Connectez-vous S'inscrire

U17 R1 - Alain CORONADO (ex-Montauban) : « Pour moi on m'a manqué de respect ! »

Vendredi 15 Mars 2019

Cet entretien était prévu depuis presque dix jours car Alain Coronado voulait communiquer sur son arrêt en fin de saison et son départ de Montauban. Malheureusement pour lui et ses ex-joueurs, les choses se sont accélérées suite à un article dans le journal La Dépêche la semaine dernière. Cette décision prise lundi soir a été une onde de choc dans le foot Occitan. Beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux, par messages également que j'ai reçues et qu'Alain a reçu d'incompréhension, voir même de colère pour certains. C'est un homme ému et touché que j'ai rencontré hier (mercredi 13 mars) car il aime ses joueurs et on lui enlève une partie de lui. Il s'exprime à cœur ouvert dans cet entretien de plusieurs heures... Evidemment, les personnes comme le président Jean-Michel Malavelle, Féthi Karaoui ou d'autres auront le droit, tout comme Alain, de s'exprimer ou de répondre. (Par Taribo West)


Alain Coronado était à la tête des U17 R1 depuis sept ans avec une montée au niveau national et une coupe d'Occitanie entre autre. Il s'occupe également de la section sportive de Saint-Théodare et de l'Amicale des éducateurs. Il est impliqué énormément dans la vie et dans le football associatifs du Tarn-et-Garonne. On lui souhaite de se reposer pendant ces quelques mois et de retrouver un banc la saison prochaine à la hauteur de ses qualités. Une pensée également aux joueurs qui ont une fin de saison à terminer.

Alain, ce rendez-vous avait été fixé il y a dix jours afin d'évoquer les raisons de ton départ du Montauban Football Club. Mais finalement les choses se sont accélérées lundi soir. Peux-tu nous expliquer ce qui s'est passé entre notre prise de rendez-vous et lundi soir ?
Ça a commencé dimanche soir pendant que je regardais le match de Marseille je reçois un texto du président Malavelle me disant « Il faut qu'on se voit demain avant dix-huit heures parce que je réfléchis à apporter des solutions suite à ton article (Dans la Dépêche) ». Je lui réponds « on se voit à dix-neuf pas la peine qu'on se voit avant », il me dit « Si si, dix-neuf c'est pour le sportif ». Je lui ai dit que c'était ok pour se voir vers dix-sept heures trente. Le lendemain (lundi soir), j'arrive à la Fobio et je vois arriver Michel Catala un membre du bureau. Ce dernier je l’appelle les «Tontons flingueurs». Je me dis «Tiens qu'est-ce qu'il fait là lui ?». Je vois le président Malavelle et on va dans la salle où Catala nous suit. On est tous les trois assis autour d'une table où le président est en face de moi, et là il me dit «Voilà, suite à ton article (dans la Dépêche) et ce que tu as dis sur le club, d'ailleurs on se demande pourquoi t'es encore là parce que tu as l'air tellement défaitiste». De suite j'ai pris la parole et j'ai répondu «D'abord je ne suis pas défaitiste du tout puisque à la fin de l'article j'y crois et je souhaite bon courage à David (Quadri) et à Romaric (Arnon) que j'avais eu au téléphone donc je ne suis pas défaitiste de tout. Et puis chez les 17, on vient de se qualifier pour les quarts de finale de la coupe d'Occitanie, ce n'est quand même pas rien.». Il me dit «Non mais je ne parle pas des résultats. De toute façon on s'est réunis et on t'enlève dès ce soir la responsabilité de l'équipe des 17 ans». Heureusement que j'étais assis car je ne m'y attendais pas du tout et puis je sais qu'ils ne se sont pas réunis puisque je connais des personnes du bureau qui m'ont dit qu'ils n'étaient pas au courant de cette décision et qu'ils n'étaient pas d'accord. Ce dirigeant que je connais bien me dit «J'ai été mis au courant mardi matin et sache que cette décision a été prise à deux ou trois personnes». Juste avant de partir, Malavelle a demandé à Catala s'il avait quelque chose à rajouter, lui a dit « Non ». Malavelle me dit « Je t'informerai dans la semaine pour récupérer ce que l'on te doit » parce qu'ils ont presque plus de huit mois de retard mais bon avec Montauban on a l'habitude quand on est éducateur là-bas, « Et tu me referas passer ce que tu as à nous refaire passer » me dit-il.  Je leur ai quand même demandé « Comment on fait ce soir pour l’entraînement, il y a quand même les gamins »... (Alain Coronado narre la discussion)
- Jean-Michel Malavelle : «Ne t'inquiète pas Fethi (Kerraoui) sera là, il a trouvé une solution c'est la partie technique c'est lui»
- Alain Coronado : «Je peux quand même aller dire au revoir au groupe quand même ?»
- Jean-Michel Malavelle : «Oui oui, tu penses bien qu'on n'est pas un club de fou où on laisse les gosses, tout seul»
- Alain Coronado : «Mais j'espère bien».
Sur ce, je pars au Soulou, les joueurs commencent à arriver. Personne n'est au courant bien sûr. Fethi est arrivé juste avant dix-huit heures, j'ai eu une discussion avec lui entre quatre yeux. Lui, apparemment n'était pas d'accord qu'on m'écarte, c'est ce qu'il me dit «Je n'étais pas d'accord pour que cela se passe maintenant, dans le timing ce n'est pas bon». Je n’en dirai pas plus sur les détails de l’article mais visiblement on a le droit de penser mais pas de le dire et encore moins de l’écrire… J’assimile cela plus à de la dictature…. Je lui ai demandé de dire au revoir aux gosses et d'expliquer pourquoi, sans entrer dans les détails, car cela ne les concerne pas, mais surtout je veux qu'ils restent concentrés sur les objectifs de fin de saison. Donc il m'a autorisé à le faire, on a réuni les joueurs. Je les ai fait s’asseoir car il valait mieux que je les fasse s’asseoir. C'est moi qui ai pris la parole en premier, je leur ai expliqué que ce qui nous concerne entre eux et moi, ça s'arrêtait ce soir. Donc là les joueurs se sont regardés en se demandant «Mais qu'est-ce qui se passe ?», et je leur ai expliqué que c'était à cause de propos dans La Dépêche qui m'était reprochés. Certains la Dépêche ne connaissent pas, ils connaissent Facebook, twitter, snapchat et n'avaient pas connaissance de cet article. Ils ne comprennent pas, certains l'avaient lu et je demande à l’un d’entre eux «Tu l'as lu ?», le joueur en question me répond «Oui, oui moi je l'ai lu. J'ai trouvé que tu avais dit la vérité» donc ça m'a rassuré qu'un gamin U16 ait compris ce que je voulais dire alors des personnes de quarante/cinquante ans n'ont pas compris. Je ne suis peut-être compris que par les jeunes?

Sur ce Fethi prend la parole, me remercie. Il n'entre pas plus dans les détails, le président Malavelle n'est pas arrivé de suite, je pense qu'il avait un peu peur d’affronter les gosses. Puis il est arrivé à la fin, il a pris la parole. J'ai même cru qu'il leur annonçait que j'étais mort tellement il parlait doucement, il n'est pas du tout entré dans les détails. Il leur a juste dit, et cela a fait sourire les jeunes, que dans la vie il y a des décisions à prendre et ils verront que quand ils travailleront il auront peut-être des décisions à prendre, pas facile à prendre et sur ce, il y a des joueurs qui voulait le voir. Puis il est parti très très vite. Il y a eu un moment de flottement, la plupart ne voulaient pas s'entraîner mais je leur ai dit qu'il ne fallait pas tout mélanger, que déjà celui qui me remplace c'est Karim qui était le coach de la deux et que lui, n'y est pour rien. Ce n'est pas lui qui m'a foutu dehors mais surtout «vous avez un championnat a assurer et un quart de finale a jouer» et puis ce sont des problèmes d'adultes.


Saison 2017-2018
Saison 2017-2018
On te sent très affecté par cette décision par rapport aux gamins ?
Ce qui me fait le plus mal c'est que se sont eux qui en pâtissent (les joueurs) et qu'eux n'ont rien demandé. Je sais que parfois cela m'a été reproché d'être dur dans mes commentaires d'après match, notamment dans la presse mais j'ai demandé si cela les avaient choqués ? Les joueurs à qui j'ai posé la question m'ont répondu « Non, on connaît et quand on est mauvais c'est normal ». À partir du moment que cela ne les choque pas eux, je m'en fous du reste. Mais c'était un argument supplémentaire pour ces deux ou trois dirigeants là de me virer pour dire que je parle trop à la presse. Mais moi je ne fais pas la langue de bois. Le nombre de messages que j'ai eu de joueurs du club, d'éducateurs du club, de dirigeants du club qui m'ont dit « Mais c'est bien l'article de toute façon sur tout ce que tu as dit tu avais raison », peut-être que certains jouent un double jeu, c'est probable. Mais quelque part ça m'a rassuré car finalement ce n'est pas moi qui suis sur la lune. Moi j'avais l'impression à un moment donné que certains étaient sur la lune et finalement je ne vais pas être sur la lune par rapport à ce que j'ai dit. Et puis ce que je veux que les gens sachent et surtout le club c'est que l'entretien que j'ai eu dans La Dépêche, ce sont à la virgule près vraiment mes propos.

Regrettes-tu aujourd'hui cet interview accordé à la presse écrite locale ?
Autant parfois tu fais une interview et c'est arrangé mais là non. J'ai l'original et à la lettre près c'est ce que j'ai dit. Malgré ce qui s'est passé, on me poserait la même question je répondrais exactement pareil. Ce week-end ils ont gagné à Cahors (l'équipe fanion), et j'étais le premier content de les voir gagner. Cela a peut-être servi d'électrochoc, et tant mieux, pourvu que ça dure. En aucun cas je n'ai voulu du mal à qui que ce soit ou au club. J'ai juste voulu dresser un constat d'une situation à l'instant T, et ils n'aiment pas entendre que des joueurs risquent de partir. Si tu descends c'est inéluctable, surtout si on a des bons jeunes et je pense qu'on en a. Ils ne veulent pas entendre que d'autres joueurs sont partis pour d'autres motifs que l'argent. Ils ne veulent pas entendre que la politique a été axée fortement sur les féminines, ça je le dis et je le maintiens.

Que veux-tu dire par tout pour les filles ?
Il y a plein de choses, des cadeaux en équipements, des locations de voiture, des apparts et même des emplois. On n'arrive pas à trouver des emplois pour les garçons mais pour les filles oui. Après il n'y a pas de problème elles sont en D2. Moi quand on est monté en Nationaux avec les 17 ans, ce qui se fait de mieux au niveau national, c'est la Ligue 1 des 17 ans. Je n'ai jamais pu m’entraîner trois fois, on me disait qu'il y avait d'autres équipes, j'ai n'ai pas eu le quart ou le centième de ce qu'on pu avoir les filles. Alors peut-être qu'on a été les précurseurs, je ne dis pas que si on avait eu cela on se serait maintenu. Mais en terme de condition de travail j'avais pas la moitié de ce qu'elles ont eu. Je ne regrette rien, j'ai fait avec ce que j'avais, j'ai aussi ma part de responsabilité il n'y a pas de problème. Mais qu'on se gargarise qu'on a huit cents licenciés, c'est bien. Mais question. Montauban travaille sur de l'élite ou sur de la masse ? Ou fait les deux ? Faire les deux, pour moi aujourd'hui ce n’est pas possible, ou tu te ranges sur l'un ou tu te ranges sur l'autre. Encore une fois c'est mon avis. On est huit cents j'ose espérer que ce n'est pas pour avoir un budget licence suffisamment élevé et pouvoir acheter ou payer des choses qui n'ont pas forcément lieu d'être.

Saison 2016-2017
Saison 2016-2017
Pourtant il semblerait qu'il n'y ait pas que toi qui pense cela ?
Il y a des assemblées générales mais les chiffres on leur faire dire ce qu'on veut, et tout le monde le sait. Quand je parlais de cette situation-là ils ont fait l'assemblée générale au mois de décembre mais la mairie a dit haut et fort « Il va falloir régler le problème des seniors garçons car c'est un vrai boulet noir pour vous ». Entre ces paroles là et ce que j'ai dit, qu'est-ce qui est le plus grave ? Ils ont sûrement plus le droit que moi car c'est la mairie mais moi quand je relis l'article je n’ai pas l'impression d'avoir dit ou sous entendu des choses méchantes pour le club. Je ne pense pas, on peut l'interpréter comme on veut. Le problème c'est qu'ils ne pouvaient pas s'appuyer sur le bilan sportif donc ils se sont servis de ça pour me virer. Moi ce qui m'embête c'est que j'aurais aimé aller au bout de la saison avec les 17 ans, quitte peut-être a descendre, c'est le foot. Les joueurs n'ont pas mérité ça, ils n'y sont pour rien. J'ai regardé les visages et j'ai vu des joueurs déconcertés par ce qui se passait. Et s'ils avaient été martyrisés en amont, ils auraient plutôt été contents que je parte. Vu leur réaction et vu ce qu'ils étaient près à faire c'est qu'ils ne devaient pas être si martyrisés que ça. Mais bon, c'est surtout par rapport aux joueurs que ça m'embête. Je ne voudrais pas que le club se politise un petit peu trop et comme j'ai mis dans mon post sur Facebook. À une époque où Bernard Tapie a mélangé la politique avec le sportif ça été le début de ses ennuis et il le paie encore. Peut-être qu’aux prochaines élections, on verra apparaître un nom sorti d’un chapeau d’une grande association sportive à ballon rond…..

Que vas-tu faire dorénavant par rapport à tes anciens joueurs ?
Moi, je vais continuer d''aller les voir jouer, avec grand plaisir d'ailleurs, et ça on ne pourra pas me l'en empêcher. Déjà de bien se reconcentrer sur le championnat, parce qu'on est pas dans une phase ascendante mais dans une phase descendante. En plus mentalement ils n'avaient pas besoin de ça et on les a touchés par rapport à tout ça. Il y aussi un quart de finale à jouer. À priori l’entraînement de lundi a été très moyen mais ce n'est pas contre Karim. Ils en veulent contre la décision qui a été prise, pour eux elle n'est pas justifiée à ce moment là, dans ce timing là. Là, où je suis le plus en colère, pour moi on m'a manqué de respect. Me faire ça maintenant, on m'a manqué de respect, et de reconnaissance par rapport aux sept ans que j'ai passés au club. Même si la saison dernière on a été repêché et cette saison un peu délicate, chaque saison il y a eu des résultats ou tout au moins une attitude. Parce qu'on parle des seniors mais aujourd'hui il y a cinquante de l'effectif qui est passé par Alain Coronado, d'un côté ça me fait plaisir car déjà ils ont été fidèles, ils ont continué au club. Mais malgré tout ça, on se sert d'un article pour couper la tête d'Alain Coronado. À un moment donné on était tous Charly avec en premier lieu la liberté d'expression, et j'étais le premier a être Charly mais là où est la liberté d'expression ? On n'a pas le droit de dire ce qu'on pense ? Tout en étant en plus, sobre et pas vulgaire ou pas grossier. On est en 2019, il s'est passé des choses avant par rapport à ces choses là mais aujourd'hui, sur ce que je vis là mais elle est où la liberté d'expression ? Je me pose la question. On est en démocratie, on n'est pas dans une dictature. Moi j'ai été reçu, je n'ai même pas pu m'expliquer, on ne m'a pas posé de question par rapport à l'article pour justifier mes propos. Pour moi il y avait le président du tribunal et son procureur. Je trouve ça un peu mesquin avec le petit texto dimanche soir et une excuse bidon. On est des hommes, hein !

Tu penses que cette décision risque de jouer sur la motivation des joueurs ?
Oui, peut-être pas sur la durée. Je n’espère pas. Mais ça va forcément atteindre le mental du groupe ça c'est sûr.

Au final, tu penses qu'ils te reprochent quoi sur le fond ?
Franchement, je n'ai aucune idée car le responsable technique a toujours dit « On ne regarde pas les résultats ». Même l'an dernier où on m'a dit « Si tu descends, tu descends ». Pour moi ça aurait été un échec de descendre mais pour eux non. Donc si on met de côté le sportif, l'investissement à l'arrivée ça a dû me coûter plus d'argent que ça ne m'en a rapporté. Sur mon investissement on ne peut pas me reprocher quelque chose. Je rate un match par an car je vais à l'AG de l'amicale des éducateurs. Mais c'est un par an. Après je ne vois pas ce qu'il aurait à me reprocher mis à part cette implication sur la presse. Mais je l'ai toujours fait que ça soit à Gandalou, Montech ou le Mas Grenier. Mon père qui a disparu il y a bientôt huit ans disait toujours « Il faut toujours avoir la presse dans sa poche ». Moi je fais attention à qui je parle et en qui j'ai confiance. Je ne fais pas ça pour avoir la presse dans la poche mais sur l’article on peut le relire, le reprendre je n'ai pas été du tout désobligeant vis à vis du club. Je l'ai dit à Fethi, « le timing est mauvais. Vous n'êtes pas tombés sur le bon cheval alors déjà qu'on n'a pas une bonne presse ou une bonne image Montauban. Beaucoup de gens me connaissent, vous allez vous attirer les foudres. » et le nombre de messages que j'ai reçus de joueurs, d'éducateurs, de dirigeants qui ne sont pas forcément au club le prouvent.

Saison 2015-2016
Saison 2015-2016
C'est tout frais mais pour ton avenir, tu as des souhaits ? 
Va falloir déjà que je me remette dans le bain des seniors car reprendre chez les jeunes ça ne me générait pas mais en District j'ai suffisamment donné avec toutes les contraintes qui vont avec. Même si du côté de la Haute-Garonne, peut-être que je pourrais trouver mais je travaille à Montech, j'ai la section sportive à Montauban. Je ne me vois pas aller dans le 31. Donc ce qui pourrait être plus probable c'est d'entraîner des seniors au niveau régional. Moi l'idée, c'est d'être à l'écoute des différents projets mais je ne veux pas prendre le poste de quelqu'un car j'ai beaucoup de respect pour les coachs qui sont en place et ils font du très bon travail. Je ne dors pas avec le téléphone à côté. Mais si le téléphone ne sonne pas, ce n'est pas grave. Il sonne, on discute mais si je n'ai rien je continuerai à aller voir des matchs, à m'occuper peut-être un peu plus de l'amicale des éducateurs car elle végète un peu et je ferai un peu plus de formations de cadres (modules, BMF, BE) avec Daniel (Tristan). On verra ce qui se passera et j'ai toujours dit que je bouclerais la boucle à Gandalou parce que je suis de là-bas et que mon voisin, qui n'est plus président m'a fait confiance quand j'avais à peine quatorze ans. Ça serait un juste retour des choses, je reviendrai là-bas mais au delà de la déception car on prend un coup, je ne me sens pas de boucler la boucle l'an prochain. Mais je la bouclerai là-bas dans tous les cas. 

Donc un niveau régional dans tous les cas ? 
Oui, avec un projet sportif et en travaillant avec des jeunes (équipes de jeunes ou seniors) car je sais faire. Et un président ne doit pas se dire « je veux faire venir Coronado car il peut nous faire venir des joueurs » car si l'effectif est bon y'a pas de raison de le bouger. J'ai un staff qui me suit avec qui je travaille depuis plusieurs années. C'est bien de discuter sur des choix. Je m’apprête plus a revenir chez les seniors que de reprendre une équipe de jeunes hors du département. Je suis plus axé sur le Tarn-et-Garonne. 

Un dernier mot ? 
Je tiens à remercier en premier lieu tous les joueurs, anciens joueurs, président des Clubs, dirigeants, éducateurs, district , CTD etc…pour leur soutien en appels, messages et autres. Un énorme merci également à tout mon staff (jalousé lui aussi…), Van fidèle adjoint, Cyril pour les gardiens, Rémi et ses punhlines, Anto pour l’intendance (pas toujours facile en plus), Kévin à la mallette à pharmacie et Karim que je quitte tristement après sept ans de collaboration. Il est toujours resté fidèle comme les autres d’ailleurs et ça je ne les remercierai jamais assez… 

Réalisé par Taribo West (taribowest@footpy.fr )

Saison 2013-2014
Saison 2013-2014

Nous avons demandé au capitaine Dylan Aroyo et au vice-capitaine Joffrey Queutelar des U17 de Montauban leur avis sur l'éviction de leur ancien coach puisque les joueurs sont les premiers a subir cette décision. Bien évidemment on leur a laissé le choix de répondre ou pas car on ne souhaite pas que leurs mots (et non leurs maux) leur soient reprochés. On les sent émus et tristes que cette décision ait été prise, surtout à ce moment de la saison.

Dylan AROYO (capitaine U17 du MFC) « Nous sommes très choqués »
«Pour ma part et celle de certains de mes coéquipiers nous sommes très choqués de voir notre coach viré de cette manière avec aussi peu de respect, pour des raisons qui n'ont pas de sens. Lundi lorsqu'on nous nous sommes entraînés on était touchés par cet événement. Et très perturbés par cette exclusion, mais notamment par le changement d'entraîneur, et les bonnes habitudes qu'on pouvait avoir avec Alain. Et là, nous devons tout reprendre du début avec notre nouveau coach (ancien coach de l'équipe 2). Ce nouveau départ va être compliqué moralement et mentalement pour toute l'équipe, n'ayant pas apprécié cette exclusion à ce moment de la saison»

Joffrey QUEUTELAR (vice-capitaine) «  J'ai ressenti comme un pincement au cœur »
«Alain Coronado nous a annoncés son départ, j'ai ressenti comme un pincement au cœur parce qu'avant tout d'être mon ancien coach, c'est un très bon ami. Je ne comprends pas pourquoi ils nous enlèvent un très bon coach juste à cause d'un simple article sur la presse qui nous concernait pas en plus. Il y en a qui sont contents comme d'autres qui sont tristes mais ça, c'est chacun son avis. Je sais que personnellement je suis triste de ne plus l'avoir parmi nous jusqu'à la fin de la saison. Mais je sais qu'il sera là à tous les matchs, ou presque tous.»

Saison 2018-2019
Saison 2018-2019

CORONADO ALAIN 
Ne le​​ ​6 janvier 1974 à Castelsarrasin 
Parcours​​ 
- joueur : Gandalou F.C, Montech, Villebrumier, Mas Grenier, Montauban F.C. 
- Entraineur :​​ Gandalou F.C, Montech, Villebrumier, Mas Grenier, Montauban F.C. 
Diplôme entraîneur : B.E.F. 
Profession : Employé de mairie à la commune de Montech.

Alain Coronado n'a pas apprécié la manière cavalière des dirigeants du MFCTG
Alain Coronado n'a pas apprécié la manière cavalière des dirigeants du MFCTG

Taribo West

National/CFA/CFA2 | Ligue | Districts | Foot Entreprise | Jeunes | Futsal/Indoor | Féminines | Coupe de France


Dans la même rubrique :