Connectez-vous S'inscrire

U17 Nationaux – BÉZIERS cueille MURET dans les derniers instants

Mardi 15 Septembre 2020

Alors que les deux équipes allaient se contenter d’un match nul pas illogique un coup franc bien placé permet à Béziers de repartir de Muret avec les trois points. Une réussite qui permet aux jeunes Biterrois de commencer la saison de la meilleure des manières (par W.H.).


Parfois il fait si chaud qu’on en vient presque à regretter les soirées hivernales sous la pluie pour assister à un match de foot. C’est une question d’adaptation et de ce qu’on préfère endurer. Tout comme les réglementations sanitaires qui ne dépendent pas vraiment des directives floues de la Ligue ou de la FFF : au final chaque club sait ce qu’il peut supporter sur ses propres installations et tant pis si ça ne convient pas. À Nelson Paillou, Muret a accueilli les visiteurs du mieux qu’il a pu, et en a fait de même pour ma personne même si techniquement je n’avais pas le droit de me rendre en zone mixte. Heureusement, sans faire de grands chambardements ou violer des règlements qui n’ont, en fait aucune valeur juridique même au sein des instances, on parvient à s’arranger pour que chacun puisse faire vivre le football à sa façon, du mieux qu’il peut. Du côté sportif ce dimanche c’est sous un soleil de plomb que les nombreux spectateurs se sont massés pour encourager les Muretains qui ont mis du temps à entrer dans leur match. La chaleur a en fait ankylosé les Biterrois aussi car malgré la possession nette à leur avantage, ils tournent beaucoup autour de la surface La première période est très hachée, les jambes semblent lourdes et on est presque déçus que l’équipe ayant largement dominé Nîmes la semaine passée ne frappe pas plus fort à la porte de la défense adverse.

Le temps additionnel fatal à Muret
 
Non, le gros coup de cette moitié de match c’est Muret qui l’obtient quand Alex Da Silva récupère un ballon directement dans les pieds d’un Biterrois et part seul au duel avec Macim Minguet. C’est le gardien qui le gagne et harcèle le milieu de terrain pour le repousser hors de sa surface. Il donne le ton et réaffirme son autorité à la 55ème minute quand Marinho le fusille avec une frappe en pivot à 10 mètres de la ligne. Dans cette deuxième période Béziers est revenu avec plus d’envie et de détermination, alors que jusque-là, Hugo Munoz reprochait à ses joueurs un « rythme de sénateurs ». Sullyvan Kassi a bien reçu le message et perce une demi-douzaine de fois sur le côté droit pour faire mal à l’ASM. Ses centres dangereux ne sont pourtant pas convertis par ses coéquipiers dans l’axe. Les combinaisons sont pourtant bonnes comme entre Amiche et Bangoura mais ce dernier lui aussi connaît beaucoup de déchet en ouvrant trop son pied devant le but (51e). Gentile peu après son entrée en jeu connaît aussi les mêmes mésaventures après un service pourtant idéal de Rayan Amiche (83e). Alors Muret n’abdique pas. Les locaux savent qu’il y a la place pour décrocher une victoire. Le bloc assez bas pendant une heure finit par monter suffisamment pour dominer. Le pressing se resserre et il ne manque que de la justesse dans la dernière passe pour créer un vrai danger. Néanmoins, Jandau et Da Silva trouvent les ressources pour gratter des ballons et même aller de l’avant. C’est par un de leurs centres qu’Amine Babakki place une tête sur la transversale (78e). Et les défenseurs ne sont pas en reste : Lucas Rodriguez lance un contre avec Nathan Da Cunha, tout frais ce qui lui permet de se débarrasser de Capliez avant de tirer… mais de trop croiser (81e). On se dirige vers un 0-0 qui reflétait l’équilibre de la partie quand Amiche décide que ce résultat ne lui convient pas. À la deuxième minute du temps additionnel, il bute une première fois sur Mano Ledoux, puis il obtient un coup franc à l’entrée de la surface. Son tir en feuille morte est inattendu et tombe dans la lucarne du gardien de l’ASM, surpris. L’ensemble de l’équipe de Béziers exulte banc compris, sachant qu’il ne reste plus le temps pour se faire rattraper. Dans des conditions difficiles les deux équipes ont fait jeu égal dans des styles différents et les coaches ont chacun leur idée sur ce qu’il faudra garder ou changer pour les rencontres à venir.
 

Une mésaventure que ne doit pas oublier Muret (crédits : WH / Footpy)
Une mésaventure que ne doit pas oublier Muret (crédits : WH / Footpy)

LES RÉACTIONS
Cédric JANDAU (entraîneur de Muret) : « Optimiste pour la suite »
« Je suis surtout déçu pour les joueurs qui ont tout donné aujourd’hui et ont montré un meilleur visage que la semaine dernière. Sur un fait de match on perd mais c’est le football. Notre première période est assez compliquée, Béziers a eu quelques situations mais ensuite on a mis le bloc plus haut et on s’est nous aussi créé des occasions. Si on marque, ce n’aurait pas été un hold-up. Le groupe travaille bien et est à l’écoute. Il faut peut-être travailler la finition et garder un bon état d’esprit de la première à la dernière minute. Ce match peut tout de même servir de référence contre une équipe qui a gagné contre Nîmes et a donc montré déjà de quoi elle est capable. Je suis optimiste pour la suite et je suis sûr qu’on fera un bon résultat à Védène. ».

Hugo MUNOZ (entraîneur de Béziers) : « On s’en sort bien »
« On ne sort pas de ce match avec des enseignements positifs parce qu’on n’a pas développé notre jeu. Je suis déçu de la prestation malgré les trois points. Ce résultat on le doit à un exploit individuel à la dernière minute après tout. Alors j’en attendais beaucoup plus de mon équipe surtout après le bon match face à Nîmes. Mais on n’a pas su se libérer, c’est comme si on jouait avec un frein. Contre les clubs pros comme Nîmes, Bordeaux ou Toulouse on parvient à se sublimer mais contre des équipes de notre niveau, c’est toujours des duels et des combats sur lesquels on risque de se faire prendre. Muret a deux ou trois occasions très dangereuses alors on s’en sort bien. Ce qu’on va retenir c’est l’aspect mental : on n’a pas pris de but et on marque. La prestation n’était pas belle, mais on s’en sort, ça va rester dans la tête des jeunes ça. Jusqu’au bout on va devoir se battre pour le maintien derrière les centres pros qui sont des voitures de courses. Avec Muret nous sommes des karts et on se concentrera sur l’obtention de points le plus rapidement possible avant une potentielle fin de championnat prématurée de nouveau. »

LA FEUILLE DE MATCH
U17 Nationaux – Poule E, deuxième journée
Dimanche 13 septembre 2020, 15 heures
Muret, stade Nelson Paillou
AS MURET / AS BÉZIERS 0-1 (MT : 0-0)
Buts
 : Amiche (90e+3) pour Béziers
Arbitre : M. Maxime Guichou assisté de MM. Gwendal Martin et Enzo Nicolas
Avertissements : Navarre (48e) à Muret – Belakehal (52e), Abarbach (58e), Gentile (85e) à Béziers
 
MURET : Ledoux – Rodriguez, Darnault (Pellegrino, 20e), Akakpo (cap.), Navarre (Villaescusa, 90e+4), Da Silva, Jandau, Babakki, Touil (Da Cunha, 62e), Marinho, Mortet. Non entrés en jeu : Dedieu, Briend
Entraineur : Cédric Jandau.
BÉZIERS : Minguet – Kassi, Belakehal (Gentile, 62e), Basset, Abarbach, Binet (cap.), Capliez, Touidj (Alami, 90e+3), Bangoura, Amiche, Trujillo (Norden, 62e). Non entrés en jeu : Lebon, Scio.
Entraîneur : Hugo Munoz.

La réussite de Béziers peut encore en renverser plus d'un  (crédits : WH / Footpy)
La réussite de Béziers peut encore en renverser plus d'un (crédits : WH / Footpy)

W.H.

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :