Connectez-vous S'inscrire

National 3 / Castanet - Brahim HOUBAINE : « Tout ce que j’ai surmonté m’a fait grandir »

Jeudi 24 Septembre 2020

Les blessures font souvent partie de la vie des footballeurs. Brahim Houbaine en sait quelque chose. Après des années de galère, le joueur de Castanet a bien voulu se livrer sur sa reconstruction.


Peux-tu nous raconter en détails les différentes blessures que tu as eues ces dernières années ?
Tout a commencé à l'âge de 16 ans. J'ai eu une complication avec ma croissance suite à deux opérations au genou liées à des décalages au bassin. Ce qui a engendré par la suite plusieurs autres blessures, dont une assez grave quand je jouais pour Golfech en R1 et à Blagnac en N3 qui aurait pu me coûter mon plaisir de jouer au football, à savoir une satanée hernie discale sur mes deux derniers disques de la colonne vertébrale. Après l'opération, on m'avait annoncé que les risques de rejouer au football seraient moindres. Après cette longue rééducation avec beaucoup de difficultés, un an d'absence et enfin un retour sur les terrains avec Portet en R1, voilà qu'une autre opération s'invite sur la liste après avoir signé avec Castanet pour la saison 2019-2020, à savoir celle de ma cheville droite en début de saison. Du coup, j'ai eu encore quasiment un an sans jouer pour une reprise assez difficile, sur le plan du rythme surtout, avec la R1 de Castanet pour cet exercice 2020-2021. 
 
Aujourd’hui, comment tu te sens physiquement et moralement ? 
Aujourd'hui, je me sens plus fort encore. On va dire que ce sont juste des mots. Mais au contraire je sens vraiment que tout ce que j'ai surmonté m'a fait grandir. Cela m'a même apporté dans la vie quotidienne des choses que je n'aurai jamais pu avoir. Le football, c'est tout pour moi. C'est plus qu'un sport ou du plaisir. C'est ce qui m'a permis d'être toujours droit dans la vie et cela depuis mon plus jeune âge. On m'a toujours dit que les mauvaises choses nous permettent d'apprendre, qu'il faut toujours trouver du bien dans le mal, que le mal rend plus fort. C'est ce que je me suis forcé de faire. Et aujourd'hui, c'est tellement normal pour moi d'être toujours positif sur tout ce qu'il peut m'arriver dorénavant. Sans tous ces moments difficiles et sans tous mes proches qui m'ont toujours soutenu dans n'importe quelle épreuve, je ne serai jamais devenu celui que je suis aujourd'hui avec une telle rage de réussir et croire encore en une carrière de footballeur. Certains me disent que cela ne sert plus à rien et que je commence à me faire vieux. Mais, au contraire, pour moi, avoir surmonté ces étapes ce n'est pas rien. C'est déjà une réussite. Et qui n'a pas le droit de rêver ? Il y a tellement pire dans le monde avec des personnes qui n'ont même pas le quart de ce que nous avons, la chance de pouvoir vivre correctement, ne serait-ce que de pouvoir pratiquer une activité sportive. Quoi qu'il puisse nous arriver, il faut continuer à prendre du plaisir dans ce que l'on aime et pouvoir espérer, rêver dans ce qui nous apporte le plus d'envie. Pour moi, c'est le football. 
 

Brahim sous le maillot de l'US Albi. (crédit: B.H.)
Brahim sous le maillot de l'US Albi. (crédit: B.H.)

"Castanet est un club ambitieux mais qui n'oublie pas la vie en collectivité"

Après ces blessures, as-tu changé ton approche du jeu et ton style de jeu ? 
Comme je l'ai dit précédemment, mon style de jeu basique est resté le même avec de la percussion et des duels. Par contre, avec ces trois ou quatre dernières années où j'ai dû revenir de blessures, cela m'a fait beaucoup travailler sur mon corps. Je le connais de mieux en mieux. Je travaille le renforcement musculaire, ce qui est devenu une habitude aujourd'hui. Les joueurs avec qui j'ai joué ou avec qui je joue actuellement pourront le confirmer (rires), que ce soit avant ou après les entraînements. Merci coach Sala pour ces précieux conseils. Sur le terrain par contre, j'ai constaté une progression sur mes déplacements. Mais aussi sur l'intelligence de jeu car lors de mes retours de blessures je revenais sans aucun rythme et c'était difficile de courir (rires). Avec au passage une prise de poids. Donc je misais sur le jeu en une-deux touches et sur les déplacements entre les lignes. Maintenant que tout va mieux, je lève un peu plus la tête. Mais j'aime toujours autant manger le ballon. 
 
Pourquoi avoir choisi de rejoindre le club de Castanet ? 
J'entame ma deuxième année cette saison avec Castanet. Pour moi, c'est un club très familial et qui a toujours tenu parole à mon égard. J'ai eu quelques petites difficultés l'année dernière à cause de cette ultime blessure. Mais le club ne m'a pas lâché. Tout le monde a été là quand j'en avais besoin. Personne ne m'a laissé tomber comme cela peut parfois arriver dans des clubs. J'en parle en connaissance de cause malheureusement. Castanet est un club ambitieux mais qui n'oublie pas la vie en collectivité. Donc il mérite d'être en N3 et d'avoir une équipe II en R1. C'est rare d'avoir un club sur lequel on peut compter. Voilà pourquoi je suis resté cette saison, même si je ne suis pas dans l'effectif de la N3.

"Numéro 10 dans ma team" pour Brahim. (crédit: B.H.)
"Numéro 10 dans ma team" pour Brahim. (crédit: B.H.)

"Je souhaite d'abord faire une année complète sans pépin physique"

Quelles sont tes ambitions pour cette saison sur le plan collectif et individuel ? 
Sur le plan personnel, je suis avec la R1 qui est pour moi l'idéal afin de reprendre le sport que j'aime de la meilleure façon et de me remettre au top niveau en espérant ne plus avoir de blessures. J'aimerai ensuite pouvoir regagner ma place en N3. Mais ce n'est pas le plus important. Je souhaite d'abord faire une année complète sans pépin physique. Sur le plan collectif, je veux prendre du plaisir avec mes coéquipiers. On est une équipe de R1 très jeune avec beaucoup de joueurs qui font leurs débuts à ce niveau. Donc je souhaite apporter mon expérience à ce niveau, que je détiens depuis mes 16 ans. J'ai de bons délires avec ce groupe et nous avons un staff de feu. 
 
Que dirais-tu pour conclure ? 
Pour conclure, une grosse dédicace et des remerciements à mon père. Toutes les personnes qui le connaissent peuvent en attester. Il est toujours là, mais vraiment toujours là pour moi, à me suivre partout où je vais. Il assiste à tous mes entraînements et à tous mes matchs depuis l'âge de 5 ans. Je lui dois presque tout ce que j'ai pu réussir ou accomplir dans ma vie personnelle et dans ma vie professionnelle. C'est le meilleur papa-coach que l'on peut avoir. Mais s'il se la raconte avec son statut d'ancien footballeur professionnel (rire). Je n'oublie pas ma mère même si le football n'est pas trop son truc. Elle a toujours été là, même à l'hôpital pour venir dormir avec moi. A 20 ans, il faut le faire (rires). Je remercie aussi ma femme que je n'aurais peut-être jamais rencontrée si je n'avais pas eu toutes ces blessures. Voilà pourquoi il faut toujours prendre le bon dans le mauvais. Nous nous sommes mariés jeune pour grandir et évoluer ensemble. C'est ma moitié. Et depuis six ans, elle est toujours là pour me réconforter et pour que je puisse garder espoir. Une grosse dédicace à toi ma princesse. Enfin, une dédicace pour tous mes potes, la famille, mes petites sœurs d'amour et toutes ces personnes qui croient en leurs rêves. Ne jamais rien lâcher et toujours rêver, c'est la clé de la réussite, avec le travail bien sûr. Une pensée aussi pour les cousins Houbaine, Souri et Hakim qui évoluent aussi en R1 à Saint-Orens. 

 

BRAHIM HOUBAINE 
Né le 28/10/1996 à Montauban 
1m65 - 67 kg 
Poste : milieu offensif et côté, attaquant pointe 
Parcours : Toulouse Bagatelle, TFC, Toulouse Fontaines, US Albi, Golfech, Blagnac, Portet-sur-Garonne, Castanet 
Profession : Animateur en CLAE 
 
 

Brahim effectue sa deuxième saison à Castanet. (crédit: B.H.)
Brahim effectue sa deuxième saison à Castanet. (crédit: B.H.)

La Rédaction

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :