Connectez-vous S'inscrire

Régional 1 (DH) - La rébellion de REVEL, AUSSONNE et du GIROU ! RODEZ II en mode presse "orange mécanique" !

Mardi 27 Mars 2018

Des enseignements utiles à tirer de cette journée. La scission est faite devant où sauf cataclysme seuls Muret et Rodez II vont se disputer le titre avec un gros avantage pour les" Blaugranas qui ont cinq points d'avance. Les résultats ont permis à ce duo de creuser un net écart avec les autres qui ont abdiqué. Si pas mal de formations n'ont plus rien à faire sinon expédier les affaires courantes ce n'est pas le cas au fond du classement où trois des quatre "intéressés" par l'évitement de la dernière place ont gagné. L'intérêt moindre en haut est en contraste total avec l'acharnement en bas. (par Bob Marley)


GIROU / FLEURANCE 2-0 (MT 1-0)
"Il était temps !" Telle est la première réaction de Sébastien Salles et certainement de tout le staff et des joueurs. Cette fois la réussite était là mais j'y reviendrai. Le Girou est bien entré dans la partie tandis que Fleurance n'arrivait pas à se créer de réelles opportunités. Les locaux étaient bien plus inspirés et ont réussi à ouvrir la marque eu moment que l'on appelle couramment le meilleur, c'est-à-dire très peu avant la pause. Débordement de Diarra contré qui finit au fond, voilà cette réussite mentionnée plus haut. Le Girou creusera l'écart une dizaine de minutes après le repos. Coup franc de Ngoumou que le gardien grâce à une superbe parade détourne sur la barre, mais le ballon revient sur Carvalot qui marque. Dans le dernier quart d'heure les Fleurantins ont poussé mais sans réel danger. Le Girou a maintenu le score dans ce qui est devenu une belle soirée. Inutile de dire que celle-ci s'est prolongée tard avec la nette diminution du stock accumulé  à cause de trop nombreuses défaites qu'il était inutile de fêter. Un petit mot pour signaler l'excellent arbitrage de Monsieur Canal arrivé de Perpignan sans à priori, ni connaissance d'aucune des deux formations. Aucun carton distribué dans une rencontre capitale grâce à une parfaite maîtrise de son sujet !  

ALBI / LUC LA PRIMAUBE 2-2 (MT 1-1)
Après dix minutes équilibrées, les visiteurs, plus agressifs sur le ballon commençaient à imposer leur jeu et un tir de Fabre frôlait le montant de Rigaud (11e). La partie se rééquilibrait et bientôt elle devenait spectaculaire dans le dernier quart d'heure. On croyait au but visiteur lorsque Fabre se retrouvait seul aux dix mètres, mais Rigaud détournait son tir (31e). Trois minutes plus tard Rigaud, le gardien visiteur détournait superbement un coup franc de Dakhlaoui, et la reprise de Deplace heurtait le montant (34e). Ce sont finalement les visiteurs, sur un contre ultra rapide qui ouvraient le score par Bastide idéalement servi par Valentin (38e) mais ils étaient bientôt rattrapés puisque Deplace astucieusement servi par Rey résistait à deux défenseurs pour venir égaliser (41e). Les émotions reprenaient dès le début de la seconde période. Rigaud devait stopper sur sa ligne une reprise de Bastide consécutive à un débordement du très rapide Valentin (53e). C'étaient pourtant les Albigeois qui dominaient alors grâce à un gros pressing au milieu du terrain, et la minute suivante ils prenaient logiquement l'avantage par Kolangonda suite à un coup franc (54e). Dominant territorialement les Albigeois étaient bien près de prendre le large sur un tir de Deplace que Rigaud déviait sur son montant (73e). Dommage parce qu'une grosse erreur défensive permettait à Vaysse d'égaliser de près quelques minutes plus tard (74e). Ce but relançait les visiteurs qui finissaient mieux la rencontre mais Rigaud ne laissait rien passer. Assurément le match nul ne satisfait personne : les visiteurs regretteront les occasions ratées, les Albigeois maudiront les montants visiteurs. Laurent Lejeune (président d'Albi) : "Nous sommes un peu déçus parce qu'à deux à un, on a cru à la victoire. Mais finalement, le score de parité est mérité. Il nous a manqué un peu de souffle, c'était le troisième match de la semaine."

MURET / ONET-LE-CHÂTEAU 1-0
Après une première période assez équilibrée sans grands envolées ni réelles grosses occasions Onet a décidé de reculer dans le second acte afin d'essayer de procéder par contres. Cette tactique a tenu jusque autour de la quatre-vingtième où en oubliant un joueur au deuxième poteau sur un centre celui-ci a marqué de la tête. Pendant ce laps de temps des contres mal exploités et des coups francs mal tirés par les Aveyronais n'ont pas permis d'inscrire cette petite réalisation récompensant une tactique qui aurait pu être payante.  

"Ce soir on s'est mis une belle épine dans le pied."

REVEL / LOURDES 3-0 (MT 0-0)
Beaucoup de rythme d'entrée de jeu et des situations dangereuses de part et d'autre. Les Lourdais en auront d'avantage, arrivé au quart d'heure de jeu notamment sur coup francs indirects. Les locaux seront mieux en fin de première période et vont d'ailleurs tuer le match dès la reprise avec trois buts en dix minutes. Lourdes tentera de pousser mais se heurtera à l'abnégation de Revélois pour qui cette victoire fait énormément de bien. L'homme du match est incontestablement Anthony Martinez avec ses deux buts ponctués par une passe décisive pour Rguig qui aura bien animé l'offensive. Garcia aura fait preuve d'autorité et de précision dans sa surface. Les latéraux, Pereira et Thibaut, sont à créditer d'une belle prestation. Lourdes aura souvent posé des problèmes par le côté gauche avec Casadavant, De Labaille et Capron. Guillaume Balagué (entraîneur de Revel) : "Enfin ! Ça fait plaisir parce que c'est la juste récompense de longs mois de travail qui n'étaient pas valorisés par un poteau qui ne rentrait pas, un temps additionnel un peu trop long ou quoi que ce soit. Ce soir, nous faisons un gros match dans l'ensemble, même si Lourdes nous a posé beaucoup de problèmes en première mi-temps.» Jean-Jacques Carel (entraîneur de Lourdes) : "Il nous a manqués l'efficacité. Nous pouvons ouvrir le score en première période et nous sommes punis sur cinq minutes de flottement. Le niveau ne pardonne pas. Peu importe le rang de l'équipe que l'on rencontre. Quand on reste aux vestiaires, la sanction tombe."

AUCH / AUSSONNE 1-2 (MT 1-0)
Point de Katherine Heigl ou de Gerard Butler sur la pelouse d'Éric Carrière mais c'est bien une "abominable vérité" qui s'est dessinée pour Auch Football. En s'inclinant pour la sixième fois de la saison qui plus est face à un relégable à domicile les Auscitains sont sérieusement compromis leurs rêves d'accession à la Nationale 3. Face à une équipe volontaire et certes limitée Auch a pourtant paru dès le départ prendre la mesure de son adversaire qui, tordant le cou à l'habitude, venait sur la pelouse gersoise pour ne pas fermer le jeu. Passées quelques grosses occasions Auch va faire le plus dur, semble-t-il en ouvrant le score par Muthular (34e). Pourtant dans ce scénario idéal, quelque chose couve : Aussonne hérite de quelques opportunités sur des erreurs directes auscitaines. Ainsi, passé la pause, c'est avec stupeur que le public d'Éric Carrière voit son équipe totalement déjouer. Peur de bien faire, de mal faire les troisièmes du championnat claquent littéralement des genoux face à Aussonne qui exploite au mieux la paralysie locale. Une première alerte intervient à la cinquiante-huitièmee sur un but refusé à Durant mais ce ne sera que "marquer pour mieux rebondir" car un doublé de Hervey viendra geler les espoirs gersois. Certes Velez par deux fois (53e, 72e) héritera de deux occasions immanquables tout comme une ultime tête qui frôlera le poteau mais il était écrit qu'Auch ne s'en sortirait pas. "C'est dans la continuité de notre défaite à Pradines avec un peu plus d'envie et des occasions cette fois-ci" lâche Alain Rolland, coach auscitain. "Quand on n'est pas ensemble c'est compliqué. La vérité elle est aux joueurs. C'est une déception car nous avions fait le plus dur en ouvrant le score. Après, Aussonne avait aussi des occasions et c'est bien là le problème. C'est difficile à chaud d'analyser cette défaite mais elle n'est pas sportive. C'est extra-sportif. En tant qu'entraîneur on n'a pas le droit de lâcher mais sur le terrain les garçons ne prennent pas de plaisir il est sûr que c'est compliqué à gérer." Des joueurs alignés d'entrée qui se retrouvent remplaçants (faute à des boucles d'oreilles difficiles à enlever (sic), des occasions jouées de manière individuelle là où le collectif prévalait, une fin de match sous tension à oublier… Les symptômes sont nombreux comme autant de sacs de nœuds à dénouer pour le staff auscitain. Et maintenant ? On retiendra la phrase du capitaine Jérôme Muthular : "Ce n'est jamais fini mais il est sûr que ce soir on s'est mis une belle épine dans le pied." Pour ne pas dire une balle…

"Je manquais d'entraînement, et surtout de repères devant cette défense."

Auch a grillé son dernier joker face à Aussonne (crédit photo Auch foot)
Auch a grillé son dernier joker face à Aussonne (crédit photo Auch foot)
GOLFECH / TMFC 1-1 (MT 0-0) 
Il est parfois des résultats nuls qui ont une belle saveur. Celui décroché par les Tarn-et-Garonnais hier soir fait peut ête partie de ceux-là. Cette formation de Toulouse métropole est arrivée au stade Paul Laffont toute auréolée de sa victoire par 6 à 1 face à Aussonne le week-end dernier. Sauf que les semaines ne se suivent pas en général. Hier soir, on a pensé que les visiteurs abordaient cette rencontre un peu trop confiants, et cela les a perdus. Pourtant ils avaient tous les atouts dans leur jeu, à plus forte raison lorsque M. Dutour a réduit les locaux en infériorité numérique après avoir sorti un carton rouge pour Zoglami. Une expulsion consécutive à un choc entre le Golféchois et un Toulousain, ce dernier se tordant de douleur sur la pelouse. Immédiatement, l'homme du centre sanctionnait le joueur local avec un carton rouge, et demandait la civière. Elle ne servira pas, le joueur toulousain se relevant quelques secondes plus tard. À dix contre onze ça n'allait pas être facile d'autant plus que les visiteurs ouvraient le score sur une faute de la défense des locaux, grâce à Manga, un peu avant l'heure de jeu. Nullement abattus les "rouges" vont alors se ruer à l'assaut des buts d'Escoula le gardien toulousain. Tour à tour, Rokotounania, Franceschi et Gayral l vont avoir l'occasion d'égaliser mais ils vont à chaque fois buter sur la défense adverse. Quant aux visiteurs ils veulent aggraver l'écart et se montrent eux aussi dangereux car ce maigre avantage ne leur suffit pas. Mais voilà Mathieu Casamond, qui remplaçait Grossettie blessé faisait une entrée fracassante, empêchant les attaquants visiteurs de doubler la mise. Pourtant la volonté des locaux va être récompensée à douze minutes du coup de sifflet final quand Michaud parviendra à battre Escoula pour inscrire le but égalisateur. Inutile de dire que ce résultat nul satisfait pleinement les joueurs et leurs supporters car à dix contre onze c'était vraiment inespéré. Les dernières minutes verront les locaux jouer avec une défense renforcée pour conserver le match nul. Mathieu Larouturou (entraîneur de Golfech) : "Ce fut un match très compliqué pour nous. On avait besoin de prendre des points suite à une mauvaise série. On est parvenus à revenir au score avec beaucoup de courage. On s'est battus pour récupérer des points. Je suis content pour les joueurs, pour les dirigeants et les supporters de ce résultat nul." Marthieu Casadamont (gardien) : "J'ai remplacé le gardien habituel au pied levé qui s'est blessé il y a deux semaines. Il y avait longtemps que je n'avais pas joué. Je manquais d'entraînement, et surtout de repères devant cette défense. Ce résultat nul fait vraiment plaisir. On a fait un match solide. L'équipe semble avoir retrouvé des valeurs comme elle les avait auparavant».

RODEZ / PRADINES 7-0 (MT 1-0)
Après une première période équilibréele PSVD'Olt (qui était mené 1 à 0 à la pause) a ensuite concédé six buts en moins de trente minutes pour s'incliner finalement sur le score de 7 à 0. En première période les Ruthénois dominent légèrement mais face à une équipe du PSVD'Olt bien en place ils se procurent peu d'occasions. En début de rencontre ce sont d'ailleurs les Lotois qui, sur contre-attaques, se créaient les opportunités les plus franches. Ainsi à la dixième minute un lob de Ramos passe juste au-dessus du but ruthénois. Puis un quart d'heure plus tard ce même Ramos oblige le portier local à s'employer sur un coup franc de trente-cinq mètres. Peu avant la demi-heure de jeu c'est au tour des Aveyronnais de se montrer dangereux sur une reprise de Fofana, suite à un centre de Guerbert, que le portier lotois Mas détourne en corner. Trois minutes avant la mi-temp, Mas doit de nouveau intervenir sur une belle frappe d'Ajoun que le gardien du PSVD'Olt dévie en corner. Sur le corner qui suit le ballon parvient jusqu'à Fofana qui ouvre la marque d'un tir des dix mètres. À la mi-temps Rodez II mène sur le score de 1 à 0. Dès le début de la seconde période les Ruthénois scellent le sort de ce match en l'espace de deux minutes : à la cinquante-troisième un tir de Garcia repoussé par le portier lotois est repris par Guerbert qui double la mise, puis à la cinquante-cinquième Lacroix transperce la défense visiteuse et inscrit le troisième but aveyronnais. Cette deuxième période est totalement dominée par Rodez II qui ajoute un quatrième but par Fofana à la 72e puis un cinquième deux minutes plus tard sur une percée de Guerbert qui va tromper le portier visiteur. Dans les dix dernières minutes Guerbert puis Lacroix ajoutent deux buts supplémentaires pour porter le score à 7 à 0. En fin de rencontre le PSVD'Olt (qui s'était procuré une occasion à la soixante-dixième sur une reprise la tête de Defieux repoussée en corner par le portier ruthénois) est tout près de sauver l'honneur, mais le gardien de Rodez II repousse les tentatives de Bourdarie et Defieux. Jean-François Barros (entraîneur du PSVD'Olt) : "C'est un match à vite oublier. L'accumulation des matchs a pesé et on a accusé le coup physiquement. On est passé à côté du match du début à la fin. On va bien récupérer cette semaine et préparer les trois matchs à venir, samedi à Luc la Primaube, le mercredi suivant à Aussonne et le samedi suivant face à Golfech." 

Quels enseignements ?

Muret continue à ne pas prendre de but (huit en vingt matches) et sait gagner à minima quand il le faut ce qui est la marque des futurs champions. Une seule défaite, cinq points d'avance, l'autoroute tracée  vers l'accession dans une saison magnifique. Ou qui le sera si elle va jusqu'au bout. Je ne me fais aucun souci sur la mise en garde apportée aux joueurs par un staff intelligent et protecteur.  Il semble qu'il y avait un petit contentieux entre RAF II et Pradines après un match aller où des sons non admissibles auraient été entendus. Je prends la précaution d'employer le conditionnel ! Les Ruthénois avaient envie de punir leurs hôtes mais ils ont dû attendre le deuxième période pour y arriver. Les Aveyronnais sont là, et bien là après quelques turbulences. Les Pradinois peuvent arguer d'une succession rapprochée de rencontres, il fallait bien que cela se ressente sur le pré. Le RAF donne l'assurance de jouer à fond tout ce qui reste, dans son intérêt bien évidemment mais aussi pour respecter l'éthique sportive. Il n'est point sûr que toutes les autres équipes en fassent de même pour au moins deux raisons : premièrement, comment trouver la motivation pour se faire mal dans un déplacement plus ou moins lointain où il n'y a rien à jouer ? Deuxièmement ne peut-il y avoir une tendance à lever le pied contre une formation avec laquelle on a des affinités et que cela arrange bien ? Auch est le grand perdant qui a laissé une très grande partie de ses ambitions supposées. Mon confrère de la Dépêche livre des informations étayées par le coach qui révèlent un malaise grandissant avec des exemples révélateurs. Auch as-tu perdu ton âme ? Pour les Toulousains de Métropole à part chercher le titre de meilleure attaque que reste-t-il ? Pour l'instant une moyenne haute de deux buts par rencontre..... Peut-être la troisième marche honorifique ? Bof ! Après avoir explosé à Muret (3-0) les Albigeois ont concédé un nul assez heureux semble-t-il. Leur Président a parlé de "manque de souffle" donc un physique assez court, comment se fait-ce ? Luc n'a pas profité de son déplacement faute de réalisme mais a encore deux matches de retard qui bien négociés peuvent laisser un espoir, on verra déjà samedi. Les Lourdais qui d'après leur entraîneur sont restés au vestiaire n'ont pas eux non plus été performants devant le but adverse en ont pris trois en dix minutes. Vont-ils maintenant que leur saison est d'ores et déjà réussie avoir la foi nécessaire pour joueur le jeu jusqu'au bout ? Onet court défait à Muret est tranquille, Pradines malgré sa superbe fessée tout autant. Golfech a enfin bloqué sa spirale négative et prend un petit point salvateur. C'est plus bas que la révolte a eu lieu puisque trois des quatre derniers ont gagné. Le grand perdant est Fleurance qui de l'avis de pas mal de connaisseurs a perdu gros à Noël, pas seulement en joueurs et entraîneur. Le mal semble avoir pris des racines qui poussent. Apparemment pas un gros sentiment de révolte..... À Pechbonnieu où pour une fois je n'étais pas, les locaux ont enfin gagné. Je hais ce groupe qui va me faire culpabiliser en me faisant croire que je suis leur chat noir ! Trêve de billevesées. Avec un succès depuis tellement longtemps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, non je déconne mais cela faisait vraiment longtemps. Il arrive à point nommé pour ne pas perdre le moral. Revel a-t-il vaincu le signe indien ? Là aussi celle-là fait un bien fou et permet de laisser la dernière place si longtemps tenue. Aussonne a mis à jour les problèmes d'Auch et peut-être résolu une partie des siens ! Une belle bouffée d'oxygène en tout cas.  

Maintenant que la saison est sauvée la "gniaque" sera-t-elle la même ?

Pour en avoir discuté avec un de nos très brillants techniciens haut-garonnais de Régional 1 j'ai eu une précision très importante. Pour confirmer que je n'y connais rien au football et encore moins à ses règlements et subtilités il m'a affirmé qu'en cas de deux descentes de Régional 1 si par malheur la Nationale 2 perdait deux de nos représentants (ça y est Gilius, j'ai tout compris ? Bisous) il n'y a pas d'inquiétude à avoir en Midi-Pyrénées puisque l'avant-dernier de Languedoc Roussillon n'a aucun espoir en cas de péréquation. Tant mieux ! Donc seule la dernière place est à éviter.  Ne lésinant sur aucun sacrifice et malgré le fait que je risque d'en lasser certains avec un article très, très long, je vais continuer avec jeudi une prose sur le calendrier des quatre derniers et une projection de leur fin de saison que je ferai paraître, et la présentation de deux rencontres en retard qui seront jouées samedi. De nouveau un rythme fou pour des formations qui ne profiteront pas de la mini trêve de Pâques et vont de nouveau entamer une série dont elles se seraient passées, à moins que ces fameux matches reportés par complaisance dont j'ai parlé induisent cette nuisance, Quién sabe ? Donc deux rencontres samedi 31 mars,  Fleurance et Pradines (dix-huit heures) et Luc la Primaube/Pradines (dix-huit heures trente).
- Les Gersois abattent une de leurs toutes dernières cartes pour lâcher la dernière place "récemment acquise de haute lutte". H2G (humour de gros pour ceux qui ne connaissent pas une de mes expression favorites, d'autant plus qu'elle me va si bien !) mais sachez bien que sous mon humour pas toujours très futé il y a souvent une part de ma vérité. Dons à moins d'un exploit  le retour à la division inférieure se profile de plus en plus. Même si ce n'est pas forcément l'équipe que le "mérite" il faut bien avoir un premier et un dernier ! Aie ! C'est la deux de Rodez qui arrive ! Auréolés d'un cinglant sept à zéro devant Pradines qui a semble-t-il sonné le réveil d'Aveyronnais léthargiques depuis le début deux mille dix-huit les hommes (jeunes pour la grande majorité) de Florent Rech et d'un certain PP (Patrick Pfeiffer qui surfe sur les souvenirs et les accessions merveilleuses et aimerait bien faire de même à Rodez) ont les dents longues. Des certitudes et une ambition retrouvées en vue au moins de la deuxième place, parce qu'à part des contre performances de Muret le première est difficilement envisageable. L'assurance comme je l'ai écrit plus haut de voir les réservistes jouer les coups à fond pour eux et pour le respect de la déontologie. Il faudra aux Fleurantins sortir "a very big match" en ont-ils les capacités ?
- Pour Luc La Primaube ou Luc-la-Primaube suivant le site consulté, la donne est simple. Il n'y aucun calcul à effectuer pour s'offrir le droit de passer devant Auch et recoller un peu à Rodez et pimenter la fin de saison avec en plus une place de quart de finaliste en coupe d'Occitanie. Belles perspectives pour continuer à vivre une fin d'année sportive emballante qui met en exergue les progrès accomplis depuis plusieurs saisons. Il y a de beaux espoirs. Pour Pradines à bout de souffle la claque reçue à Rodez dimanche doit être vite effacée des mémoires. Mais même si les Lotois ne l'avoueront pas, ou n'y pensent pas forcément maintenant que la saison est sauvée la "gniaque" sera-t-elle la même ? Pas sûrs....  

Revel a remporté une rencontre très importante face à Lourdes (crédit photo footpy)
Revel a remporté une rencontre très importante face à Lourdes (crédit photo footpy)

Bob Marley

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :