très restreint et nous ne sommes pas totalement libres de faire ce qu’on imagine avec Roberto Branco. On espère tous les récupérer pour le sprint final qui débutera en avril. 

Par quoi passe le maintien ? 
Il faut faire des résultats à domicile, contre des concurrents directs au maintien et aussi jouer chaque match comme si c’était le dernier. Le combat sera rude contre Agde par exemple qui est notre prochain rendez-vous. C’est une équipe qui est à notre portée et c’est contre ce genre d’équipe qu’il faut prendre les points surtout si on reçoit. 

Vous lutterez contre des connaissances telles que Balma et le Toulouse Rodéo… 
Je préférerais que les clubs de l’ancien Midi-Pyréenées se maintiennent bien sûr, mais sur les trois il y en a sans doute un ou deux qui chuteront. Ce n’est pas mon souhait mais le fait de les connaître un peu mieux ne nous donne pas d’avantage puisqu’ils nous connaissent très bien aussi. Il nous reste le match de Balma et on ne se focalise pas spécialement sur eux, on pense déjà à tous ceux qu’on a avant. 


"Les moyens financiers dictent beaucoup de choses..."

Le club vous a-t-il fixé un ultimatum ? 
L’objectif est de se sauver bien sûr. Mais jamais on ne m’a fait de chantage ou d’obligation. On m’a demandé de faire de mon mieux pour obtenir ce maintien, avec les moyens que l’on a. Je ne révolutionne pas notre façon de travailler. J’apporte simplement mon petit vécu. J’étais sur une bonne dynamique avec la réserve alors j’essayais de profiter de celle-ci. Tout le groupe est en train de se construire une expérience. 

Avez-vous les moyens de le faire ? 
Beaucoup de clubs sont dans la même situation : les moyens financiers dictent beaucoup de choses. Nous avons une grosse identité tarbaise. Je dirais que quatre-vingts pour cent de nos joueurs sont des environs et parmi les deux « externes » avec de gros guillemets, deux sont Palois donc ils ne viennent pas loin du cru. C’est à la fois par contrainte oui, mais c’est une fierté avant tout et ce le sera encore plus quand nous aurons grandi à l’avenir avec de telles performances à ce niveau. Après cette saison, quoi qu’il arrive, nous en sortirons plus forts. 

Par WH

Stéphane Pahu ne vise qu'une chose le maintien avec le groupe de N3 (crédit photo TPF)
Stéphane Pahu ne vise qu'une chose le maintien avec le groupe de N3 (crédit photo TPF)

W.H.

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :