Connectez-vous S'inscrire

PL (match en retard) - BRESSOLS et le GIROU II se neutralisent dans un match sans saveur !

Mardi 1 Novembre 2016

Un match ensoleillé le premier novembre à quinze heures entre deux équipes du haut de tableau qui en cas de victoire reviendraient tout près de la tête, rien de tel pour s'occuper. Une petite ballade s'imposait donc dans le Nord où nos roues ne nous mènent pas souvent bien que nous ayons la certitude d'être bien accueillis. Le club du Président Christian Lafitte sait en effet recevoir. (par Bob Marley)


PL (match en retard) - BRESSOLS et le GIROU II se neutralisent dans un match sans saveur !
Trois paramètres dont je dois vous parler en préambule pour expliquer (vraisemblablement) la piètre qualité d'une rencontre qualifiée à plusieurs reprises par quelques spectateurs, de purge. 
- soixante-sept heures seulement d'écart entre ce match et celui joué samedi soir.
- une herbe très haute qui comme le maquillage très épais d'une Geisha cachant des boutons d'acné ou les cratères de varicelle cachait elle des trous invisibles mais bien présents.
- l'écart de température entre samedi soir (moins de dix degrés) et cet après-midi (plus de vingt-deux degrés). Des éclaircissements donnés en signe d'excuses sur lesquels je ne reviendrai pas. Le très nombreux public (environ cent cinquante personnes, un bébé et un chien) ne s'attendaient pas à un premier acte aussi insipide, morne, triste, pauvre techniquement et farci de mauvaises passes. Celle là je ne l'avais jamais faite, je vais résumer quarante-cinq minutes par une seule action, un geste fou de Altiéri qui d'une trentaine de mètres a frappé fort pour trouver la transversale. Et c'est tout !

Une deuxième période heureusement meilleure 

Plus intéressante c'est évident c'est le moins que l'on ait pu en attendre. Les locaux deviennent plus dominateurs et étouffent les gars du Girou qui comme leurs aînés sont solides. Un brin chanceux aussi comme sur cette volée de Altieri sauvée sur sa ligne par une tête rageuse de Martinez bien replié. Ou plus tard quand Bauche seul tergiverse et ne claque pas grâce à un sauvetage conjoint de Spinosa et Fernandes. Mais une erreur d'appréciation de Despaux a failli coûter cher en offrant le ballon à Milesi qui a lui même servi Ricard dont la frappe mal cadrée a frôle le poteau gauche. Quelques coups de pied arrêtés mal joués ont fait passer quelques frissons. À quoi cela sert-il de faire monter la moitié d'une équipe quand le tireur a pertinemment décidé de frapper directement et en plus bien trop haut ? Bressols en a eu quelques uns (72e, 78e, 83e) pour rien. Dommage ! Les visiteurs apparemment en meilleure forme ont fini fort et auraient pu commettre un hold up mais Bordin pas très inspiré puis Desclaux devant Fauré en ont décidé autrement. Bezard au bout du temps additionnel a eu la tête de la victoire mais cette fois c'est Spinosa qui ne l'a pas voulu.
Finalement il n'a manqué que du réalisme pour sauver un match catastrophique pendant le premier acte, bien plus prenant après. Ça, et un peu de calme ! L'aboyeur de service était là qui nous a cassés les oreilles pendant quasiment toute la rencontre, demandant à l'adversaire de reculer pour faire une touche mais ne s'apercevant de rien quand c'était l'un des siens qui gagnait des mètres.  Celui qui gueulait à tort et à travers provoquant même verbalement des supporteurs adverses certes bruyants comme à l'accoutumée, mais pas agressifs. À tel point que le spectateur à ma gauche, ancien président de l'ASCE lui a demandé de ne pas chercher noise. Ce monsieur croit-il rendre service à l'équipe qu'il vient voir ? À mon avis, non.

Avant de clore ce bel après-midi champêtre, je parle du temps bien sûr, du cadre sympatique, de la gentillesse des dirigeants,  peut-être moins du niveau, un mea culpa. Il y avait du monde je l'ai dit plus haut, de Fenouillet, de Beauezlle, et des clubs du Tarn-et-Garonne (du MAF par exemple) pardon de ne pas citer ceux que je ne connais pas. Il y a avait aussi M Badr Ben Amar arbitre samedi en DH de Girou/Golfech. Quelques minutes de discussion pour me faire admettre que ma déclaration sur l'expulsion de Rasolofoarinivo était déplacée car je n'étais pas près de l'action pour entendre les propos tenus par le capitaine du Girou. Don't act Mister Referee ! Vous avez entièrement raison, d'autant plus que connaissant le caractère sanguin de Patou on peut effectivement penser que ses paroles étaient déplacées. Donc la prochaine fois j'irai me renseigner avant d'écrire n'importe quoi. D'autant plus encore une fois que l'on pourrait croire que mes affinités avec le Girou pourraient obscurcir mon jugement et atténuer mon impartialité (ce que ne m'ont jamais reproché aucun des coaches de DH) mais vous avez peut-être raison. Maintenant, j'ai des affinités avec Saint-Alban, Castelginest, Beauzelle, Fenouillet, Saint-Simon, Lespinasse, Fonsorbes, Fonbeauzard, Castelnau, Gagnac, Blagnac, et d'autres que j'oublie certainement rien que dans la Haute-Garonne, Pradines, Onet, Golfech, Revel .... il va falloir que je fasse drôlement gaffe pour rester totalement objectif ! Les positions dans cette poule ne changent pas vraiment et on peut penser que c'est l'équipe visiteuse qui a fait la meilleure affaire.

Par BM

LES RÉACTIONS
Stéphane GURTLER (entraîneur de Bressols) : "on sait que contre cette équipe là ça se joue à rien parce qu'elle est très compétitive avec des valeurs qui sont celles du Girou, comme nous on a nos valeurs même si des fois ça déraye et ça ne va pas du bon côté. On savait que ce serait difficile, ils sont costauds derrière, na lâchent jamais. Il fallait marquer en premier ce qui aurait libéré tout le monde. On a eu nos moments forts, ils ont eu les leurs en seconde où on a pêché un peu physiquement. Il faisait un peu chaud cet après-midi, ça a surpris un peu tout le monde. C'est dommage parce que c'est un match qui aurait être encore plus plaisant avec un bon terrain. Il était bosselé. Ça aurait permis aux deux équipes de prendre plus de plaisir, et à tous ceux qui étaient venus parce qu'il y a avait du monde aussi. On n'est pas surpris de ce qu'on a rencontré, et on n'est pas déçus de ce qu'on a fait." À mon affirmation question :" le nul est finalement logique" il a répondu :"  Il faut discuter avec ceux qui sont moins impliqués que les joueurs ou nous qui avons un peu la cafetière qui bout un peu. On se connaît bien avec Thierry, ça se passe toujours bien. Il me semble que c'est logique. J'aurais bien aimé que ce soit un à un pour tout le monde. En seconde période il  y a eu plus de rythme, plus d'espaces. C'est ce qui permis d'avoir ces deux phases, eux qui ont eu cinq minutes où ils ont beaucoup poussé et qu'on  a été en danger. Je suis content parce que pour le groupe ce sont des matches repaires on prend du positif et c'est bien."   

Laurent STEING  (capitaine de Bressols) : "c'était laborieux. Je pense que le match de samedi a pesé dans les jambes. C'est quand même une équipe vaillante qui allait essayer de nous mettre la pression. On a bien répondu en première en faisant un match sérieux qui aurait pu jouer en notre faveur. Puis on est chanceux. Sur le dernier quart d'heure ils ont deux occases qu'ils ne mettent pas au fond. Sur l'ensemble le nul n'est ni mérité ni volé. C'était compliqué de jouer un mardi à quinze heures (rire) les corps ne sont pas habitués. Contre une équipe qui va jouer le haut de tableau c'est correct."

Thierry BÉGUÉ (entraîneur du Girou II) : "entame très difficile, on s'est fait rentrer dedans, impossible de poser un ballon, de jouer. On a changé un peu notre philosophie, en envoyant des ballons parce qu'on subissait. Même en changeant de système on a eu du mal. À la mi-temps on a recadré, quelques changements ont fait du bien. On s'est créé des occasions, le but c'était d'être patient et voir. On sait que c'est une belle équipe qui a un coach un peu espion qui est venu nous voir (rire), c'est un super gars. On n''a pas été surpris de l'opposition. C'est un bon point mais avec des regrets, quand tu les as aussi franches sur la fin, bon, on peut les prendre aussi. En travaillant on peut les mettre au fond." 

Quentin ISERTE  (capitaine du Girou II) : "on se retrouve sur un terrain où on savait que ça allait être compliqué. Ça avait déjà été chaud l'année dernière. On se trouve à jouer avec trente degrés alors que samedi il en faisait dix. Le terrain malgré l'herbe est compliqué, vachement de faux rebonds. Ça s'est joué dans l'envie. Dans l'ensemble le nul n'est pas trop mal payé même si à la fin on a deux/trois occasions qu'on vendange, et qu'avec un peu plus de lucidité on aurait pu en mettre. Je suis content des gars car on ne s'est pas échappés, on a bien joué. Un match à l'extérieur un mardi après-midi on revient avec deux points, c'est déjà ça."

LA FEUILLE DE MATCH
PL, poule D, match en retard
Mardi 1er novembre, 15h
Bressols, stade municipal
BRESSOLS / GIROU II 0-0
Arbitre : M Guillaume Nargil, assisté de MM Jose Sarabia et Julien Plantade. 
Avertissements : Bezard (45e), Venturi (61e) à Bressols - Bonafé (21e), Iserte (26e), Medrja (33e), Ricard (49e), Farré (88e), Nsoutoume Obounou (89e) au Girou

BRESSOLS : Despaux, Altieri, Venturi, Ajiach, Steing (cap.), Bauche, Frischmann, Pelofy, Arnoult, Bezard, Ahrouch, Quiniou, Ouloumi, Nègre. Entraineur : Stéphane Gurtler. 
GIROU II : Spinosa, Toumi- Ricard, Iserte (cap.), Thi. Fernandes, S. Farré, Merdja, R. Goreau, Bordin, J. Martinez, Bonafé, Ndoutoume Obounou, Fauré, Milesi. Entraineur : Thierry Bégué.

Bressols en jouant à domicile n'a pas fait une bonne opération
Bressols en jouant à domicile n'a pas fait une bonne opération

Le trio arbitral a livré une prestation accomplie
Le trio arbitral a livré une prestation accomplie

Le Girou est reparti avec ce qu'il était venu chercher
Le Girou est reparti avec ce qu'il était venu chercher

Bob Marley

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :