Connectez-vous S'inscrire

R3 - Sébastien PRUNIER (Launaguet) où quand la modestie finit par cacher le talent !

Mercredi 5 Décembre 2018

L'actuel entraîneur de Launaguet, Sébastien Prunier est l’illustration que parfois sans faire beaucoup de bruit l’on peut être très efficace. Pourquoi les discrets devraient vivre cachés et les Présidents ignorer indéfiniment ceux qui se cachent derrière ? (par JPB)


Sébastien à commencé le football à l’âge de cinq ans au FC Bihorel en Normandie jusqu’à l’âge de quinze ans. Repéré par les recruteurs, il a rejoint un club à l’époque professionnel, le FC Rouen en deuxiéme division, où il a successivement évolué avec les - 15 Nationaux, les - 17 Nationaux et enfin en division 3 (ex CFA) tout en étant au centre de formation en tant qu’aspirant et stagiaire pro sous contrat. Malheureusement ce club se retrouva en dépôt de bilan, qui obligea Sébastien à rebondir en DH puis CFA 2 avant de rejoindre la région toulousaine en décembre 2000 où il signa à Balma en CFA2 et participa à la montée en CFA. Ensuite il a suivi son pote Christophe Pillon à Blagnac pendant sept saisons où il a évolué sous les ordres de Ahmed Ait-Ali, Michel Ivansic, Philippe Magnoler, Jean-Louis Fauré et pour finir Benoit Tihy. Sa carrière a bifurqué vers Fonsorbes, pour un projet sportif intéressant en PH, avec une montée en DH, une Coupe du Midi et deux montées en CFA 2 manquées d’un rien.

Un détour par le Tarn-et-Garonne avant un retour dans le toulousain

Ensuite il a rejoint le club de Montauban en DHR sous la direction de Vincent Petit, coach très apprécié de Sébastien, qui malheureusement a été viré en cours de saison, qui a rendu la fin de celle-ci longue et pénible. Et malgré l’insistance du Président Malavelle Sébastien n’a pas voulu prolonger dans ce club. Pour son dernier challenge en tant que joueur et tout en restant dans le Tarn-et-Garonne, il signe à Grisolles en PH et connaître une nouvelle montée en DHR pour la première année suivie d’une saison plus compliquée qui incitera Sébastien à mettre un terme à sa carrière de joueur et compte tenu de sa passion restée intacte de passer de l’autre côté de la barrière et d’entamer une carrière d’entraîneur. Il se retrouve à la barre du club de Launaguet en PL qu’il fit monter dès la première saison en PH (nouvelle appellation R3). Aujourd’hui pour sa quatrième saison il a stabilisé ce club en R3 tout en essayant de le pérenniser à ce niveau en attendant mieux…. 

Lors de son passage à Fonsorbes pour la fin de sa carrière de joueur (crédit photo Laurent Pagnon)
Lors de son passage à Fonsorbes pour la fin de sa carrière de joueur (crédit photo Laurent Pagnon)

Après ton dernier challenge de joueur à Grisolles, tu commences à passer tes diplômes d’entraîneur et tu décides de franchir le cap en tant que coach. Comment s’est faite ton arrivée à Launaguet et quels ont été les éléments déclencheurs dans ta décision ?
Je voulais commencer ma carrière de coach dans un club familial ou règne une atmosphère saine afin de pouvoir me consacrer sur l’obtention du B.E.F. Mon arrivée s’est faite par l’intermédiaire de Jean-François SOLA que je connaissais lorsque j’ai joué à Blagnac avec son fils Jérôme. Notre rencontre a été bénéfique puisque nous étions dans la même vision sur le football et le projet du club pour le faire évoluer dans le futur (école de football et équipes seniors).

Tu arrives dans un club niveau PL, fraîchement issu du District, quel est ton constat, toi qui as connu des niveaux plus élevés ?Surpris, déçu ou animé par le désir de construire quelque chose ?
Mon constat, dans un premier temps, a été de superviser les besoins de l’équipe fanion pour mettre en place mon projet sportif (montée en R3). Ensuite avec le président Hervé Fourcade et Jean-François SOLA de faire un bilan complet sur le club (équipements, matériels, éducateurs, dirigeants et nombre de licenciés), afin de structurer le club à tous les étages et réorganiser l’école de football. Je savais que le travail serait conséquent pour arriver à réaliser cet objectif de faire grandir le club à travers les seniors et l’école de foot. Mais c’est justement ce challenge qui m’a motivé malgré les contraintes qu’il faudra surmonter.

Aujourd’hui ton investissement dans le club se résume à l’équipe1, aux seniors, où à l‘ensemble du club ?
Actuellement mon investissement au club se limite aux groupes seniors dont je suis le responsable et j’entraîne l’équipe 1 en R3. Bien sûr mon rôle est d’être attentif aux autres équipes seniors que se soit au niveau des conseils ou de régler les problèmes. Chaque semaine une réunion entre coachs a lieu afin de faire le bilan du week-end et d’anticiper sur la semaine à venir. Mon but est que tout joueur composant les effectifs doit être à la disposition des trois équipes seniors suivant les besoins des entraîneurs et être dans l’esprit du club.

JPB : Penses-tu pour Launaguet qu’il serait préférable de se réunir ou fusionner avec les communes environnantes pour construire un club ambitieux capable d’évoluer à un niveau supérieur ?
SP : Pour ma part, je pense qu’une fusion avec certains clubs des alentours serait une bonne chose pour renforcer le club à tous les niveaux (équipement sportifs, moyens financiers, nombre de licenciés, éducateurs, dirigeants et bénévoles). Cette fusion pourrait permettre d’avoir un club solide et évolutif dans le secteur nord de Toulouse et de rivaliser avec les autres clubs forts de la région.

Ton rôle de coach te satisfait pleinement, envisages-tu de t’y investir sur plusieurs saisons et si c’est le cas comment vois-tu la suite de ta carrière d’entraîneur et quelles sont tes ambitions ?
Etre coach, c’est totalement différent de celui de joueur. Beaucoup de paramètres sont à prendre en compte et je m’en aperçois chaque jour depuis mon début dans ce nouveau rôle. Les saisons se suivent mais ne se ressemblent pas surtout lorsque l’on connaît une saison quasi parfaite (montée en R3), un groupe facile à gérer au vu des résultats. Mais ce changement de niveau a été difficile car beaucoup de joueurs n’étaient pas prêts à faire tous les sacrifices pour se mettre au niveau de la R3 et beaucoup ont lâché prise par manque d’investissement, de sérieux et d’hygiène de vie. Donc à partir de là il a fallu faire avec et travailler dans des conditions difficiles sur le plan sportif et humain. Et pourtant j’ai réussi à maintenir l’équipe à ce niveau, à apprendre de ces deux saisons et de me remettre en questions pour surmonter ces problèmes. Mon ambition personnelle dans le futur est d’entraîner dans un club au niveau régional le plus haut ou voir dans un club de niveau national avec soit le rôle de coach ou bien de responsable de l’école de football.

A Grisolles où comme dans tous les clubs où il est passé, il a marqué de son empreinte son passage comme joueur et homme
A Grisolles où comme dans tous les clubs où il est passé, il a marqué de son empreinte son passage comme joueur et homme

Launaguet est un club avec sûrement des moyens financiers limités, penses-tu qu’il y a une possibilité à travers sa formation de le faire évoluer compte-tenu qu’aujourd’hui ses équipes de jeunes sont à un niveau District. Y a-t-il une volonté de la part des dirigeants pour aller plus loin ?
Effectivement, il y a un souci de formation au niveau des jeunes dû à un manque de personnes qualifiées (pas de formation) et qui niveau des équipes U15 et U17 où il est difficile d’attirer des jeunes joueurs de talent à cause du faible niveau et de garder ceux qui ont du potentiel et préfèrent partir dans des clubs plus structurés. Avec l’appui de Jean-François SOLA et Sammy Kinane, notre but était de répondre à ces problèmes de formation en mettant en place avec les éducateurs des réunions pour leurs prodiguer des conseils, de les aider sur les séances d’entraînement et surtout de les inciter à se former avec les modules correspondant à leur catégorie. Tout ça pour démontrer aux joueurs et aux parents que le F.C Launaguet voulait progresser dans ce sens et confirmer la volonté du club de se structurer à tous les niveaux.

Actuellement tu fais une bonne saison, vous êtes bien placé au classement, quelles sont tes priorités et tes ambitions pour la fin de saison ?
Notre début de saison en championnat est presque parfait car à part cette défaite à Biars lors de la première journée où je ne disposais pas de tout mon effectif, nous sommes sur six victoires consécutives avec un contenu intéressant dans le jeu et la maîtrise des matches. Le groupe vit bien, aucun joueur ne triche et tous se mettent au service du collectif. Notre ambition est de nous maintenir dans le haut du classement avec comme notion de progresser, d’avoir une identité de jeu et d’être capable de nous remettre en question chaque semaine pour atteindre l’objectif que mon groupe et moi avons fixé.

Tout comme à Montauban où le président Malavelle a tout fait pour le conserver.
Tout comme à Montauban où le président Malavelle a tout fait pour le conserver.

Toi qui à l’origine viens d’une autre région, comment juges-tu le niveau du football en Occitanie notamment après la réunification de Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon ?
Depuis mon arrivée dans la région en 2000, j’ai constaté qu’au niveau football entre la Normandie et l’Occitanie, la différence se situe surtout au niveau tactique ou très peu de joueurs ont des notions dans ce domaine et cela se ressent aussi dans la qualité de jeu. Ce manque est dû à un trop faible nombre de clubs pros (centres de formation) d’où un vivier moins important de bons joueurs et aussi à un manque de clubs ayant des équipes de jeunes au niveau national.

Vu de l’extérieur tu donnes l’impression d’un garçon discret et réservé, qui te rend sympathique. Penses-tu que cette image peut te desservir dans le football et notamment dans le rôle de leader que doit-être un entraîneur ?
SP : Ce rôle de coach m’a permis de franchir un cap dans ma vie personnelle, j’ai pris plus de confiance en moi pour m’imposer dans ce rôle de leader face à un groupe de joueurs. Je suis toujours une personne discrète mais cela n’empêche pas d’affirmer mes choix, mes convictions sur ma vision du football, mes ambitions et d’être toujours dans une logique sportive comme quand j’étais joueur. Tout ce que m’a donné le football sur le plan sportif ou personnel, je l’ai gagné par mon investissement, mon travail personnel de tous les jours.

Enfin si tu avais une proposition très intéressante, même éloignée, serait-elle pour toi quelque chose d’envisageable ?
Bien sûr, si une proposition très intéressante même éloignée venant d’un club structuré et doté d’un projet club et sportif concret, ambitieux, je serais prêt à étudier le dossier et si il le faut passer d’autres diplômes pour répondre aux exigences sportives.

Maintenant l'actuel entraîneur de Launaguet taquine le cuir lors des matchs avec ses potes dont lors de la coupe de Noël 2019 du 27 décembre 2019
Maintenant l'actuel entraîneur de Launaguet taquine le cuir lors des matchs avec ses potes dont lors de la coupe de Noël 2019 du 27 décembre 2019

JPB (jpb@footpy.fr)

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :