Connectez-vous S'inscrire

R2 - Christophe PILLON (Blagnac) : "J’ai toujours été ambitieux en tant que joueur... je ne vois pas pourquoi je ne le serai pas en tant qu’entraîneur."

Vendredi 16 Novembre 2018

Après une belle carrière de joueur, Christophe Pillon a décidé de continuer sa passion comme entraîneur sur le banc du côté de Blagnac. Comment voit-il ce nouveau rôle ? (par JPB)


Christophe a commencé le football à l’âge de huit ans à Colomiers, sous les ordres de l’emblématique Claude Averseng, traversant toute les catégories jusqu’à sa première année de U17. Il a participé tout d’abord à la montée des U15 en National lors de sa première année dans cette catégorie et a participé au championnat national lors de sa deuxième année. L’année suivante il participe au championnat national des U17 (monté la saison précédente) en étant première année sous la coupe de Didier Salles. Repéré par les clubs pro, il signe au centre de formation de Martigues (Professionnel à cette époque avec une accession historique en 1993 pour ce club dans l’élite en première division). Il intègre Martigues en U17 Nationaux puis évolue en CFA 3 et 2 jusqu’au niveau National, sous les ordres de Paul Marchioni et Léon Galle entre autres. Son talent, sur le plan technique et sa créativité footballistique, aurait pu lui laisser entrevoir une carrière professionnelle, mais son goût à l’effort ne lui a pas autorisé. Aussi retour au pays, sous les couleurs de Blagnac avec son ancien entraîneur des U17 Nationaux de Colomiers, Didier Salles, comme quoi le monde est petit.

Des années seniors faites de haut et de bas...

Ensuite une saison à Balma, ponctuée par une montée en CFA sous les ordres de Christophe Guttin. A nouveau pendant deux saisons à Blagnac au temps ou Ahmed Ait Ali en était l’entraîneur. Retour enfin à son club formateur, Colomiers pendant cinq saisons (Plusieurs entraîneurs Jean-Pierre Filliol, Ahmed Ait Ali et enfin Frédéric Pons) où il a connu plusieurs montées de la DH à la CFA. Il opère un virage dans sa carrière de joueur, motivé par une option professionnelle, il signe pour cinq saisons à l’Avenir Fonsorbais (dirigé par Francis Carmona, entraîneur et Jean-Louis Sevilla, Président) en PH. Après plusieurs montées ce club se retrouve aux portes de la CFA 2. A 36 ans Christophe opte pour Saint-Alban en CFA 2, dirigé par Fred Larrieu où il connait une descente qui lui fera dire qu’il a traversé une des périodes noires de sa carrière. L’envie de jouer étant toujours là, il se dirige vers Seysses Frouzins évoluant en PH sous la houlette de Patrick Gouze en tant que joueur la première saison, puis début de coaching avec la double casquette (entraîneur, joueur) les deux années suivantes en binôme avec Didier Rumeau, période  ponctuée par la réussite d’une montée en DHR. Surprise, il quitte Seysses Frouzins, met un terme à sa carrière de joueur, pour entraîner l’équipe 3 de Blagnac. En cours de saison il prend en main l’équipe 2 en difficulté où il opère un redressement spectaculaire, pour jouer les premiers rôles à ce jour sur la saison en cours avec cette équipe en DHR. Il faut dire qu’il est bien épaulé dans sa mission par son compère, Christian Laffont, homme doté d’une grande fiabilité et d’une loyauté à toute épreuve (qualités rares de nos jours), qui viennent compléter ses compétences footballistiques et qui amène à Christophe toute la sérénité nécessaire pour remplir sa mission. Christophe confirme le paradoxe que l’on retrouve parfois dans le football, à savoir : arriver à transmettre des valeurs aux autres dont on n’est pas arrivé à ancrer sur soi. C’est peut-être plus facile…

Le joueur est satisfait de sa carrière même si nombreux pensent qu'il devait mieux faire (crédit photo footpy)
Le joueur est satisfait de sa carrière même si nombreux pensent qu'il devait mieux faire (crédit photo footpy)

"Le fait de quitter Seysses Frouzins n’est dû essentiellement qu’à certaines personnes de ce club qui n’ont pas respectés leurs engagements..."

Ta carrière de joueur même si elle a été relativement riche, te laisse-t-elle des regrets aujourd’hui ?
Même si dans mon entourage, ainsi que les gens qui me connaissent à travers le football pensent que j’aurai pu mieux faire à moment donné, moi personnellement je n’ai pas de regret, je pense que le football m’a tout donné dans ma vie et me sert encore pour m’épanouir.

Tu as surpris tout ton monde en quittant Seysses Frouzins  alors qu’il y avait une montée au bout et donc la possibilité d’entraîner un DHR pour prendre l’équipe 3 de Blagnac en PH. Quelles sont les raisons qui t’ont amené à faire ce choix ?
Le fait de quitter Seysses Frouzins n’est dû essentiellement qu’à  certaines personnes de ce club qui n’ont pas respectés leurs engagements, contrairement à moi qui a toujours été dans tous les clubs où je suis passé réglo et respectueux de mes obligations. Et puis cela m’a permis de voler de mes propres ailes en me consacrant à mon rôle d’entraîneur.

Ton arrivée ou ton retour comme tu veux à Blagnac est survenu comment, recrutement des dirigeants de Blagnac (Didier Salles, Directeur Sportif) ou un désir profond dans ton choix de t’assumer seul tes responsabilités d’entraîneur ?
Mon arrivée à Blagnac est survenu tout simplement par un coup de téléphone à Didier Salles avec qui j’ai toujours entretenu de bonnes relations, ensuite comme je l’ai déjà dit je voulais lancer ma carrière d’entraîneur en assumant seul la responsabilité et prouver à certains que j’en étais capable.

A Seysses Frouzins, CP a connu des hauts et une grosse déception (crédit photo DDM)
A Seysses Frouzins, CP a connu des hauts et une grosse déception (crédit photo DDM)

"Je me laisse deux ou trois ans pour voir si je suis fait pour ça."

Tu as quitté Blagnac en tant que joueur, tu le retrouves en faisant partie de l’encadrement, ça change quoi pour toi et le club a-t-il changé depuis ton dernier passage ?
Depuis que je l’ai quitté, ce club a eu des hauts et des bas au niveau des résultats. Il y a eu par contre beaucoup d’améliorations en ce qui concerne les infrastructures qui sont de grandes qualités. Je trouve dommage qu’un club comme Blagnac ne soit pas à un échelon supérieur.

Aujourd’hui à la tête de l’équipe réserve en DHR, quelles sont tes ambitions pour cette saison avec ce groupe et quelles sont tes priorités du moment ?
Aujourd’hui avec mon équipe de DHR, j’essaie de former un groupe tout d’abord avec des joueurs du club, notamment des U19 qui montent et quelques recrues ciblées sur les manques. Pour le moment je ne me plains pas et avec l’aide de Christian Laffont qui m’accompagne dans ma tâche, je me dis qu’avec ce groupe qui a une grande marge de progression, on va bien voir jusqu’où ils sont capables d’aller.

En dehors de ton équipe as-tu un investissement dans le club ? Et as-tu une vision sur les jeunes qui peuvent être amenés à évoluer dans ton groupe ?
Je vais être franc, mis à part quelques matchs des U19, dont les joueurs peuvent être amenés à évoluer avec mon groupe, je ne participe pas à la vie du club au quotidien par manque de temps. Il m’arrive de regarder quelques bribes de matchs de jeunes qui évoluent avant nos matches à domicile.

A Blagnac peux-tu travailler sereinement en osmose avec toutes les composantes du club ?
J’ai joué plusieurs saisons dans ce club ce qui m’a permis de connaître beaucoup de personnes qui le composent. Je suis à l’écoute de tous avec bien sûr une relation privilégié avec Wilfried Niflore (entraîneur équipe 1), Thierry Begue (entraîneur équipe 3) et mon Adjoint (Christian Laffont) qui m’apporte énormément.

Penses-tu que ton club actuel peut prendre une dimension plus grande dans un avenir prochain ?
Je pense et j’espère que le Blagnac F C prendra une dimension plus grande dans un avenir proche. Pour cela il faut beaucoup d’ingrédients pour franchir le cap, il faut le demander au Président qui connait son affaire et qui est mieux placé que moi pour en parler.

Ta jeune carrière d’entraîneur est pour le moment une réussite. Envisages-tu de t’y engager pleinement et as-tu des projets d’avenir à ce niveau là ?
Ma carrière d’entraîneur débute et je me laisse deux ou trois ans pour voir si je suis fait pour ça. J’ai toujours été ambitieux en tant que joueur, avec mes qualités et mes défauts, je ne vois pas pourquoi je ne le serai pas en tant qu’entraîneur. Je vois bien mon avenir dans le Tarn ou j’ai déménagé depuis peu avec ma nouvelle compagne et  où je m’y sens bien. J’ai peut-être trouvé mon équilibre, indispensable pour réaliser de bonnes choses. J’en profite pour remercier les gens de Footpy pour ce que vous faîtes. 

Par JPB 

Christophe Pillon croit beaucoup en son groupe (crédit photo Blagnac FC)
Christophe Pillon croit beaucoup en son groupe (crédit photo Blagnac FC)

JPB (jpb@footpy.fr)

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :