Connectez-vous S'inscrire

R1 - MURET sur une voie royale ! AUSSONNE, FLEURANCE prennent la main, REVEL a grillé son dernier joker !

Mercredi 11 Avril 2018

On attaque la dernière ligne droite puisqu'il ne reste officiellement que cinq journées sauf pour Auch, Luc, Pradines, Golfech, Aussonne et Revel (un match de retard) et Albi (deux). La confirmation de ces derniers mois est venue de l'Aveyron où Muret a éteint les velléités de Luc tout en frappant le coup de masse qui laissera des séquelles sur la tête des concurrents ou du moins sur celle des Ruthénois qui sont les seuls capables de faire trembloter les Muretains. Allez encore une couche sur la solidité défensive des leaders avec toujours pas de but encaissé. Du réalisme et une voie plus que royale....


À distance la réserve ruthénoise qui est allée gagner à Onet reste à huit points sans grand espoir de revenir. Mais le gain de la deuxième place qui est un objectif réalisable passe par un sans faute même si après mise à jour du calendrier il restera à minima trois unités d'avance.Ce n'est pas tellement en haut que la bataille fait rage mais en bas. Pradines et Golfech dos à dos n'a rien de surprenant entre deux groupes assez proches qui prennent un point important. Lourdes a repris sa marche en avant au détriment d'Albi en roue libre. Toulouse Métropole et Auch qui ne se départagent pas non plus ce n'est pas improbable ni surprenant. C'est dans les confrontations directes que les choses ont évolué. Fleurance a battu Revel tandis que Aussonne s'est défait du Girou. Belle opération pour les deux qui laissent leurs adversaires aux deux dernières places. 

PRADINES / GOLFECH 2-2 (MT 2-0)
Trois jours après avoir rapporté un point de son déplacement à Aussonne, le PSVD'Olt a de nouveau fait match nul. Opposés à l'équipe de Golfech Saint Paul, les Lotois, qui menaient 2 à 0 après trente-cinq minutes de jeu, ont été rejoints en fin de match sur deux buts de Tacaille inscrits dans les vingt dernières minutes. Après un début de rencontre équilibré où le jeu va d'un but à l'autre, ce sont les Lotois qui ouvrent le score  sur une frappe croisée des dix-huit mètres de Julien Brunet bien servi par Alexandre Péries. Cinq minutes plus tard Defieux, bien lancé par Brunet adresse une frappe de seize mètres qui passe à côté puis peu après le demi heure de jeu le PSVD'Olt double la mise sur un tir lobé de Ramos à l'entrée de la surface. Les visiteurs réagissent et se procurent deux occasions en cinq minutes : sur un ballon en profondeur repris aux dix-huit mètres par Arion qui voit sa frappe passer au ras du poteau puis sur reprise de Bardet qui frôle le montant. Dès le début de la deuxième période le portier lotois Mas s'interpose sur une frappe dans la surface de Tacaille. Puis deux minutes plus tard Bardet voit son tir des vingt mètres terminer sur le poteau. Peu après l'heure de jeu, le portier visiteur doit stopper une reprise des dix-huit mètres de Brunet mais Golfech Saint Paul repart de l'avant. À vingt minutes de la fin sur un ballon en profondeur, Tacaille trompe le portier lotois et réduit l'écart. Dès lor, les visiteurs accentuent leur pressing. Mas réussit un bel arrêt sur un coup franc d'Arion des dix-huit mètres (77e) puis à la quatre vingt-unième Guillaume voit son tir frôler le poteau. À six minutes de la fin, un bon centre de Bourdarie est repris par Brunet au second poteau mais le ballon passe au dessus et sur l'action suivante, Tacaille, sur une reprise aux six mètres, remet les deux équipes à égalité. Dans le temps addittionnel Mas s'interpose sur une reprise aux six mètres de Tacaille. On en restera là et le PSVD'Olt et Golfech Saint Paul se séparent sur ce score de 2 à 2. Jean-François Barros, coach du PSVD'Olt : "C'est dommage. On a manqué de rigueur défensivement, on a fait des erreurs. On prend quand même un point."

FLEURANCE / REVEL 3-1 (MT 2-1)
Après la victoire face à Rodez, il était important pour les troupes d'Arnaud Juillet d'enchaîner un deuxième succès à domicile face à un concurrent direct au maintien : c'est fait ! Le coach Fleurantin satisfait après cette victoire confiait : "Après un match hivernal, on est passé sur un match printanier avec un terrain sec et du vent. On n'a pas vu un grand match certes mais on a vu une équipe de Fleurance déterminée malgré la tournure des événements car encore une fois on a été menés. Ce match s'est joué sur un faux rythme mais on a vu des joueurs de Fleurance solidaires, qui s'encouragent et qui veulent aller chercher la victoire. Ce sont des signes qui me plaisent et qui montrent qu'on va tous dans le même sens. On y arrivera ou on n'y arrivera pas mais on sent que les choses viennent avec deux victoires en deux week-ends alors qu'on avait jusqu'ici fait deux victoires en vingt matches. C'est bien mais après le danger sur la débauche d'énergie c'est que tôt ou tard on cale. Alors il faut mettre plus de sérénité sur notre jeu et évoluer sur différents registres." Le match aura été marqué par l'histoire des penaltys, quatre au total ce qui est peu banal. Lalanne double buteur sur les deux penaltys fleurantin aura donc fait preuve d'une grande sérénité. Kévin De Carvalhes aura une fois encore imposé sa puissance dans les duels au cœur de la défense alors que Julien Humbel, sur son côté droit, aura donné le tournis à son vis-à-vis. Comme le notait coach Juillet le match n'aura pas été d'un niveau élevé mais il est vrai qu'il a fallu maîtriser le vent, exercice pas toujours facile. Quelques enchaînements auront tout de même rassuré le groupe Gersois qui est à féliciter en bloc pour son investissement. Soulagé aussi le président fleurantin Louis Saint Ygnan commentait : "Satisfait de cette victoire qui permet de voir s'éloigner un peu la relégation. Les joueurs ont été inhibés par l'enjeu ce qui fait qu'on n'a pas réitéré la prestation de la semaine dernière du moins en première période. Notre victoire est tout de même logique comme le reconnaissait très sportivement le coach de Revel. L'espoir du maintien demeure toujours."

TMFC II / AUCH 1-1 (MT 1-0) 
En première période, sur un coup franc plein axe à trente-cinq mètres, Doukaini débloquait la situation d'une superbe frappe tendue qui atterrissait sur la transversale avant d'être poussée dans les cages par la nuque de Cazauran. Puis, peu avant l'heure de jeu, à la même distance mais cette fois légèrement excentré côté droit, Delpech égalisait d'un tir brossé qui lobait Escoula. Sur le plan comptable avec une cinquième journée sans défaite (2V, 3N), les Toulousains conservent leur cinquième place à une longueur des Auscitains (troisièmes avec un match en moins). Samedi prochain, la bande à Frédéric Ouvret se déplacera à Pradines (huitième). Pour le TMFC, Doukaini et Belkoussa ont clairement été les plus entreprenants sur les phases offensives. Au milieu de terrain, Bityeki Mounkama a encore gratté de nombreux ballons. Dans le camp gersois, Alamo Mendes s'est également distingué au poste de milieu défensif. De son côté, Delpech aurait pu s'offrir le triplé. Mais à deux reprises, ses frappes à ras de terre frôlaient le montant droit (55e, 79e). Frédéric Ouvret (entraîneur de Toulouse Métropole) : "Certes, il fallait composer avec le vent. Mais dans ces conditions, nous n'avons pas réussi à proposer du beau jeu. C'est dommage de ne pas avoir su conserver notre avantage. Néanmoins, nous restons sur une bonne dynamique avec ce cinquième match sans défaite. Mais la semaine prochaine, j'espère que nous serons capables de rapporter les trois points." Frédéric Coustures (entraîneur d'Auch) : "Au-delà de la météo, nous avons eu du mal durant les vingt premières minutes. Par la suite, notre contenu était bien plus intéressant. On a eu cette belle réaction pour revenir au score. Et on aurait même pu l'emporter. Mais à l'arrivée, ce résultat nul reste assez logique."

LOURDES / ALBI 3-1 (MT 2-1)
Dès le début de rencontre on retrouve le Lourdes du début de saison et cela ne va pas tarder à porter ses fruits quand Rousseau ajuste un plat du pied que Rigaud détourne du bout des doigts en corner. Un coup de pied de coin que Rousseau tire lui-même et que Séguret va propulser de la tête dans les filets Albigeois. Une excellente entrée en matière avec un Rousseau qui ne fait pas dans le figuratif puisqu'on le retrouve à l'origine de la frappe qui va apporter le deuxième corner pour le FCL. Une nouvelle fois, le douanier de service ouvre la barrière qui va apporter le second but local car Maura va s'empresser de fusiller Rigaud dans une forêt de jambes.  Après ce premier quart d'heure tout feu tout flamme, Lourdes va se faire surprendre avec une faute de main dans la surface pour un penalty que Casano va s'empresser de mettre au fond malgré un superbe plongeon de Castérot parti du bon côté. Dès lors le jeu s'équilibre et si, sur un service de Chesné, la tête plongeante de Séguret n'accroche pas le cadre (29e), ou si coup sur coup Klein et Chesné mettent Rigaud à contribution (45+1), le déroulement du match oblige aussi à dire qu'Albi n'est pas en reste, car Castérot doit intervenir loin de son but (32e), puis gagner le duel qui l'oppose à Dakhlaoui (34e) pour laisser le score en l'état au repos. À la reprise, Albi prend le match en mains et oblige le FCL à procéder en contres. Sur l'un d'eux, Duku oblige Rigaud à une belle parade (58e) et Diaz prend sa chance sans succès (60e). Arrive alors la faute de Rigaud sur Séguret pour un penalty qui pourrait être salvateur pour Lourdes, sauf que Cacha touche du bois (66e), ce qui ne permet pas aux Lourdais de voir venir mais bien de redoubler de vigilance. Castérot va alors se montrer impeccable et apprécier à sa juste valeur ce contre à trois, De Labaille, Boulabhaire et Duku à la conclusion de ce mouvement d'école (3-1, 81e). Cette fois, la messe est dite, les Albigeois devront battre en retraite devant ce FCL qui a retrouvé sa grinta et son efficacité pour empocher trois points précieux.

ONET LE CHATEAU / RODEZ II 0-1 (MT 0-0) 
Un match aller difficile pour Onet, un classement nettement en faveur de Rodez mettaient le curseur côté du chef-lieu pour la victoire. C'était sans compter sur l'évolution des deux équipes. Une équipe ruthénoise en légère baisse de rythme ces derniers temps et une courbe de résultats intéressante côté castonétois. Il restait un ingrédient de taille, samedi soir, le vent qui a balayé en rafales les supposées bonnes intentions des deux camps. Un vent qui a gâché quelque peu la fête car si ce match est «LE» derby annuel c'est avant tout la fête du foot du grand Rodez en DH. À l'entame du match les Castonétois jouaient dos au vent avec l'espoir de faire une différence avant d'affronter la seconde période. Les Ruthénois, forts de leur technique plus accomplie tenaient tête. À ras de terre en passes courtes, les visiteurs n'avaient aucun mal à contenir les longs ballons d'Onet. Des longs ballons qui ne trouvaient pas preneur sur le front de l'attaque. Leroux, pas très inspiré samedi soir et Ben Salah rapidement diminué ne pouvaient défier les Querbes, Oliveira et autre Ruiz. Une seule frappe mais de qualité de Higounenc (16e) de quarante mètres a donné quelques soucis à Secchi en première période. Après les citrons, Rodez s'emploie à tout va. La moindre possession de ballon dès les trente-cinq mètres est l'occasion de faire une frappe. À ce jeu, la précision n'est pas au rendez-vous. Onet en profite pour défendre plus haut avec bonheur. Un match qui devait aller à son terme sans but, c'était, hélas ! pour les banlieusards, sans compter sur la mauvaise relance de la cinquantième minute qui a offert la victoire aux Ruthénois par le plat du pied de Lacroix dans le but vide.

LUC PRIMAUBE / MURET 0-1 (MT 0-0)
Samedi après-midi dans un match très engagé physiquement les Primaubois se sont inclinés face au leader malgré leur domination. Dès le début de rencontre, les contacts sont nombreux et rudes. Les locaux tentent d'imposer beaucoup de rythme et de physique aux très solides joueurs muretains que l'arbitre peine à suivre. Même si après la sortie sur blessure rapide du latéral droit de Muret, les contacts semblent se calmer, dans le jeu aucune équipe ne semble prendre l'ascendant. Si l'on pouvait attendre un déblocage de la situation sur coup de pied arrêté avec les nombreuses fautes, le vent violent empêche qu'ils soient de qualités. Au retour des vestiaires contre le vent, les locaux semblent prendre l'avantage dans le jeu. L'entrée de Melhado sur l'aile gauche leur permet de se montrer plus dangereux. Malheureusement, sur un long dégagement du gardien visiteur, la défense des Primaubois trompée par le vent laisse filer Taïbi qui ne manquera pas l'occasion d'ouvrir le score. Les Luco-Primaubois vont tout tenter pour revenir au score en jouant très haut et en mettant beaucoup de pression sur la défense très solide des visiteurs. Mais en plus de la solidité de l'arrière-garde murétaine, l'arbitre va à nouveau refuser un penalty évident sur Vaysse après celui ignoré sur Bastide en fin de première période. Les conditions pour pouvoir réussir à prendre des points face au leader n'étaient pas réunies ce samedi.

Muret en patron a fait un pas de plus vers le National 3
Muret en patron a fait un pas de plus vers le National 3

Bob Marley

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :