Connectez-vous S'inscrire

R2 - Mike FETHI, il n'a pas stoppé Léo Messi, mais appelez le « N'Golo Kanté » de MARSSAC.

Samedi 19 Janvier 2019

A 25 ans, Mike Fethi a connu des hauts et des bas dans sa carrière de footballeur. Un temps rêveur de passer professionnel, il n'a pas été épargné par les blessures mais à retrouver le goût du ballon rond avec Marssac.


Depuis quand est-ce que vous faites du football ?
J'ai toujours joué au football depuis tout petit. J'ai commencé au Séquestre. Après j'ai fait pas mal de va et viens entre Marssac et Albi.

Depuis quand êtes-vous revenu à Marssac et pourquoi ?
Ça fait trois ans. Je dirais pour l'ambiance et le club en lui même. Ils ont toujours été réglo et je n'ai jamais eu de soucis avec eux. C'est un club assez familial. J'ai grandi là-bas, j'y vis. À Albi, ce n'était pas la même ambiance.

Quelles valeurs essayaient vous de défendre sur le terrain ?
L'esprit d'équipe. Sur le terrain j'ai d'avantage une philosophie défensive, je suis milieu défensif. Le N'Golo Kanté de Marssac, sauf que moi je me blesse (rires). Sinon moi aussi je suis plutôt petit à courir partout (rires).

En tant que footballeur vous avez des objectifs personnels ?
Je les ai eu étant jeune, maintenant j'ai reposé les pieds sur terre. Jusqu'à l'âge de 18 ans, je voulais être footballeur professionnel. Mais j'ai eu pas mal de blessures. À chaque fois que j'avais des tests, je ne pouvais pas les faire car j'était blessé. Après je manquais peut-être de maturité et de confiance en moi mentalement. Pourtant je faisais tout pour réussir en réalisant beaucoup plus d'entraînements que la moyenne. Je n'ai pas forcément de regret finalement. Maintenant le football, c'est surtout un loisir.


"J'ai même failli arrêter cette année."

Ça vous arrive souvent de vous blesser ?
Je crois que je n'ai jamais fais une année sans me blesser. Quand je suis au meilleur de ma forme c'est là que je me blesse. Ça me dégoûte un peu. J'ai même failli arrêter cette année. À chaque fois je reviens et à chaque fois je me blesse.

Qu'est-ce qui vous a motivé à ne pas vous arrêter là ?
Ce sont les collègues du foot et le club qui ont réussi à me remotiver pour continuer. Après, c'est surtout Mika (Bertrand, le coach de Marssac) qui m'a fait resté, sinon je partais dans un petit club pour ne jouer que le week-end. C'est grâce au coach qu'aujourd'hui je suis encore à Marssac et que je m'épanouis.

Afin d'éviter les blessures vous avez une préparation différente ?
Non. Après je sais que je ne m'étire pas assez et que je ne bois pas assez d'eau. J'ai un boulot assez physique aussi comme électricien. Rien ne m'aide pour aller dans le bon sens. J'ai également trop forcé étant jeune. Au niveau blessures, j'ai eu quasiment toutes les blessures sauf les ligaments croisés, je touche du bois.

Comment jugez-vous le début de saison de Marssac ?
Un début plutôt bon, on est sur une bonne dynamique. Il faut qu'elle continue et nous allons tout faire pour. Nous nous donnons à fond à chaque match et ça donne ce que ça doit donner. Aujourd'hui, c'est aussi la réussite qui nous permet d'en être là. L'hiver va être un bon test, après nous verrons. En tout cas, ça n'est pas l'objectif du début de saison. Si nous ne montons pas à la fin de l'année, ça ne sera pas considéré comme un échec. L'objectif c'était le maintien pour ensuite voir les années suivantes. Après si nous y arrivons cette année, on ne va pas dire non.


"Il y a une bonne dynamique depuis quelques années. "

Pensez-vous que le club a les épaules pour monter en R1 ?
En décembre, le club a pour projet de mettre un terrain synthétique donc il fait tout pour que nous y arrivions. Pour l'hiver, ça sera intéressant pour ne pas avoir trop de pauses. Après, ce ne sera qu'un demi-terrain, mais pour s'entraîner c'est déjà énorme. Actuellement nous manquons de structures, notamment lorsque l'on compare à d'autres clubs de Toulouse. Heureusement, le club se bouge que l'on puisse avoir ce qu'il faut. Il y a une bonne dynamique depuis quelques années. L'an dernier, on monte, en grande partie grâce à Mika, heureusement qu'il est là. Il nous aide pas mal et clairement, il nous a fait redécouvrir le football.

C'est un peu votre Panoramix, quelle est sa potion magique ?
Les années précédentes, il était coach de l'équipe 2. Sans même avoir eu le groupe, il connaissait déjà tous les joueurs. Il nous avait vu jouer du coup, il n'a pas eu trop de mal à s'intégrer. Après, on voit qu'il est passé par des centres de formation. Les entraînements sont très cohérents. À son contact, nous apprenons beaucoup. C'est également un très bon coach qui rigole avec nous, mais sait être ferme aussi quand il le faut. Il fait la part des choses et il représente parfaitement ce dont nous avions besoin dans un club familial comme Marssac.


Le Lensois (lelensois@footpy.fr)

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :