Connectez-vous S'inscrire

National Entreprise - Un LIROLA puissance quatre offre le leadership au TOAC

Dimanche 7 Février 2016

Après quatre vingt-dix minutes de spectacle et de rebondissements, c’est le TOAC qui est venu à bout de La Penne Bocage grâce à un quadruplé de Baptiste Lirola. Une performance qui permet à son équipe d’être seule sur la première marche du podium, dans les meilleures conditions pour la suite (par W.H.).


C’était seulement la deuxième journée de cette phase de poule dans le championnat de France Entreprise, mais c’était déjà un choc décisif entre les deux leaders de la poule D. Les marseillais de Bocage sont venus à bout du champion en titre lors de leur premier match, alors Bertrand Darmaillacq et ses coéquipiers étaient prévenus du danger qui les attendait. Et c’est tout le paradoxe de ce match. Effectivement, le FC Bocage a posé de gros problèmes à l’équipe de Philippe Herry en dominant pendant soixante-dix pour cent du temps. Cependant, leurs vingt premières minutes sont très brouillonnes et cela profite aux Toulousains qui ouvrent la marque très rapidement par Baptiste Lirola d’un plat du pied gauche bien senti dans le petit filet opposé. 1-0 au bout de cinq minutes sur la première occasion il n’y a pas mieux pour débuter un match. Sauf si on en marque un deuxième un quart d’heure plus tard avec toujours cent pour cent d’efficacité. Martial Tchatat centre trop sur Roger Verchère, mais le portier phocéen rate sa sortie et ne peut que frôler le cuir qui file vers Lirola. Tout heureux, le numéro neuf a le champ libre pour le 2-0. Malgré tout, La Penne ne baisse pas les bras et continue ses tentatives d’incursion dans la surface toulousaine. Cela finit par payer et c’est Sébastien Bourrelly qui arrive à forcer le verrou pour réduire l’écart (2-1, 25e). Et malgré le retourné de Manuel Gontier cadré mais peu puissant sur un corner, les visiteurs sont toujours menés quand ils rentrent au vestiaire à la pause. Il n’y a pas de doute, la réussite est du côté du TOAC ce samedi, et ce n’est pas fini.

Un penalty qui fait débat

Après une petite alerte avec le centre de Bauza qui passe devant tout le monde sans être coupé, le FC Bocage égalise par Manuel Gontier (2-2, 63e). Au bord du terrain, on se dit que c’est mérité tant la volonté des marseillais est visible depuis le début de la rencontre. Et pourtant, dans la minute qui suit, la tête parfaite de Tchatat trouve Lirola qui reprend victorieusement du gauche (3-2). À ce moment-là, les "oranges" auraient pu sombrer, être démoralisés par tant d’insolente réussite en face, mais Bourrelly n’abdique pas lui et il faut l’intervention de Laabid et Calatrava pour l’empêcher de marquer. C’est donc Gontier qui va se charger d’inscrire un doublé pour égaliser une nouvelle fois, d’une tête puissante à la réception d’un centre de Mahraoui (3-3). Pour la quatrième fois, ce renversement semble être le dernier. C’est vrai quoi : les visiteurs vont sans doute se contenter de ce résultat nul après tant de péripéties et en face, le TOAC a eu trop peu d’occasions pour espérer marquer à nouveau. Déjà que trois buts étaient inespérés… Mais l’excellent Tchatat est une dernière fois décisif. Après une belle percée pour entrer dans la surface, il est déséquilibré par Rigaudon et obtient un penalty. Le Bocage peste et se plaint de la décision de Monsieur Jourda qui n’en démord pas. C’est la quatre vingt-sixiè me minute et Lirola a encore le sang-froid nécessaire pour prendre Verchère à contre-pied. 4-3, score final qui aurait pu s’aggraver si Tchatat avait remporté son ultime duel face au gardien adverse. Cela aurait soulagé son banc qui dans les derniers instants était tendu à l’extrême et craignait un dernier retour des Phocéens. Mais le TOAC est finalement parvenu à arracher la première place de la poule D avec des signes très positifs pour la suite.

W.H.

LES RÉACTIONS
Philippe HERRY (entraîneur du TOAC) : « On a eu du cœur »
« Ils ont pris le jeu à leur compte, mais ça ne nous a pas gênés. Le problème c’est qu’on mène 2-0 et comme souvent on ferme, on refuse un peu le jeu et c’est ce qu’il faut que l'on travaille. Autrement, il y a eu beaucoup de cœur à cause des nombreux rebondissements et c’est ce qu’il faut retenir. Il fallait gagner ici parce qu’on sait que chez eux ce sera très compliqué. C’est pour ça que j’ai pris le risque de rajouter un attaquant en cours de partie alors qu’on n’avait pas le ballon. À la fin avec le péno qu’on obtient en poussant on est récompensés. C’est le football et des fois c’est à nous que ça sourit. »

Baptiste LIROLA (joueur du TOAC) : « Il fallait rester lucide »
« On s’est mis très vite à l’abri, enfin c’est ce qu’on croyait parce que ce n’est jamais évident en championnat de France. Par la suite, on s’est désorganisé et c’était difficile à cause du vent. On a beaucoup souffert tout du long mais on a su faire le dos rond. Le penalty est un coup du sort et il fallait rester lucide. Ça fait du bien à tout le monde de gagner les deux premiers matches à la maison, c’était impératif. Maintenant il va falloir se déplacer trois fois et essayer de gagner un maximum de points. Personnellement, ce quadruplé me fait très plaisir mais c’est pour le groupe tout ça et c’est grâce au travail de ce groupe que j’ai pu réaliser ce match. »

Fathi GHOMARI (entraîneur du FC Bocage ) : « Les joueurs étaient assommés »
« Aujourd’hui on n’a pas joué avec les mêmes armes. Le TOAC était pas mal mais l’arbitre était avec eux. Peut-être que les vingt mauvaises premières minutes nous ont plombés mais on avait la sensation de ne rien pouvoir faire car même en revenant à 2-2 il y avait à chaque fois un coup de sifflet en leur faveur ! On revient difficilement à 3-3 puis on nous siffle une faute imaginaire dans la surface. C’est très compliqué de se battre contre ça. Du coup sur le terrain, les joueurs ont été assommés. Les joueurs savaient qu’ils pouvaient faire quelque chose et on a compris que le TOAC nous avait laissés la possession du ballon et il faut noter le très bon état d’esprit de tout le monde ce soir. Le paramètre de l’arbitre a été très important et c’est ce qui fait qu’on n’est pas arrivés à renverser la vapeur. »

Franck RIGAUDON (joueur du FC Bocage ) : « Il faut se méfier du Petit Poucet »
« C’est vraiment rageant parce qu’à trois minutes de la fin, leur attaquant arrive à mettre son quatrième but sur sa quatrième occasion. Tant pis pour nous. Pourtant je pense qu’on les a bien gérés mais ils ont su être extrêmement réalistes. Le penalty est généreux selon moi mais ces faits de jeu vont nous donner envie de faire une grosse bataille au retour. Mais aujourd’hui déjà, nous leur avons montré qu’il fallait se méfier du Petit Poucet et qu’on était bon au ballon. On va terminer dans les deux premiers de cette poule, c’est sûr et certain ! »
 

LA FEUILLE DE MATCH
Foot National Entreprise, 2ème journée
Samedi 6 février 2016 à 14 heures 30
Toulouse, complexe C.E. Airbus, pelouse synthétique
TOAC / FC BOCAGE FONDACLE LES OLIVES 4-3
Arbitres : M. Cyril Jourda, assisté de MM. Emmanuel Julien et Mustapha Serghini
Avertissements : Naithadi (12e), Gontier (44e), Mzioi (71e) et Mahraoui (76e) à Bocage
Buts : Lirola (5e, 20e, 64e, 86e) pour le TOAC - Bourrelly (25e), Gontier (44e et 63e) pour Bocage

TOAC : Hazera – Darmaillacq (Naudin, 69e), M’Tir, Calatrava, Laabid, Igherseim, Bauza (Delaconcha, 69e), Doré, Lirola (cap.), Tchatat, Benakli (Mare, 83e) ; Remplaçant : Glayrouse ; Entraîneur : Philippe Herry
LA PENNE BOCAGE : Verchère – Rigaudon, Madjbeur, Ghomari S. (cap ;.) (Attoumani, 58e), Legall, Aloe, Gontier, Naithadi, Bourrelly, Mahraoui, Boucif ; Remplaçants : Katasse, Campanella, Mzioi, Pastor ; Entraîneurs : Fethi et Ahmed Ghomari


Lirola au sommet de son art, véritable locomotive du TOAC
Lirola au sommet de son art, véritable locomotive du TOAC

Walid Hamadi

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :