Connectez-vous S'inscrire

R1 - Nouvelle dynamique et ambitions pour ONET LE CHATEAU et son futur complexe flambant neuf !

Jeudi 12 Avril 2018

Certains vous diront, comme à l’époque du lancement du stade Matmut Atlantique à Bordeaux, à quoi sert un nouveau stade, s’il n’y a rien à mettre dedans. Alors beaucoup réagissent de la même façon avec l’arrivée du futur stade d’Onet Le Château Football. C’est certainement faux de voir les choses ainsi, explications sur les mutations du club pour la saison prochaine (par Gustavo Poyet)


À une certaine époque, le maire Fabrice Geniez (qui était un grand passionné de football), ce premier magistrat de la commune d’Onet-le-Château avait annoncé dans ses futurs projets, avant les dernières élections municipales, son intention de mettre en place un nouveau complexe sportif, concernant le stade municipal de foot pour le club d’Onet-le-Château évoluant en DH. Dans cette annonce, le projet d’un nouveau stade aux côtés du lycée La Roque, avait d’ailleurs déjà été étudié. Et puis, à ces dernières élections municipales en 2014, finalement, Fabrice Geniez devant laisser sa place à un nouveau maire Jean-Philippe Kéroslian, annonçait fortement sur la place publique face aux habitants, qu’on rénoverait dans la banlieue Castonétoise le stade Geroges Vignes, mais pas question d’en construire un nouveau. C’était sans compter sur l’aubaine financière, d’un plan de rénovation urbaine, en accord avec le gouvernement, pour finalement, deux ans après cette annonce, dans la lignée de son prédécesseur, acquérir un terrain autour du lycée agricole régional, pour pouvoir y établir finalement le nouveau stade de football, en remplacement (et à la place), du vieux terrain synthétique de la Roque, ayant fait largement son temps, car il fût inauguré le dimanche 3 septembre 2005 par Martin Malvy, président alors de la région Midi-Pyrénées. 

Le projet acté par les instances politiques locales

Ensuite et surtout, en raison de cette disparition future du stade Georges Vignes, inclus dans ce fameux projet de plan de rénovation urbain avec le gouvernement, concernant notamment le quartier des quatre-saisons au cœur de la ville d’Onet, ce plan ayant été validé le 19 février 2016, le stade Municipal est donc voué à sa démolition. Il faut savoir également que dans le cadre de cette nouvelle structure, qui devrait compter environ six cents places, la Caisse régionale du Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées, le Conseil régional d’Occitanie et l’Agricampus du Lycée La Roque, avaient inscrit ce sujet dans leur commission permanente au conseil d’administration. C’est donc acté et officiel, le club du Président Eric Luban d’Onet-le-Château football aura bien un nouveau complexe sportif sur le site du lycée La Roque, qui sonnera ainsi, la fin de l’emblématique terrain Georges Vignes, donc la démolition va démarrer le 22 mai prochain, avec le démarrage aussi de la construction d’un nouveau terrain synthétique sur ce même site de la Roque à côté du futur stade Municipal.

Une fin de saison placée sous le signe de l'émotion...

Le "Vignes" aura connu de très belles affiches comme les fameuses finales du tournoi U13 (crédit photo Mairie d'Onet)
Le "Vignes" aura connu de très belles affiches comme les fameuses finales du tournoi U13 (crédit photo Mairie d'Onet)
Alors pour l’historique, et accroître vos connaissances sur notre sport régional, s’il en était encore besoin, le stade Georges Vignes doit son nom, en mémoire de l’ancien Maire Adjoint de cette commune d’Onet Le Château, décédé le 26 juillet 1998. On se rappelle aussi de la venue de l’OM Star club et surtout de l'éclairage, qui avait été inauguré, par un certain Zinédine Zidane (dont la belle famille réside encore sur la commune) le 12 avril 1999, en présence d’un enfant du pays, un certain Frédéric Hantz (entraineur actuel du FC Metz en Ligue1) aux côtés de Patrice Prieu Président du club de l’époque!. C’est donc évident, que d’ici la fin de cette saison 2017/2018, il y aura encore beaucoup d’émotions à chaque réception de l’équipe de Yoan Boscus et Rémi Fabié côté DH. Chaque match sera vécu comme les derniers instants de la vie d’un « bébé » du club, la vie d’une cité, le sentiment d’abandonner les anciens et les précurseurs du club sur place, en remplacement de nouveaux bâtiments qui seront dédiés aux soins et à une salle des fêtes. C’est ainsi qu’on se souvient déjà de Georges Vignes qui défendait ces couleurs Castonétoises, présent à tous les matchs et où en mairie chaque lundi matin, dans les couloirs administratifs, on parlait d’Onet Le Château Football, jadis ESQS, ESOC et aujourd’hui baptisé par la presse locale d’OCF des résultats du club. C’était aussi le cas d’un autre grand Monsieur, Jean Laroche, ancien secrétaire général, décédé lui en mars 2015, qui a laissé depuis, son nom inscrit sur une école de la commune. On passera aussi sur d’autres figures qui ont bien marqué de leurs pattes, l’histoire de ce mythique stade « GOVI », comme signait Georges Vignes ses articles dans la presse. Comme un certain Jean Louis Fric, ancien Président du club, ayant pris aujourd’hui du recul depuis peu, tout comme l’emblématique Guy Bousquié, ancien Président lui aussi, un des fondateurs du club, car il était là lors du tout premier bureau du club un certain 2 février 1971, resté par la suite 37 ans aux commandes jusqu’en 2008. On pense aussi à un certain Georges Fourcade qui fût stagiaire pro à Nice, que le papa de Guy Bousquié avait sollicité et qui avait lancé l’école de foot, sans parler des anciens coaches, comme Francis Cabaniols qui a eu le privilège d’être l’entraineur du club pendant de longues saisons et d’emmener le club jusqu’en CFA2. Ce dernier sera par la suite remplacé par un certain Daniel Périault, Renaud Villien, William Quevedo et aujourd’hui Yoan Boscus. 

La démolition de l'actuel stade se fera dès le dernier match de cette saison

De belles personnalités auront foulé la pelouse du "Vignes" comme ici Zidane et Hantz lors de l'inauguration de l'éclairage
De belles personnalités auront foulé la pelouse du "Vignes" comme ici Zidane et Hantz lors de l'inauguration de l'éclairage
Alors franchement, signaler dans les colonnes de la presse Ruthénoise, que l’on va déplacer le stade, est pour moi un peu faux. On ne déplace « jamais » un stade, on le remplace tout simplement !. Chaque enceinte sportive à une âme, une histoire, un vécu et une odeur, ça impose un respect sur son vécu, surtout si l’on connait son passé, car changer de site, ne sera jamais un déplacement. On va laisser place à un nouveau stade, sur un nouveau site avec une nouvelle architecture pour un nouvel avenir et de futurs projets.  Alors le club d’Onet en quittant ce site, va-t-il perdre son âme, et qu’allons-nous mettre dans cette nouvelle enceinte sportive ?. Et bien dirons-nous que le club va certainement tourner une page, et même, prendre un sacré virage. Tant critiqué parfois par ses résultats, son dynamisme faiblissant, son manque de fraicheur, cette nouvelle opération risque d’être capitale pour le club Castonétois.

La démolition de l'actuel stade se fera dès le dernier match, la date du 22 mai 2018. Entre temps, le siège du club prendra ses fonctions du côté de la place des rosiers, dans un autre vieux quartier de la commune, au numéro 6 de la rue des violettes pour être précis. Pendant ce temps-là aussi, sera lancée la nouvelle construction du stade synthétique flambant neuf à La Roque, qui devrait-être opérationnel pour le mois de novembre 2018. Le vieux synthétique actuel, qui sera remplacé par le nouveau stade, pourra normalement être utilisé en septembre 2019. Où se dérouleront donc les futures rencontres de l’équipe première la saison 2018/2019. Et bien sans doute sur leur stade d’entrainement du côté de la plaine de St Mayme, au stade du Colombier. A moins que le club Castonétois demande de disposer du prêt d’un autre stade sur le grand Rodez, comme du côté du Rodez Aveyron Football, où il y a deux saisons, la DH Ruthénoise avait fait la même demande auprès du club Castonétois, pour jouer le soir à Georges Vignes et comme aucune animosité n’existe entre les deux clubs voisins, tout est envisageable, mais tout cela ne sont que des supputations.  Alors, le club du Président Eric Luban a pris les choses en mains. Dans l’objectif d’un nouveau stade, il fallait construire une nouvelle image, un nouvel avenir et nouvel élan. Le club a donc mis en place un projet « sportif-associatif et éducatif » avec les dirigeants, bénévoles et éducateurs du club. Un dispositif pour établir un nouvel élan, un tout nouveau projet sportif, une nouvelle dynamique et chose nouvelle à l’image du stade, un tout nouveau logo. Le club a donc bien décidé de tourner une grande page, avec peut-être des secteurs à améliorer et orienter, mais déjà au niveau état d’esprit, ce dernier n’a pas changé dans sa réception, sa courtoisie et le respect des autres. Un club convivial et pour pérenniser cette situation, cela passera certainement par du sang neuf, de nouveaux dirigeants, de nouvelles ambitions sportives, une nouvelle communication avec ce tout nouvel outil sportif dès 2019 qui sera sans aucun doute à la hauteur des attentes du club jaune et bleu.

Par GP

Emplacement actuel du stade "Govi" d'Onet qui disparaîtra dès le 22 mai 2018. (crédit photo Mairie d'Onet)
Emplacement actuel du stade "Govi" d'Onet qui disparaîtra dès le 22 mai 2018. (crédit photo Mairie d'Onet)

Le futur stade sera moderne et fonctionnel pour que l'ensemble du club s'y retrouve. (crédit photo Mairie d'Onet)
Le futur stade sera moderne et fonctionnel pour que l'ensemble du club s'y retrouve. (crédit photo Mairie d'Onet)

Gustavo Poyet

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :